• Une rentrée étoilée dans le Verdon

    La rentrée est là et nous reprenons nos habitudes. Après le beau séjour au col du Restefond début août, nous retrouvons avec plaisir notre site d'observation régulier dans le Verdon. Ce petit séjour d'observation est une nouvelle occasion de sortir le Dobson Taurus 508 mm, il va me permettre d'essayer de détailler quelques amas et regroupements galactiques qui sont légions parmi les constellations ciel d'automne. Ce télescope de gros diamètre excelle dans la capacité à montrer les galaxies les plus faibles et depuis que je l'utilise j'ai tendance à multiplier les challenges visuels et à orienter mes programmes d'observation vers des cibles plus exotiques.

    La nuit commence à tomber mais le ciel est très largement couvert de nuages. Cela ne m'étonne guère car c'est ce qui était prévu par les bulletins météorologiques. Il nous faut attendre près de 23h pour enfin voir les étoiles s'imposer. Nous rejoignons les télescopes même si nous sentons que le ciel n'est pas totalement clair.

    La Voie Lactée se dessine de mieux en mieux et de larges pans de la voute étoilée paraissent dégagés. Je commence les observations en pointant la nébuleuse planétaire PK114-4.1, qui est aussi appelée Abell 82 (12,7m - 1,6'). Elle se situe dans la constellation de Cassiopée, dans une zone haute dans le ciel. Dans le T508 mm à 215x elle est à peine discernable. En ajoutant un filtre OIII elle devient par contre bien visible comme une belle bulle gazeuse dont le contour ne me semble pas bien circulaire. En fait Abell 82 me paraît un peu quadrangulaire et je remarque qu'elle présente deux bords clairement plus lumineux au SE et au NO. En fait son aspect général a un air de ressemblance avec celui de la belle M27, cette similitude lui vaut d’ailleurs le surnom de "petite dumbell". Je note également la présence de deux étoiles visibles sur le disque nébuleux, une de 13m et une autre de 14,4m qui tient la position d'étoile centrale.

    Abell 82 planetary nebula

    Abell 82 (PK114-4.1) - Nébuleuse planétaire dans Cassiopée
    Télescope Taurus de 508 mm à 215x (Ethos 10 mm + OIII)
    Le Poil (04) - SQM 21,65

    Je poursuis en tournant le télescope en direction de la constellation des Poissons. En consultant l'atlas Interstellarum je suis intrigué par un petit duo de galaxies qui porte la mention : "la galaxie percée de Zwicky". Ce binôme galactique est constitué de NGC 7731 (13,2m - 1,4'x1,1') et NGC 7732 (13,6m - 2,0'x0,6'), en fait c'est cette dernière qui est surnommée ainsi. Visuellement je ne comprends pas bien le surnom, à l'oculaire NGC 7732 est une pâle galaxie vue de côté dont l'aspect se révèle uniforme, en tout cas elle ne montre rien de "percé" ... Par contre je trouve qu'elle forme un joli duo avec NGC 7731, une spirale barrée plutôt lumineuse, et même un trio pourrait-on dire puisque une étoile de 10,9m se trouve entre les deux galaxies.

    ngc 7731 galaxy

    NGC 7731 et NGC 7732 - Galaxies dans les Poissons
    Télescope Taurus de 508 mm à 215x (Ethos 10 mm)
    Le Poil (04) - SQM 21,65

    Le ciel est désormais et bien dégagé mais il nous semble laiteux. Le Sky Quality Meter affiche une mesure de noirceur à 21,65, ce qui est une valeur indiquant la présence d'un bon ciel mais pas d'un très bon ciel comme nous en avons déjà connu dans ce coin du Verdon.

    Pour essayer de savoir ce qui cloche avec ce ciel qui manque de transparence je fait quelques photos en grand champ à l'aide du Sony A7s. Et grace à la sensibilité de ce boitier je découvre rapidement ce qui ne va pas : le ciel est couvert d'airglow ! Ce phénomène se manifeste sous la forme de bande verte et rouge plus ou moins intenses, il est dû à une ionisation de la haute atmosphère terrestre. Ce soir l'airglow est très probablement causé par l'activité solaire intense de ces derniers jours : les rayons ultraviolets que le Soleil envoie en direction de notre planète durant la journée dissocient certaines molécules composant l’atmosphère terrestre. La couleur rouge résulte des molécules d’hydroxyles qui évoluent à environ 80 kilomètres d’altitude. Les atomes de sodium et d’oxygène se trouvent légèrement au-dessus et produisent une lumière orange et verte.

    Même si le ciel n'est pas d'une noirceur optimale, je continue mes explorations. La prochaine cible est cataloguée sous le nom de Arp 284. Il s'agit de deux galaxies en interaction situées à seulement 3' d'arc de l'étoile 16 Piscium (5,68m). Autant dire que la présence de cet astre très lumineux dans le champ de vision ne facilite pas l''étude du duo constitué par NGC 7714 (12,2m - 1,9'x1,4') et NGC 7715 (14,1' - 2,7'x0,4'). NGC 7714 est une galaxie intéressante, elle est bien visible, présente un noyau galactique clairement perceptible, et son disque galactique montre une ovalisation dans le sens S/N. Après une observation attentive je devine de faibles extensions aux extrémités de la galaxie, elle m'offre donc un début de structure spiralée. Quant à NGC 7715 elle apparaît faible, mais je la perçois distinctement en vision décalée comme un fin fuseau nébuleux étiré dans le sens ENE/OSO.

    ngc 7714 galaxiy

    NGC 7714 - NGC 7715 (Arp 284) - Galaxies dans les Poissons
    Télescope Taurus de 508 mm à 215x (Ethos 10 mm)
    Le Poil (04) - SQM 21,65

    Il commence à se faire tard et comme d'habitude après une grosse semaine de boulot la fatigue ne tarde pas à s'installer vigoureusement. Je jette un dernier coup d’œil à l'interstellarum Deepsky Atlas et je remarque qu'à 5° au sud de Arp 284 se trouve un autre groupement galactique qui me paraît intéressant, il s'agit de Hickson 97. Ce petit amas me révèle quatre galaxies, il apparaît dominé par IC 5357 (13,0m - 54"x30") qui est un peu plus brillante que les autres, ou plutôt un peu moins faible que les autres. Une galaxie se distingue dans le quatuor, bien qu'elle soit la moins visible, elle se présente sous la forme d'un fin fuseau très discret, il s'agit de IC 5359 (14,8m - 1,1'x0,2').

    Hickson 97 galaxies

    Hickson 97 - Galaxies dans les Poissons
    Télescope Taurus de 508 mm à 215x (Ethos 10 mm)
    Le Poil (04) - SQM 21,65

    Il est déjà trois heures du matin, il est grand temps pour moi d'aller prendre du repos. J'espère que je serai plus en forme lors de la prochaine nuit.

     

    Le lendemain ...


    Après avoir veillé tard dans la nuit le réveil du lendemain matin est tardif. Le petit déjeuner est vite avalé pour profiter de la belle journée qui s'annonce car dehors le ciel est bien bleu et la chaleur estivale est toujours bien présente.

    Nous profitons de ce beau ciel dégagé pour faire de l'observation solaire, surtout que notre étoile est pas mal active en ce moment. Avec Vincent nous installons la caméra Altaïr GPCAM2 IMX224 sur son télescope newton de 300 mm. Le suivi motorisé est assuré par une table équatoriale.

    Aujourd'hui il y a pas de taches solaires sur le disque de notre étoile, mais il y a surtout deux beaux groupes bien développés qui attirent notre attention, il s'agit de AR 2866 et AR 2868.

    Voici une image plus détaillée du groupe AR 2868 malgré la turbulence atmosphérique bien présente. 

    AR 2868 sunsopts

    Le groupe AR 2866 est plus complexe, il offre l'aspect d'une grosse tache solaire fragmentée. AR 2866 est une zone assez active, elle a déjà produit un sursaut de classe C8. Cette explosion a par ailleurs été assez puissante pour causer un court blackout aux États-Unis le 8 septembre 2021.

    AR 2866

    Cette cession d'imagerie est fructueuse mais comme il fait assez chaud en plein Soleil, nous commençons à sérieusement réfléchir à passer à l'apéro. Après quelques rafraichissements bienvenues nous inaugurons le barbecue rituel de nos week-ends astro, un moment de convivialité toujours très attendu .

    Après le repas nous nous adonnons à une bonne sieste digestive car ce soir la nuit promet d'être dégagée et nous comptons être en forme pour en profiter pleinement. Finalement le rythme des astronomes amateurs est assez proche de celui des vampires, l'astram se fait rare en journée, par contre il est très actif la nuit !

    En fin d'après-midi nous débâchons les télescopes pour mettre les miroirs en température et nous en profitons pour régler les optiques. Le Sud Dobson de 406 mm de Gilles est bientôt prêt.

    Me Voilà à côté de mon Dobson Taurus 508 mm.

    Taurus 508 mm

    Vincent et son Dobson de 300 mm.

    Le terrain d'observation s'est petit à petit couvert de télescopes, mais dans notre groupe des RAGBR une chose est sûre, nous aimons les Dobsons !

    Le début de nuit n'est pas aussi clair que ce que l'on escomptaient. Le ciel n'est pas franchement couvert mais des voiles masquent une bonne partie des étoiles. Nous revivons un peu le scénario de la veille et une fois de plus il faut nous montrer patients. Vers 22h30 les voiles masses nuageuses ont presque disparu et nous pouvons enfin commencer à observer.

    La turbulence est assez présente en ce début d'observation, aussi je choisis de commencer par une cible large ne nécessitant pas un fort grossissement. J'oriente le Taurus 508 mm en direction de la galaxie IC 10 (11,2m - 6,4'x5,3') dans la constellation de Cassiopée. Cet objet est assez discret à l'oculaire, il est plutôt large et montre peu de contraste. Il s'agit en fait d'une galaxie naine irrégulière appartenant à notre Amas Local, elle n'est située qu'à 2,15 millions d'années-lumière. Malheureusement sa position dans le Voie Lactée indique qu'elle est vue à travers les couches de matière (gaz et poussières) composant notre disque galactique et de ce fait elle subit une une forte absorption de la lumière et sa vision s'en retrouve atténuée. A 165x elle apparaît discrètement dans le champ de l'oculaire, mais elle montre assez facilement sont étirement dans le sens SE/NO. Je repère assez rapidement quelques détails structurels : Une large zone lumineuse semblant nimber une étoile de 12,5m et une petite condensation nébuleuse bordant une autre étoile de 14,2m. Cette petite tache nébuleuse correspond à une région HII, c'est à dire de une zone de formation d'étoiles.

    IC10 galaxy

    IC10 - Galaxie dans Cassiopée
    Télescope Taurus de 508 mm à 165x (APM HDC 13 mm)
    Le Poil (04) - SQM 21,61

    Je passe maintenant à une cible bien plus connue, à savoir la belle galaxie NGC 891 (10,1m - 11,7'x1,6') localisée dans la constellation d'Andromède. Cette dernière fait partie des classiques qui sont régulièrement observés en automne. J'ai déjà dans ma collection un dessin de cet objet fait il y a de nombreuses années avec mon T381 mais j'ai envie de voir ce que celle belle galaxie vue par la tranche peut donner dans le T508. A l'oculaire je découvre un nébulosité de grande taille, formant un long fuseau très étiré dans le sens NE/SO. Je m'attendais à un objet lumineux mais je trouve qu'il manque quand même pas mal de contraste. Bon, il faut dire que le ciel n'est pas top ce soir, comme la veille il semble un peu laiteux. Cela ne m'empêche pas de distinguer la bande sombre de poussière qui la traverse, je la perçois sur près des deux tiers de la longueur de la galaxie. Avec une observation attentive en vision décalée, je parviens même à distinguer quelques nodosités dans le bulbe central.

    dessin à venir !

    En levant la tête vers le ciel il me semble assez net qu'il apparaît légèrement voilé. Le Sky Quality Meter va dans le même sens en affichant une valeur de 21,61, ce qui n'est pas aussi bon que d'habitude. Il faut dire que l'airglow est encore bien présent ce soir même s'il paraît moins fort qu'hier. Il est probablement accompagné par de l'humidité en altitude.

    Cette mesure à 21,61 indique que la noirceur n'est pas optimale pour notre spot d'observation mais le ciel reste tout de même largement exploitable. Loin de me décourager je poursuis mes observations de petites galaxies d'automne et vise désormais l'amas galactique Abell 262. Dans le T508 ce dernier offre une vision tout à fait esthétique, je distingue à 165x un attroupement compact de galaxies disposé en "Y". Cette partie de l'amas est dominée par NGC 708 (11,9m - 3,0'x2,5'). Plusieurs autres galaxies sont localisées dans les environs, au final je perçois pas moins de dix objets dans le champ de vision. Mais Abell 262 s'étale sur une grande zone, il faut ensuite se balader pour observer les autres membres de l'amas, il n'est donc pas possible de le dessiner dans son intégralité. En tout cas cet amas Abell 262 est une belle surprise.

    dessin à venir !

    Je remarque que la constellation du Taureau s'est levée, il se trouve qu'une comète se trouve dans cette zone du ciel, il s'agit de la célèbre 67/P Churyumov Gerasimenko alias "Chury". Pour mémoire je rappelle que c'est sur cette comète que la sonde spatiale européenne Rosetta a déposé un petit module d'exploration baptisé Philae en 2014. Un bel exploit puisqu'il s"agissait du premier atterrissage contrôlé opéré sur un noyau cométaire ! Dans le T508 à 215x je découvre une petite comète plutôt lumineuse, son éclat apparent doit être proche de 11,5m ou 12m. Son aspect visuel est assez intéressant car elle présente une queue clairement perceptible. C'est ma première observation de ce petit corps glacé, du coup "Chury" est ma 95ème comète !

    67P/Churyumov Gerasimenko comet

    67P/Churyumov Gerasimenko - Comète dans le Taureau
    Télescope Taurus de 508 mm à 215x (Ethos 10 mm)
    Le Poil (04) - SQM 21,61

    Cette soirée est très fructueuse mais il est bientôt 3 heures du matin et je suis fourbu, du coup je commence à songer à arrêter les observations. Comme l'envie d'observer est toujours là je décide de prolonger encore un petit peu le plaisir en me lançant dans un dernier challenge. Je jette mon dévolu sur le groupement galactique Hickson 15 dans la constellation de la Baleine. Alors là je peux dire que je tape dans le "faiblard" car les composantes sont toutes dans le catalogue UGC et leurs magnitudes dépassent toutes 14,5m. Mais cela ne m'empêche pas de le détailler puisque dans le T508 à 215x je parviens tout de même à distinguer cinq galaxies, la plus lumineuse étant UGC 1620 (14,7m - 37"x35"). Mission accomplie !

    Hickson 15

    UGC 1690 (Hickson 15) - Galaxies dans la Baleine
    Télescope Taurus de 508 mm à 215x (Ethos 10 mm)
    Le Poil (04) - SQM 21,61

    Le week-end astro touche déjà à sa fin, le temps passé avec les copains sous les étoiles défile malheureusement toujours trop vite. Mais cette fois-ci j’entame la route du retour avec l'agréable sensation de bien en avoir profité !

    « L'opposition 2021 de la planète Jupiter (2ème partie)L'opposition 2021 de la planète Jupiter (3ème partie) »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Laurent II
    Dimanche 26 Septembre à 22:42
    cool ce reportage qui me permet de profiter un peu de ce beau WE auquel je n'ai pu participer.
    2
    Lundi 27 Septembre à 00:02

    Salut Laurent,

    Tu nous as manqué, j'espère que tout est rentrée à la normale de ton côté. On a eu deux nuits exploitables même si le ciel n'a pas été aussi transparent que toutes les petites galaxies que l'on a pointé pourrait laisser croire. La faute à de l'humidité en altitude (mais pas au sol) et à l'airglow. Même si on fait les difficiles on s'est bien régalé avec tout ces Hicksons, Abell et compagnie. 

    Par contre à la prochaine sortie c'est moi qui serait absent, les organisateurs de la Fête de la science m'ont fout cette manifestation un week-end de nouvelle Lune, du coup je bosse ... On se verra si tout va bien à la nouvelle Lune de novembre.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :