• Deux nuits dans le Verdon avec le Dobson Taurus 508 mm

    La nouvelle Lune du mois d'aout est arrivée et c'est la période propice pour partir retrouver le ciel noir du Verdon et passer des nuits à plonger parmi les flots d'étoiles de la Voie Lactée estivale. Les gros Dobsons sont bien sûr au rendez-vous pour traquer les faibles lueurs des nébuleuses et des galaxies lointaines. Même si les journées sont chaudes dans la Provence profonde, les nuits sont fraiches et agréables pour notre petit groupe d'astronomes lassés du cagnard marseillais.

    Pour cette première nuit le ciel et bien dégagé et un petit vent nous assure de ne pas être ennuyés par l'humidité. Par contre ce souffle lancinant génère suffisamment de turbulence pour rendre l'observation planétaire inintéressante mais pas assez pour gâcher les observations du ciel profond, heureusement !

    La nuit noire est enfin là, la Voie Lactée est magnifique et le SQM affiche une belle valeur de 21,70. Après avoir rendu visite à quelques beaux objets de saison comme les nébuleuses du Sagittaire avec la Taurus 508 mm, j'ouvre l'atlas Interstellarum à la page de la constellation du Cygne et je pars à la recherche de la discrète nébuleuse planétaire NGC 6842 (13,1m - 57"). Celle là n'est pas très lumineuse mais je la perçois quand même sans filtre comme une belle bulle diffuse perdue dans un champ stellaire assez riche. Avec le filtre UHC à 215x la bulle commence à dévoiler de la structure, elle semble annulaire mais la bordure plus lumineuse me paraît incomplète. Finalement son aspect est plutôt celui d'un fer à cheval. Par contre je n'ai pas pensé à enlever le filtre pour essayer de voir la centrale de 16m, dommage ...

    ngc 6842 planetary nebula

    NGC 6842 - nébuleuse planétaire dans le Cygne
    Télescope Taurus de 508 mm à 215x (Ethos 10 mm + UHC)
    Le Poil (04)

    Je reste dans le Cygne mais je me décale vers l'est pour rendre visite à une autre nébuleuse planétaire, il s'agit de NGC 6894 (12,3m - 55"). Celle-ci apparaît bien plus brillante dans le Taurus 508 mm à 358x. Elle est très clairement annulaire, même sans filtre. Avec l'ajout d'un UHC elle se révèle bien lumineuse, et quelques petites condensations sont perceptibles sur son anneau. Sans filtre je devine également la présence d'une faible étoile de 15,4m sur le bord NO de l'anneau. C'est vraiment un bel objet pour ce diamètre instrumental.

    ngc 6894 planetary nebula

    NGC 6894 - nébuleuse planétaire dans le Cygne
    Télescope Taurus de 508 mm à 358x (Ethos 6 mm + UHC)
    Le Poil (04)

    Le vent s'intensifie et nous décidons de rentrer un peu nous réchauffer dans le gîte. Après une bonne pause "madeleines et boissons chaudes" nous pointons à nouveau le nez dehors. Entre temps la planète Mars a gagné de la hauteur sur l'horizon est.

    Dans le télescope l'image de Mars est malheureusement bien turbulente, la faute au petit vent tenace qui ne se calme pas. Je distingue quand même des régions sombres sans pourvoir les identifier précisément mais aussi la calotte polaire bien blanche. Dommage ...

    Je retourne sur le ciel profond et comme la constellation de Pégase est désormais plus haute je choisis de pointer la belle galaxie NGC 7479 (10,9m - 4,0'x3,1') surnommée le "S" de Superman. Une fois centrée dans l'oculaire je comprends pourquoi car elle présente une longue barre centrale d'où partent deux bras spiraux bien courbés. Le bras ouest est mieux défini et plus long que son vis à vis, je perçois même deux condensations brillantes dans sa structure. Je note également que le bras ouest entoure une étoile de 14,2m facile à voir dans le T508.

    ngc 7479 galaxy

    NGC 7479 - galaxie dans le Pégase
    Télescope Taurus de 508 mm à 358x (Ethos 6 mm)
    Le Poil (04)

    Je me décale de 5° vers le sud-est pour viser le duo galactique formé par NGC 7671 (12,8m - 1,4'x0,8') et NGC 7672 (13,9m - 48"x36"). A 358x les deux galaxies sont bien visibles, elles apparaissent ensemble dans le même champ de vision. NGC 7671 est une lenticulaire plutôt lumineuse, clairement ovalisée dans le sens SE/NO, son noyau compact et contrasté est perçu sans problèmes. NGC 7672 est bien plus discrète, elle se révèle comme une pâle tache nébuleuse homogène et étirée dans le sens NNE/SSO. Cette dernière est une spirale mais elle est trop faible pour montrer de la structure.

    ngc 7671 galaxy

    NGC 7671 - NGC 7672 - galaxies dans le Pégase
    Télescope Taurus de 508 mm à 358x (Ethos 6 mm)
    Le Poil (04)

    Nous arrêtons là les observations pour cette nuit car il commence à faire tard et des voiles nuageux ont commencé à zébrer le ciel. La transparence à de ce fait clairement diminuée.

     

    Le lendemain ...

    Le lendemain matin le réveil est tardif et en guise de petit déjeuner nous passons directement à table pour le repas.

    Après une petite sieste digestive bienvenue, histoire de laisser passer les heures les plus chaudes et reprendre des forces pour la soirée à venir, je profite un peu du cadre naturel parfaitement paisible de ce recoin sauvage du Verdon. Ci-dessous une vue sur la montagne de Beynes (1601 m d'altitude).

    Dans cet environnement bucolique les entomologistes en herbe trouvent leur bonheur. Visiblement les insectes apprécient les fleurs de lavande !

    argus

    Deux bel-argus mâle et femelle (Lysandra bellargus)

    decticelle splendide

    La decticelle splendide (Eupholidoptera chabrieri)

    grand faune

    Un grand faune (Hipparchia fatua)

    En levant les yeux vers le ciel je remarque quelques nuages qui bourgeonnent sur les reliefs et notamment au dessus du massif du Montdenier (1750 mètres d'altitude), mais ils vont progressivement disparaître avant la nuit.

    Comme j'ai reçu plusieurs messages de personnes intéressées par le télescope Taurus 508 mm je vous propose une image où je pose à côté de mon Dobson, ainsi vous aurez une meilleure idée de son gabarit. Même s'il est imposant je parviens à le transporter, à le monter et le démonter seul.

    Dobson Taurus 508 mm

    Alors que le Soleil commence à décliner nous préparons les télescopes. Le Taurus 508 mm au premier plan, le Sud Dobson 406 mm de Gilles juste derrière et au fond le Canopus Sumerian Optics de 450 mm de Denis se mettent en température.

    A la nuit tombée le ciel est parfaitement dégagé mais le petit vent est toujours là. Du coup les images planétaires ne sont pas très détaillées et cette soirée va donc être comme la précédente, consacrée à l'observation du ciel profond.

    Encore une superbe Voie Lactée ce soir !

    C'est parti pour les observations. La première cible est située dans la constellation d'Ophiucus, il s'agit de l'amas globulaire NGC 6426 (10,9m - 4,2'). Il est assez méconnu et peu visité car ce secteur du ciel est riches de nombreux amas bien plus spectaculaires que lui. Dans le T508 mm à 215x il présente un aspect intéressant, il n'est pas clairement résolu mais il révèle quelques chaines d'étoiles mal définies partant de sa région centrale.

    ngc 6426 globular cluster

    NGC 6426 - amas globulaire dans le Ophiucus
    Télescope Taurus de 508 mm à 215x (Ethos 10 mm)
    Le Poil (04) - SQM 21,70

    J'enchaine avec la nébuleuse planétaire NGC 6772 (12,7m - 1,4') située un peu plus haute dans le ciel, dans la constellation de l'Aigle. A 215x elle est déjà bien visible sans filtre et montre clairement son disque nébuleux. Avec le filtre UHC elle apparait nettement annulaire, son anneau est épais. Le disque nébuleux est distinctement ovalisé dans le sens N/S, mais l'ovale semble légèrement rectangulaire avec un peu d'attention en vision décalée.

    ngc 6772 planetary nebula

    NGC 6772 - nébuleuse planétaire dans l'Aigle
    Télescope Taurus de 508 mm à 215x (Ethos 10 mm + UHC)
    Le Poil (04) - SQM 21,70

    Je change complètement de secteur pour rechercher la galaxie NGC 7640 (11,1m - 10,5'x1,8'), elle est un peu perdue dans la zone nord de la constellation d'Andromède. Cette spirale vue de biais présente un diamètre apparent important car elle est relativement proche, sa distance est estimée à 29 millions d'année-lumière. Elle est déjà parfaitement visible à 107x où elle révèle son long fuseau nébuleux dans un champ stellaire assez fourni. A 215x je distingue une vague structure spiralée avec deux longs bras très ouverts, à peine courbés. En vision décalée je devine une légère condensation lumineuse nichée au bout du bras nord. Sinon sa région centrale est bien visible mais elle reste pâle, elle est bordée au SE par une étoile 13,6m.

    ngc 7640 galaxy

    NGC 7640 - galaxie dans Andromède
    Télescope Taurus de 508 mm à 215x (Ethos 10 mm)
    Le Poil (04) - SQM 21,70

    Direction Persée maintenant, j'aimerais voir ce que donne la belle nébuleuse planétaire M76 (10,1m - 3,1') dans le T508 mm. Et bien je ne suis pas déçu du spectacle, la nébuleuse est magnifique ! A 215x avec le filtre UHC je découvre un objet de belle taille dont le corps central est grossièrement rectangulaire. Les extrémités NE et SO apparaissent clairement plus brillantes que le centre du rectangle. La nébuleuse présente aussi deux extensions latérales formant deux larges anses un peu irrégulières en densité. Sans filtre également j'ai tenté de voir la centrale mais sans succès (elle est très faible : 17,3m ...), par contre j'ai deviné une pâle étoile de 14,4m nichée dans le coin sud du rectangle nébuleux.

    M76 planetay nebula

    M76 - nébuleuse planétaire dans Persée
    Télescope Taurus de 508 mm à 215x (Ethos 10 mm + UHC)
    Le Poil (04) - SQM 21,70

    Il commence à se faire tard et la fatigue me rattrape, enchainer les soirées d'observation n'est jamais facile ... Je me motive pour partir à la recherche d'un dernier objet. Après consultation de l'atlas j'ai bien envie d'aller voir la nébuleuse planétaire PK 131-5.1 alias BV 5-3 (14,2m - 30"). Elle aussi est située dans la constellation de Persée. Je me souviens l'avoir déjà observé il y a bien longtemps avec mon Nexstar 11. Dans un télescope de 280 mm elle constituait un vrai challenge et je l'avais perçu très difficilement. Dans le Dobson de 508 mm je parviens déjà à la distinguer sans filtre, le diamètre a parlé ! A 358x elle ressemble à un petit disque nébuleux bien circulaire qui montre une discrète structure annulaire avec l'ajout d'un filtre OIII. Je remarque également que le bord sud de l'anneau semble plus lumineux.

    Pk131-5.1 planetary nebula

    PK131-5.1 (BV5-3) - nébuleuse planétaire dans Persée
    Télescope Taurus de 508 mm à 358x (Ethos 6 mm + OIII)
    Le Poil (04) - SQM 21,70

    Je pars rejoindre mon couchage avec de belles images de l'univers en tête et avec la satisfaction d'avoir nettement progresser dans la vision des objets du ciel profond grace au Taurus 508 mm. Le gain est spectaculaire dans la facilité à percevoir les objets qui me paraissaient faibles dans le Canopus 381 mm mais aussi dans la capacité à les détailler.

     

    Dernier jour

    C'est le dernier jour pour moi. Les copains eux prolongent encore un peu le plaisir en rallongeant le séjour mais de mon côté je suis obligé de retourner sur Marseille. Avant de les quitter je profite encore un peu de leur compagnie, nous partageons ensemble le traditionnel barbecue d'été, c'est devenu le moment gastronomique rituel de nos sorties estivales ! 

    Et bien sûr, hors de question de rater l'apéro !

    « L'opposition 2020 de la planète JupiterQuelques images lunaires en gibbeuse décroissante »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Gisèle
    Dimanche 30 Août à 21:02

    Merci Laurent!

    J'ai fréquenté les mêmes zones mais dans des gammes de magnitude plus faibles mieux adaptées à mon vieil œil et à mon instrument! Sauf pour Little Dumbell où j'ai vu une forme légèrement en Z qui doit correspondre à ce que tu décris de la luminosité plus importante des extrémités NE/SO. J'attends impatiemment ton dessin!

    Bises, Gi.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Lundi 31 Août à 17:09

    Salut Gisèle !

    Pour M76 je comprends ce que tu me décris, en fait je parle de rectangle dans le commentaire mais je vais corriger car en fait le corps brillant de la nébuleuse tel que je l'ai observé correspondait plus à un parallélogramme étiré. Avec les extrémités brillantes çà je peux imaginer que çà donne quelque chose en Z.

    A bientôt !

    3
    Laurent II
    Lundi 31 Août à 18:02
    Sympa tes comptes-rendus. On s’est raté de peu mais on ne se ratera pas tout le temps! Je zieute avec curiosité ce qu’on peut voir dans un 500. J’imagine que sur le best of du ciel profond on ne sait plus par où commencer le dessin.
    À septembre?
    4
    Mardi 1er Septembre à 09:45

    Salut !

    @ Gisèle, voilà j'ai me suis occupé en priorité le dessin de M76. Avec les extrémités plus brillantes et les renforcements brillants latéraux je pense qu'on pourra facilement déceler une sorte de Z dans un plus petit diamètre.

    @ Laurent : Oui, dommage qu'on se soit rater ... Effectivement dans le T500 les classiques deviennent très détaillés, c'est un plaisir pour les yeux mais une galère pour le dessin ! Comme tu l'as dit on ne sait pas par quel bout commencer. J'ai quand même trouvé le courage de me lancer pour M51 et M20 lors des dernières sorties de mai et juillet, mais c'est du boulot ! Pour celle d'août j'ai été tenté par M17, mais il y avait trop de détails, je ne me suis pas senti le courage. Dans M16 on a pu observer facilement les piliers sombres, faudra en faire un dessin aussi même si j'en ai déjà fait un au T381 il y a un ou deux ans. A bientôt !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :