• Restefond 2021 : Une superbe nuit étoilée à 2500 m d'altitude

    Voilà six longues années que je n'étais pas monté au col de Restefond, ce mythique spot d'observation du ciel situé à 2500 mètres d’altitude dans les Alpes du Sud, en bordure du parc du Mercantour. Il faut bien avouer que séjourner là haut est une véritable aventure, une belle expérience qui nécessite quand même une bonne logistique car il s'agit de vivre en autonomie en camping sauvage en étant préparé à lutter contre le froid mordant, le vent, les intempéries et l'absence de commodités. Mais ces désagréments sont vites oubliés quand on se retrouve plongé en pleine nature dans les alpages, entouré de sommets majestueux, et que la nuit tombe en laissant apparaît une Voie Lactée dantesque, brillante et structurée.

    La route de la Bonette qui mène au col de Restefond est une véritable plaisir pour les yeux, comme le chantait Jean Ferrat "que la montagne est belle !".

    route de la bonette

    En prenant de l'altitude les forêts laissent la place aux alpages puis à un monde de plus en plus minéral.

    route de la Bonette

    Nous installons notre camp de base sur une aire plane et caillouteuse appelée "les carrières". Ici l'environnement minéral devrait nous offrir un air plus sec que sur l'herbe des prairies et les monticules de pierres un abri efficace contre le vent. Quoi qu'il en soit avec Gilles nous dormirons dans le confort puisque nous écoulerons nos heures de sommeil dans le camping car.

    Taurus 508 mm

    Entourés de roches grises nous avons un peu l'impression d'être sur la Lune. Depuis notre "base de la tranquillité" nous bénéficions d'excellents belvédères sur les montagnes environnantes, cette position dominante donne un peu la sensation d'être sur le toit du monde. Signalons qu'il y a tout même une part de vérité dans cette impression puisque la route de la Bonette est la plus haute d'Europe !

    Depuis le site des carrières l'horizon sud est particulièrement bien dégagé, c'est ce que nous recherchons pour nos observations car en début de nuit c'est dans cette direction que nous pourrons admirer le spectaculaire centre galactique de la Voie Lactée.

    Petit à petit les amis arrivent et nous installons les télescopes, le camps d'observation prend forme.

    restefond

    Laurent et son Dobson de 560 mm

    Les tentes et le matériel d'observation sont en place, il est temps de passer de l'utile à l'agréable et d'inaugurer le premier apéro du séjour !

    apéro à 2500m

    Malheureusement les nuages viennent encore une fois gâcher la fête. Différentes couches de masses vaporeuses voilent progressivement le ciel, voir le couvrent entièrement. A la nuit tombée nous devinons par moment la Voie Lactée à travers les trouées, elle reste magnifique malgré le rideau brumeux qui tente de la masquer.

    Voie lactée Restefond

    Comme les prévisions météorologiques annoncent une embellie pour 1h du matin, nous décidons d'aller dormir et de nous réveiller un peu plus tard dans la soirée. A notre réveil nous nous apercevons que le ciel ne s'est guère amélioré, les voiles nuageux empêchent toujours de faire de belles observations du ciel profond. Par contre la brillante planète Jupiter s'est levée, du coup nous orientons nos télescopes dans sa direction.

    Dans le Taurus 508 mm la géante gazeuse montre une image intéressante. La vision de Jupiter est très lumineuse dans un Dobson de ce diamètre, même en grossissant à 215x. La turbulence atmosphérique est présente à cause des rafales glaciales qui s'abattent sur nous épisodiquement. Mais par moment l'image se stabilise et une foule de détails apparaissent. Je note -entre autres- la présence de la petite ombre noire du satellite Io dans la zone équatoriale et que la Grande Tache Rouge est visible dans la SEB.

    Jupiter
    Telescope Dobson Taurus de 508 mm à 215x (Ethos de 10 mm)
    Le Restefond (04)

    Au fil du temps qui passe les brumes et les voiles nuageux défilent au dessus de nos tête, ce soir il nous semble clair que nous ne pourrons pas faire de belles observations. Je tente quand même un dessin du ciel profond en pointant un objet brillant, je jette mon dévolu sur l'amas globulaire M30 (6,9m - 12') situé dans la constellation du Capricorne. M30 est localisé à 27 000 années-lumière de nous, pour un diamètre réel d'environ 75 années-lumière. J'aime bien cet amas car il présente des ramifications d'étoiles bien marquées, elles sont principalement composées de géantes rouges approchant 12m. Dans le T508 mm à 215x il apparaît bien résolu, la vision est très esthétique.

    M30 globular cluster

    M30 - Amas globulaire dans le Capricorne
    Télescope Taurus de 508 mm à 215x (Ethos 10 mm)
    Le Restefond (04)

    Les observations de cette première nuit s'arrêtent là, nous croisons les doigts pour que la prochaine soit à la hauteur de nos attentes ...

     

    Le lendemain matin ...

    Après une courte nuit de repos le Soleil est levé et les nuages ont pratiquement disparu ! J'admire le ciel bleu profond qui surplombe les sommets pelés du Restefond. Avec un ciel azur et des montagnes rocailleuses, je retrouve ici un petit air de l'Atacama qui n'est pas pour me déplaire ...

    panorama col de Restefond

    Le Soleil tape fort aujourd'hui, le vent se calme enfin et la température remonte. Le moral des troupes est au beau fixe ! Nous espérons vraiment que l'embellie va se prolonger jusqu'à la nuit et que nous aurons droit à la soirée étoilée dont nous rêvons.

    Je profite de cette belle journée pour promener un peu dans les grands espaces sauvages, après toutes ces périodes de confinement çà fait un bien fou. En plus à cette altitude il n'y a pas grand monde, avec une vue pareille ici on respire et sans masque !

    Tout près de notre campement, les rochers servent d'abri à toute une population de marmottes. Certaines font le guet et préviennent leurs congénères qui broutent dans les prairies en contrebas dès qu'un rapace ou un humain tente de s'approcher d'un peu trop près.

    marmotte

    Dans les zones humides plus riches en végétation virevoltent quelques papillons. Ici un azuré.

    azuré bleu

    L'après-midi défile et le ciel reste propre. Une belle nuit s'annonce et pour être fin prêt à en profiter pleinement nous préparons soigneusement le matériel en commençant par un nettoyage méticuleux des oculaires.

    Nous recevons la visite d'astronomes amateurs installés plus bas dans le col, au niveau des prairies. Il s'agit de Patrick et Charles avec qui nous avons déjà partagé quelques nuits d'observation à Rians il y a quelques années, à l'époque des grandes RAGBR. Ce qui a de bien avec le Restefond c'est qu'en été on y retrouve très souvent d’autres passionnés du ciel.

    Il est temps de débâcher le Taurus 508 mm pour qu'il puisse commencer à se mettre en température. 

    laurent et Taurus 508 mm

    Vincent et son dobson de 300 mm sont déjà prêts. Il n'y a plus qu'à attendre la nuit.

    Vincent et T300

    Des astronomes amateurs de tout horizon sont arrivés aux carrières en fin d'après-midi et se sont joints à nous pour les observations. Les télescopes fleurissent sur le parking et notre petit campement commence finalement à prendre des allures de star party !

    La nuit tombe enfin. Des voiles nuageux font leur apparition vers le sud-ouest, ils nous font craindre le pire, mais ils finissent par se disperser. En attendant que le crépuscule astronomique sonne l'arrivée de la nuit noire, je m'intéresse à l'amas globulaire M22 (5,2m - 32') du Sagittaire. Même si le fond de ciel est encore un peu lumineux il est déjà splendide à l'oculaire du T508 mm. A 107x il révèle de nombreuses étoiles suffisamment lumineuses pour être distinctement perçues individuellement. Elles semblent briller en avant plan d'un tapis dense d'étoiles plus faibles. M22 ne présente pas de condensation centrale majeure, aussi les étoiles sont observables sur toute sa surface. Je note la présence d'une petite condensation stellaire sur son bord nord-est.

    M22 globular cluster

    M22 - Amas globulaire dans le Sagittaire
    Télescope Taurus de 508 mm à 107x (APM XWA 20 mm)
    Le Restefond (04)

    Maintenant que le ciel s'est complètement assombri, nous pouvons admirer la superbe arche lumineuse de la Voie Lactée qui scinde la voute étoilée. Elle apparaît brillante et complexe, mêlant des zones lumineuses et des régions sombres poussiéreuses, un véritable spectacle à apprécier à l'oeil nu.

    Voie lactée col de Restefond

    Je passe maintenant à un challenge que je m'étais fixé après avoir vu le splendide dessin de mon ami Serge Vieillard réalisé au Restefond le mois dernier avec un télescope de 1 mètre, à savoir les piliers sombres de la célèbre nébuleuse de l'Aigle, M16. On commence à deviner ces colonnes de poussières dans un instrument de 254 mm mais parvenir à les détailler est une autre paire de manches. Dans le Taurus 508 mm, à 215x avec un filtre UHC, je découvre les piliers comme une marque sombre en forme de "V" nichée au coeur des masses gazeuses diffuses de la nébuleuse. En étudiant cette petite zone avec plus d'attention je devine sans trop de mal deux autres colonnes opaques, une petite assez fine et sombre et une autre assez large mais peu contrastée. Je note que cette dernière est surmontée au nord d'une petite condensation lumineuse. Mission accomplie, le challenge des piliers est relevé !

    M16 eagle nebula

    M16 - Nébuleuse et amas ouvert dans l'Aigle
    Télescope Taurus de 508 mm à 215x (Ethos 10 mm + UHC)
    Le Restefond (04) - SQM 21,70

    Ma prochaine cible a été choisie par rapport à l'actualité astronomique du moment. Il se trouve qu'une supernova a été découverte le 1er juillet 2021 dans la galaxie NGC 7814 (10,8m - 5,5'x2,3') de la constellation de Pégase. Dans le T508 à 358x, cette galaxie vue de profil montre un large bulbe central traversé par une mince bande sombre composée de poussières. Cette dernière est discrète mais bien visible. De part et d'autre du centre galactique lumineux s'étendent des extensions latérales plus faibles qui confèrent à l'objet un étirement dans le sens SE/NO. Quant à la supernova (SN2021rhu), elle est facilement observable, elle ressemble à une étoile de 13m située juste au nord de la bande sombre. Encore une observation menée à bien !

    ngc 7814 and SN2021rhu

    NGC 7814 et SN2021rhu - Galaxie et supernova dans Pégase
    Télescope Taurus de 508 mm à 358x (Ethos 6 mm)
    Le Restefond (04) - SQM 21,70

    Je me décale maintenant vers la constellation d'Andromède pour m'intéresser au groupement galactique de NGC 70 (13,4m - 1,6'x1,4') qui se situe à 320 millions d'années-lumière. Il porte également la référence Arp 113. Avec le T508 mm à 358x je découvre un sympathique rassemblement de quatre galaxies faibles disposées grossièrement en "Y". Il s'agit de NGC 68 (13,2m), 70 (13,4m), 71 (13,3m) et 72 (13,8m). En étudiant le champ de vision avec attention je remarque la présence d'autres galaxies très faibles (entre 14,5m et 15m) tout autour du quatuor principal. En tout je compte 9 galaxies concentrées dans un espace de seulement 5' d'arc !

    ngc 70 galaxy group

    Groupe de NGC 70 (Arp 113) - Galaxies dans Andromède
    Télescope Taurus de 508 mm à 358x (Ethos 6 mm)
    Le Restefond (04) - SQM 21,70

    Je fais une petite pose pour admirer à nouveau la Voie Lactée. Visuellement elle apparaît légèrement verdâtre lorsqu'on regarde les zones les plus hautes dans le ciel, là où la transparence de l'atmosphère est optimale. Il n'y a qu'au Restefond et dans le désert de l'Atacama au Chili que j'ai pu constater cette teinte. Le Sky Quality Meter (SQM) confirme cette impression de très beau ciel en affichant une valeur de 21,80 ! Quand on sait que ce boitier de mesure de la noirceur du ciel considère que la brillance de la Voie Lactée estivale et de la planète Jupiter sont de la pollution lumineuse, on peut se dire que la valeur réelle de la mesure SQM doit être proche de 22 ce soir.

    Voile Lactée

    Je passe maintenant à un autre groupe de galaxies, il est plus brillant et plus riche que le précédent. Ce beau regroupement est dominé par une lenticulaire nommée NGC 383 (12,2m - 2,0'x1,7'), elle est située à 228 millions d'année-lumière et se trouve être au coeur d'une belle chaîne de galaxies cataloguée sous la référence Arp 331. NGC 383 est accompagnée du nord au sud par NGC 379, 380, 385 et 384 pour les membres les plus brillants de ce cordon galactique. A 165x je trouve que le champ d'observation est très intéressant, en tout je compte pas moins de 11 galaxies visibles simultanément à l'oculaire !

    ngc 383 galaxy group

    Groupe de NGC 383 (Arp 331) - Galaxies dans les Poissons
    Télescope Taurus de 508 mm à 165x (APM HDC 13 mm)
    Le Restefond (04) - SQM 21,80

    Je commence à être sérieusement fatigué après ces observations de galaxies faibles qui ont nécessité beaucoup de concentration et une grosse gymnastique des yeux. Je décide de réaliser un dernier dessin, mais d'un sujet brillant : Jupiter. A 3h15 heure locale je remarque que la tache rouge n'est pas présente, je ne perçois pas d'ombres de satellites non plus. Mais la stabilité de l'atmosphère laisse entrevoir pas mal de fins détails dans les bandes nuageuses de la planète gazeuse, cela m'a donné envie d'approfondir les observations.

    Jupiter
    Telescope Dobson Taurus de 508 mm à 215x (Ethos de 10 mm)
    Le Restefond (04)

    Il commence à se faire tard et j'admire vers l'est l'amas des Pléiades qui se lève au dessus des montagnes. Sous l'amas d'étoiles une faible lueur se laisse deviner à l'oeil nu, elle semble s'étirer en direction des constellations du Bélier et des Poissons, il s'agit de la lumière zodiacale ! Je note également que le fond du ciel me semble clair vers l'horizon sud-est, en regardant sur l'écran de l'appareil photo je découvre que cette zone est couverte d'airglow, une pâle lueur qui apparaît verte sur les images et qui correspond à un phénomène d'ionisation de notre atmosphère. L'airglow est seulement visible lorsque le ciel est dénué de pollution lumineuse, encore une preuve de la qualité des nuits du Restefond !

    pont zodiacal

    « L'opposition 2021 de la planète JupiterAR 2860 : Un groupe de taches solaires complexe »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Benjamin
    Mardi 17 Août à 11:32
    Qu'est-ce que je suis content pour toi que vous ayez eu cette superbe nuit, ça a dû être épique quand je vois tes dessins. Que du bonheur !
    2
    Mardi 17 Août à 13:49

    Salut Benjamin !

    Oui on a eu une très belle nuit, çà fait du bien car depuis le début de l'année les belles nuits des périodes de nouvelle Lune se comptent sur les doigts d'une seule main ... Avec la Voie Lactée verdâtre j'ai même eu une petite réminiscence visuelle du ciel de l'Atacama, çà fait si longtemps.

    Laurent T. a eu beaucoup de succès auprès des astrams qui s'étaient installés aux carrières, comme ils étaient plutôt novices dans l'ensemble il leur a fait un tour des classiques au T560 et les "whaaooouu" fusaient de toute part.

    3
    Laurent II
    Mardi 17 Août à 21:44
    Merci pour ces photos souvenirs avec de belles lumières! Pas vu passé le dessin des piliers. L'est où? En tout cas cette nuit au Restefond m'a redonné l'envie de dessiner:-)
    4
    Mercredi 18 Août à 21:08

    It's worth being a bit uncomfortable for such an amazing views.

    5
    Jeudi 19 Août à 00:30

    Salut Laurent !

    Le dessin des piliers est arrivé, je ne les avais pas encore tous mis.C'est un beau souvenir cette observation des piliers sombres, comme je l'ai écrit il y a une partie en "V" qui est assez facile à voir, par contre la petite colonne de droite et la grande colonne de gauche, il fallait les chercher. J'ai passé près de 45 mn d'observation attentive sur ces détails, mais au final le challenge est relevé ! Vive les télescopes de gros diamètres. je n'ai qu'un regret, c'est de ne pas avoir pu les regarder dans ton T560, la file d'attente était trop longue ...

    Maintenant il ne manque plus que le dessin de la chaine galactique de NGC 383 et le CROA sera complet.

    6
    Laurent II
    Jeudi 19 Août à 07:03
    ah oui j'avais pas vu. Super. C'est vrai que Berthe a rarement eu autant de visiteurs!
    7
    polorider
    Samedi 21 Août à 19:01

    Bonjour Laurent

    Les Piliers...! Les Piliers de la Création !!!  Voilà un nom qui me fait rêver... sarcastic

     Avec mon "petit" 350/1650 (mais souvent sous un bon ciel de montagne entre 1000 et 2200m d'altitude en Savoie) je les cherche à chaque sortie (assez rares il est vrai en raison de la météo bien pourrie à chaque nouvelle Lune par ici...). Je n'ai  encore pas eu le plaisir de les observer.

    Mais je les aurai un jour, je les aurai... yes

    Alors quel plaisir pour moi de voir que tu as accompli la mission et relevé avec succès et brio le challenge des Piliers wink2.

    Et bien sur, toujours un grand plaisir de lire tes croas. Merci pour le partage de ces nuits exceptionnelles sous des cieux qui le sont tout autant.

    Paul.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    8
    Samedi 21 Août à 20:40

    Bonsoir Paul,

    Et oui les piliers c'est mythique ! De mon côté c'est la première fois que je parviens à les détailler, il m'aura fallu le T508 !

    Au T381 je les avais déjà vu mais de façon incomplète, en fait c'est la zone sombre en forme de "V" qui ressortait. Je pense que cette zone sera visible dans ton T350 sous un bon ciel. Le filtre UHC aide bien aussi, en rehaussant la luminosité de la nébuleuse on augmente le contraste avec la nébuleuse obscure.

    En tout cas merci pour ton message !

    9
    Nicolas
    Jeudi 26 Août à 19:28

    Whoua. Que du beau texte que j'ai lu. 

    Ce T500 me fait toujours baver. Bientôt la commande chez Taurus.

    Je pense que le délais de construction doit etre rallonger avec tout ce covid... mais bon la patience sera récompensé :)

    10
    Jeudi 26 Août à 21:01

    Bonsoir Nicolas,

    Oui il marche bien le Taurus 508 mm, et le très bon ciel du Restefond a permis d'en exploiter pleinement le potentiel même si il faut encore que j'améliore le baffle de la cage du secondaire pour être parfaitement hermétique aux lumières parasites. Je n'utilise pas la jupe fournie qui est un peu juste en taille et qui ralentit la mise en température du miroir. Il faut également que j'achète un nouvel escabeau plus haut et plus robuste afin d'être vraiment à l'aise quand je pointe haut dans le ciel.

    Évidemment on pourra toujours trouver d'autres dobsons ayant une structure plus robuste et plus qualitative au niveau des matériaux, mais dans des gammes de prix largement supérieures à celles de Taurus. Le Taurus reste avant tout un dobson très transportable, avec une bonne optique, et un rapport qualité / prix / diamètre très compétitif.

    Du coup je ne doute pas que les polonais doivent avoir un carnet de commande bien rempli. Quand j'ai commandé le mien en 2019 j'avais eu plus de 6 mois d’attente, mais comme tu l'as souligné, au bout  la patience est récompensée :)

    Juste un petit conseil si tu comptes passer commande, essaye de prendre plutôt la finition bois que la finition noire, moi j'ai la noire et je trouve la peinture un peu trop légère, une couche de vernis n'aurait pas été du luxe. Un copain à le Taurus 406 en finition bois, la qualité de surface des matériaux me paraît bien meilleure.

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :