• Suivant une analyse méthodique des images infrarouges du télescope spatial WISE (Wide-Field Infrared Survey Explorer) il est désormais possible de découvrir des objets ponctuels non répertoriés qui, du fait de leur signature lumineuse particulière, pourraient se révéler être des nébuleuses planétaires. Je partage la découverte d'une nouvelle candidate avec Khadija El Kanbi, celle-ci est répertoriée sous le nom de KanFe 1. Cet objet est parfaitement ponctuel et au premier regard rien ne le distingue des étoiles. Cependant ce point de 16m situé dans la constellation de l'Ecu présente en infrarouge de bonnes réponses sur les plaques W3 et W4 de WISE et apparaît presque invisible sur les plaques W1 et W2 ce qui pourrait être le signe qu'il s'agit d'une nébuleuse planétaire non résolue. Seule une analyse spectroscopique détaillée permettra de trancher la nature véritable de ce point discret car d'autres interprétations du signal sont également possibles (proto-nébuleuse planétaire ou étoile à enveloppe circumstellaire de type OH/IR par exemple) .

    KanFe 1 planetary nebula candidate

    Image : PanSTARRS-1 Image Access

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • Alors que les télescopes sont actuellement braqué vers la comète 45P/Honda Mrkos Pajdusakova, une autre visiteuse glacée s'approche lentement et sûrement de la Terre et devrait faire parler d'elle dans les semaines à venir, il s'agit de la périodique 41P/ Tuttle Giacobini Kresak. Découverte par Horace Parnell Tuttle le 3 mai 1858 et re-découverte indépendamment par Michel Giacobini et Ľubor Kresák respectivement en 1907 et en 1951, cette comète devrait se distinguer grace à un passage à proximité de notre planète bleue. En effet, le 5 avril 2017 elle se trouvera qu'à 0,15 UA de la Terre, soit une distance de 22 millions de kilomètres. Cela paraît beaucoup mais à l'échelle du Système Solaire nous parlons d'un saut de puce. D'ailleurs, grace à cette relative proximité, la 41P/ Tuttle Giacobini Kresak devrait atteindre la magnitude 5,5m et devenir faiblement perceptible à l’œil nu sous un bon ciel.

     

    41P/Tuttle Giacobini Kreusak

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Les éphémérides prévoient le déroulement d'une éclipse de Lune par la pénombre le samedi 11 février 2017 au matin. Cette éclipse se déroulera selon une configuration assez semblable à celle qui s'est déjà produite le 16 septembre dernier,  c'est à dire que le pôle nord de notre satellite naturel va frôler le cône d'ombre de notre planète ce qui devrait se traduire par une assombrissement notable de cette région lunaire. Dans ce cas particulier seul le moment du maximum de l'éclipse sera réellement intéressant, il se produira à 0h40 TU. Ceux qui ont raté l'éclipse précédente bénéficient donc d'une cession de rattrapage en espérant bien sûr que la météo soit clémente !

     

    éclipse pénombrale de Lune 11 février 2017

     

     

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • La comète 45P/Honda Mrkos Pajdusakova fut découverte le 3 décembre 1948 par Minoru Honda, Antonín Mrkos, and Ludmila Pajdušáková. Il s'agit d'une comète périodique à courte période qui effectue sa révolution autour du Soleil en 5,25 ans. Elle va se distinguer durant la fin de l'année 2016 et le début de 2017 en faisant un passage près de la Terre ce qui va lui conférer un éclat apparent proche de 6m qui la rendra facile à observer dans les plus petits instruments. Elle ne devrait toutefois pas dépasser cette magnitude car le noyau de 45P/Honda Mrkos Pajdusakova est plutôt petit, sa taille est estimée entre 0,5 et 1,6 km.

    45P/Honda Mrkos pajdusakova

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Lire la suite...


    8 commentaires
  • Une comète a été découverte le 21 octobre 2016 par le Near-Earth Object Wide-field Infrared Survey Explorer, elle porte aujourd'hui le nom de C/2016 U1 (Neowise). Ce petit corps de roche et de glace provient des régions reculées du Système Solaire et sa structure n'a pas été usée par des passages répétés à proximité du Soleil. Elle peut donc réserver de belles surprises en ce qui concerne son niveau d'activité d'autant plus qu'à son périhélie qui se produira le 14 janvier 2017 la comète ne se trouvera qu'à 0,3 UA du Soleil. En attendant la Neowise transite devant les constellations d'Hercule et d'Ophiucus, il faudra donc la rechercher dans le ciel du matin. Sa magnitude avoisine actuellement 10m et devrait évoluer au fil des semaines jusqu'à 7m ce qui en fait une cible accessible aux plus petits instruments astronomiques. Attention toutefois, les photos récentes de cette comète montrent qu'elle possède une coma étendue et diffuse ce qui sous-entend qu'il vaudra mieux l'observer sous un bon ciel pour espérer la mettre en évidence.

    C/2016 U1 Neowise

    Enregistrer

    Enregistrer

    Lire la suite...


    1 commentaire
  • L'astronome amateur japonais Koichi Itagaki a découvert le 20 octobre 2016 une nova de 10,7m dans la constellation du Sagittaire. Il a fallut quelques jours de vérifications pour confirmer le statut de cette nouvelle étoile, durant ce laps de temps la nova est passée à la magnitude 7,9m ! Elle porte pour le moment la dénomination provisoire TCP J18102829-2729590 et demeure une cible facile à observer même dans les plus petits instruments. Le Sagittaire est actuellement dans la direction du sud-ouest et se couche très vite, il faudra donc la rechercher en début de soirée.

    nova Sgr 2016

    Lire la suite...


    3 commentaires
  • Découvert le 18 décembre 2003 par le Catalina Sky Suvey, l'astéroïde (164121) 2003YT1 est un géocroiseur de la famille des Apollos. Ce corps rocheux de 1,2 km de diamètre va passer à une distance de 5 millions de kilomètres de la Terre le 31 octobre 2016 et atteindra à son maximum d'éclat la magnitude 10,8m. Cette distance équivaut à 13,5 fois celle qui sépare la Terre de la Lune. Grace à sa proximité son mouvement apparent à travers la voûte céleste sera remarquable, traversant une constellation par jour ! 

    map 2003 YT1

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Une nouvelle nova a été découverte le 6 septembre par le japonais Shigehisa Fujikawa dans la constellation du Scorpion. Cette étoile très rouge brille actuellement à la magnitude 11,6m et présente un spectre caractéristique de ce type d'objet avec des raies d'émission de Balmer ((Hα, Hβ, Hγ et Hδ) et plusieurs raies d'émission de Fe II. Les observateurs qui voudront la rechercher devront pointer leur télescope en direction de l'horizon sud-ouest en tout début de soirée.

    nova sco 2016 n°2

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Les éphémérides prévoient le déroulement d'une éclipse de Lune par la pénombre le vendredi 16 septembre 2016  au soir. C'est le genre d'information qui laisse les observateurs un peu indifférents car si la Lune ne passe pas dans l'ombre de la Terre la baisse de luminosité de notre satellite est presque imperceptible et il n'y a finalement rien de très intéressant à observer. Mais en regardant attentivement le schéma de présentation de cette éclipse montrant le déplacement de la Lune dans la zone de pénombre nous pouvons constater que le pôle nord de notre satellite va tout de même frôler le cône d'ombre de notre planète ce qui devrait se traduire par une assombrissement notable de cette région lunaire.

    http://ekladata.com/MZR1AwRSdeahWuERtyYmVs_Zukk/carte-fr1-2016.jpg

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Les lointaines planètes Uranus et Neptune passeront respectivement à l'opposition les 15 octobre et 2 septembre 2016. Elles vont focaliser petit à petit l'attention des astronomes amateurs qui pourront tenter de les observer en les recherchant dans les constellations des Poissons et du Verseau. Uranus est plus proche de nous que Neptune, elle est donc un peu plus brillante que sa voisine avec un éclat apparent de 5,7m contre seulement 7,8m pour la dernière géante gazeuse. Uranus peut être perçue à l’œil nu par un astronome averti observant sous un très bon ciel, mais quoi qu'il en soit elles sont toutes les deux accessibles aux instruments astronomiques de petits diamètres. Le plus difficile quand on n'a pas l'habitude de les rechercher et de les distinguer des étoiles car leurs disques planétaires présentent des diamètres apparents très petits, 3,7" pour Uranus et seulement 2,4" d'arc pour Neptune. Uranus présente une teinte turquoise et dès que l'on grossit un peu on s'aperçoit que son aspect ne reste pas stellaire, elle prend vite l'aspect d'un tout petit disque lumineux. Pour Neptune c'est plus compliqué, un grossissement important est nécessaire pour vraiment distinguer sa nature planétaire mais avec une carte suffisamment précise il n'est pas très compliqué de la repérer et de discriminer son petit point de ceux des étoiles d'arrière plan.

    Uranus Neptune opposition 2016Les traits bleus représentent les trajectoires d'Uranus et Neptune entre août et décembre 2016

    Lire la suite...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique