• Un peu de ciel profond au dessus des lumières de Marseille

    Avec l'arrivée du froid les brumes laiteuse de l'automne se sont estompées et le ciel a enfin repris sa transparence, laissant apparaître à nouveau les étoiles dans le ciel de Marseille. Ce soir le ciel est suffisamment correct pour me permettre de faire quelques observations du ciel profond depuis ma terrasse citadine, car entre le confinement et le couvre feu à 20h, il est très difficile de partir loin pour observer sous un ciel noir. Avec de telles mesures nous pouvons constater que les astronomes subissent un confinement sévère et injuste de leur passion ... Heureusement ma terrasse orientée vers le sud me permet de bénéficier d'une belle fenêtre sur les constellations d'hiver vers minuit, une fois que le voisinage a éteint ses lumières. Ce soir je vais explorer le secteur allant de la Licorne à la Poupe, en passant par le Grand Chien.

    Je commence les explorations en orientant la lunette TS Photoline de 125 mm en direction de la constellation de la Licorne. Dans ce secteur qui passe plutôt haut par rapport à l'horizon le fond de ciel est encore assez noir, ce qui me permet de distinguer sans trop de problèmes la nébuleuse variable de Hubble, alias NGC 2261 (9,0m - 3,0'x1,0'). Cet objet est petit mais assez contrasté pour être visible depuis mon site citadin. Il s'agit d'une nébuleuse par réflexion, elle est éclairée par l'étoile variable R Monocerotis. A 195x je la distingue parfaitement, je devine sans problème sa forme globalement triangulaire avec des bords renforcés en vision décalée. R Monocerotis est elle aussi visible sur la pointe sud.

    ngc 2261 Hubble nebula

    NGC 2261 - nébuleuse dans la Licorne
    Lunette TS photoline de 125 mm à 195x (Artesky NED 5 mm)
    Marseille (13)

    Un peu plus sud, dans le secteur de la nébuleuse de la Rosette, je fais un arrêt sur l'amas ouvert Collinder 97 (5,4m - 21,0'). Ce catalogue regorge d'amas généralement brillants qui peuvent être détaillés même en ville. Celui-ci est assez esthétique, il rassemble une vingtaine d'étoiles dont la plus brillante est AX Monocerotis, une variable de 6,5m située sur le bord ouest de l'amas. Je note également que Collinder 97 présente un aspect étiré dans le sens E/O et que sa densité stellaire est plus importante autour de AX Monocertis où se trouvent de nombreuses petites étoiles de 12m à 13m.

    Collinder 97

    Collinder 97 - amas ouvert dans la Licorne
    Lunette TS photoline de 125 mm à 75x (APM XWA 13 mm)
    Marseille (13)

    Je descends encore un peu plus vers le sud pour rendre visite à une petite nébuleuse planétaire assez méconnue et peu visitée, il s'agit de IC 2165 (10,5m - 28"). Elle est située dans la partie nord de la constellation du Grand Chien, dans un secteur pauvre en étoiles repères, ce qui explique sûrement pourquoi elle est rarement visitée. Pourtant il s'agit d'un objet plutôt lumineux puisqu'il est lui aussi visible dans une lunette de 125 mm en ville. Cet objet est lumineux car il est très petit et donc contrasté, mais le revers de la médaille c'est qu'il apparaît stellaire à faible grossissement. De ce fait il faut parvenir à distinguer cette nébuleuse planétaire compacte des autres points lumineux du champ d'étoiles environnant. Pour cela le filtre UHC est bien utile, je l'intercale entre l'oeil et l'oculaire et procède à des va et vient. Avec le filtre le point lumineux de IC 2165 devient brillant, sans filtre il redevient faible. C'est bien pratique ! En grossissant à 263x l'objet est résolu en un petit disque nébuleux de forme circulaire. Je note également que son centre apparaît plus brillant.

    IC 2165 planetary nebula

    IC 2165 - nébuleuse planétaire dans le Grand Chien
    Lunette TS photoline de 125 mm à 263x (Ethos SX 3,7 mm)
    Marseille (13)

    Je me décale maintenant vers l'est dans le secteur nord de la constellation de la Poupe. Je chemine à partir du brillant amas ouvert M47 pour observer un autre amas beaucoup plus méconnu car il n'apparaît pas toujours dans les atlas et les catalogues du ciel profond : Waterloo 8 (12,0'). Pour ceux qui n'ont jamais entendu parler du catalogue Waterloo, il a été édité par des astronomes de l'université de Waterloo au Canada en 1979. Dans la lunette de 125 mm à 98x je découvre un groupe d'étoile plutôt facile à voir et assez esthétique. Une douzaine d'étoiles sont visibles, elles sont réparties de façon assez homogène, sans condensations. La plus lumineuse est de 8,03m.

    waterloo 8 open cluster

    Waterloo 8 - amas ouvert dans la Poupe
    Lunette TS photoline de 125 mm à 98x (Ethos 10 mm)
    Marseille (13)

     A 1°20 au SE de Waterloo 8 je débusque un autre amas ouvert, beaucoup plus petit et compact, il s'agit de NGC 2409 (8,0m - 2,5'). Cet objet est aussi catalogué sous le nom de Bochum 4 dans certaines sources. Cet amas est très discret dans un oculaire à grand champ, il faut donc grossir pour le détailler correctement. A 162x je découvre au premier regard un astérisme lumineux en forme de "Y", mais en étudiant le groupe plus attentivement je note également la présence de plusieurs étoiles faibles autour des quatre étoiles dominantes. En tout je compte une dizaine d'astres entre 8m et 13m.

    ngc 2409 open cluster

    NGC 2409 - amas ouvert dans la Poupe
    Lunette TS photoline de 125 mm à 162x (Ethos 6 mm)
    Marseille (13)

    Il commence à se faire tard, la fatigue se fait sentir, une sensation bien accentuée par le froid. Je me motive pour tenter une dernière cible. Je reste dans la constellation de la Poupe en progressant encore un peu plus vers le sud en direction de la nébuleuse planétaire NGC 2440 (9,4m - 1,3'). Je ne pensais pas parvenir à observer aussi bas depuis ma terrasse car je me rapproche sérieusement des lumières de la ville, mais ce soir le ciel est bien transparent et çà passe. NGC 2440 est parfaitement bien visible même sans filtre mais il faut la grossir pour la détailler. A 264x elle se présente comme un petit disque nébuleux comportant deux condensations lumineuses. En vision décalée avec l'aide du filtre UHC je distingue également de faibles extensions latérales qui conférant un aspect global plutôt étiré.

    ngc 2440 planetary nebula

    NGC 2440 - nébuleuse planétaire dans la Poupe
    Lunette TS photoline de 125 mm à 263x (Ethos SX 3,7 mm + UHC)
    Marseille (13)

    Bien sûr j'aurais préféré retourner observer sous le ciel noir du Verdon et retrouver mon dobson Taurus 508 mm; mais pour çà il va falloir encore patienter et espérer un vrai retour à la liberté de circuler la nuit. En attendant je suis content d'avoir pu refaire un peu de ciel profond et d'avoir pu profiter de la dernière nouvelle Lune de cette drôle d'année 2020.

     

     

    « La grande conjonction Jupiter - Saturne du 21 décembre 2020Une dernière exploration lunaire pour 2020 »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 17 Décembre 2020 à 20:08

    Salut laurent ! Je note depuis quelques mois que notre petit village provençal de 3000 habitants se retrouve dans le noir total après 01h00 du matin. Le maire a pris en compte les remarques de certains citoyens qui demandaient moins d'éclairage publique... Une manière sans doute de faire de sérieuses économies... Je retrouve avec plaisir notre voie lactée. En ce qui concerne les grandes métropoles c'est un autre problème... Hélas !

    2
    Jeudi 17 Décembre 2020 à 20:13

    Salut Jean-Pierre !

    Voilà une bonne nouvelle, ton petit village est un modèle à suivre ! Pour Marseille on peut toujours rêver ...

    En tout cas je te souhaites de très bonnes Fêtes !

    3
    Laurent II
    Jeudi 17 Décembre 2020 à 20:19

    c'est bien ce que je disais: il marche super bien ce balcon. Un balcon qui permet de faire du CP en plein Marseille, c'est assurément un bon balcon.

    J'ai pu observer la  nuit de dimanche à lundi. L'air au niveau du sol était étonnament sec pour la saison mais malheureusement le ciel  n'était ni transparent, ni calme. Suis allé me perdre dans Persée à la recherche de l'amas Abell 426 mais je n'ai aperçu que  NGC1275 et 72. 

    Je m'accroche mais dame météo est impitoyable. Elle va visiblement jouer avec nos nerfs aussi pour la grande conjonction!

    A très bientôt sous des cieux plus cléments!

    4
    Jeudi 17 Décembre 2020 à 23:08

    Salut Laurent !

    Effectivement, entre le couvre feu et la grisaille ont n'est pas gâtés pour les observations en cette fin d'année ...

    On fait comme on peu et mon balcon me permet de taquiner quelques objets en sélectionnant ceux qui peuvent passer, à savoir les amas ouverts et les nébuleuses planétaires compactes. Ce qui me sauve c'est que je suis dans la périphérie de Marseille et pas en plein coeur de la ville, donc çà passe quand le ciel a été lavé par la pluie et le vent et que çà ne diffuse pas trop.

    Mais j'ai quand même hâte qu'on puisse retrouver notre gite du Verdon !

    A bientôt

     

    5
    Laurent II
    Samedi 19 Décembre 2020 à 18:26

    j'ai médit. Hier contre toute attente, Dame Météo m'a laisser voir  au C9 la grande conjonction. Par contre c'était tellement bas, qu'on pouvait voir trois jupiter sans détail et que j'ai cru que les anneaux allaient se détacher!

     

    A + sous de meilleurs cieux!

    6
    Dimanche 20 Décembre 2020 à 12:01

    Salut !

    Moi aussi j'ai eu une image très turbulente et déformée par le chromatisme atmosphérique, mais au moins on l'a vu :)

    7
    etoilesdesecrins
    Mardi 22 Décembre 2020 à 14:55

    Salut Laurent !

     

    sur ta table on voit un bouquin ouvert, si je ne m'abuse c'est les SCP d'hiver non ? Sympa d'observer avec un livre qu'on soi-même rédigé !! Ah ah !

    Je ne m'attarderai pas sur la météo de cette fin d'année et sur le rapprochement, mais je suis plutôt fort intrigué par ce catalogue Waterloo ! Je n'en ai jamais entendu parler, pourtant l'amas a l'air brillant !

    Finalement en ville il y a pas mal d'objets du CP à observer, principalement des amas ouverts, des NP et des globulaires. Si l'on peut aller jusque là, l'avantage est peut-être qu'ayant un choix moindre on peut passer plus de temps à décortiquer chaque objet, à le choyer en quelque sorte.

    Oui la technique du filtre devant l'oculaire marche fort pour détecter ou confirmer de petites NP, re-testé cet automne.

    Bravo pour les côtés de NGC 2261 plus marqués et les extensions de la Chauve-souris !

    Et pour finir, j'adore les régions Licorne, Grand Chien, Poupe, mais je les observe en général plus tard, vers février donc elles annoncent pour moi un printemps pas trop éloigné. Les ciels sont alors souvent très purs et noirs.

    De plus elles me rappellent quand je pratiquais l'astro plus au sud en Provence dans les années 80, elles étaient un peu plus hautes que vers Lyon maintenant.

    Enfin, ces régions de Voie Lactée regorgent d'amas secrets dans tous les sens, c'est vraiment un régal et déjà à petit diamètre !

    etoilesdesecrins

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    8
    Mercredi 23 Décembre 2020 à 10:02

    Salut !

    Et oui tu as l'oeil, c'est bien le Splendeurs du ciel profond tome 4 qui est sur ma table, je suis le premier utilisateur de mes livres ;)

    Dessous mon livre il y a aussi l'interstellarum, mais pour le coup j'ai surtout fait le repérage des petites NP à partir de Sky Safari 6 sur mon téléphone. Comme je n’ai pas de chercheur sur la lunette de 125 mm et qu'à Marseille les étoiles repère se sont pas nombreuses dans le ciel j'ai cheminé d'étoile en étoile grace aux cartes très précises du logiciel.

    D'habitude je pointe aussi les régions de la Licorne, du Grand Chien et de la Poupe plus tard mais en ville les galaxies du ciel d'automne ne ressortent pas, donc j'ai attendu patiemment la Voie Lactée d'hiver en milieu de nuit pour avoir des cibles accessibles à mon ciel citadin.

    Je te souhaites de bonnes Fêtes ! Et une année 2021 sans couvre-feu ...

     

    9
    chantal Bonin
    Mercredi 23 Décembre 2020 à 21:03

    Bonsoir Laurent,

    Je viens de faire une belle soirée d'observation depuis votre balcon,de plus des objets qui sont à mes yeux,inconnus,ou presque!!!d'ou révision,ou découverte....pour moi.

    Quant à la grande conjonction,j'ai pu 2 soirs ,observer,à l'oeil nu: Jupiter et Saturne,se rapprochant,mais le jour tant

    attendu,il tombait des "cordes" sur la région lyonnaise.

    Au passage,j'ai lu  avec "intérêt qu'un de vos  amis astro-amateur  a décrit la conjonction:

     c'était tellement bas, qu'on pouvait voir 3 Jupiter sans détail et que j'ai cru que les anneaux allaient se détacher!!!

    mais, rattrapage ,vu grâce à Futura-sciences;les plus belles photos de la grande conjonction,dans le Monde.

    magnifiquesarcastic

    Il me reste à vous souhaiter de bien terminer cette 'année 2020",compliquée......

    A suivre...

    Astrobises"virtuelles" pour vous et Gina.

    Chantal B.

     

     

     

    10
    Mercredi 23 Décembre 2020 à 23:47

    Bonsoir Chantal !

    Effectivement la météo a été difficile un peu partout en France le 21 décembre, c'est bien que vous ayez pu en profiter et l'observer les jours d'avant car le spectacle était déjà très intéressant avant la date fatidique.

    A mon tour je vous souhaites de très bonnes Fêtes, en croisant les doigts pour que l'année 2021 se présente sous de meilleures auspices !

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :