• Fraîches nuits d'automne au Montdenier dans le Verdon

    Cette année l'automne est arrivé très tôt avec ses cohortes de nuages et ses flots d'humidité. Mais pour cette nouvelle Lune d'octobre la chance semble être de notre côté car la météo annonce du temps clair.

    Nous nous retrouvons cette fois-ci au pied du massif du Montdenier dans une nature parée aux couleurs de l'automne.

    La route qui traverse la forêt domaniale du Mondenier est très belle en cette saison.

    J'admire le paysage mais je regarde également d'un œil inquiet la couverture de nuages accrochée à la montagne ... J'espère qu'elle disparaîtra lorsque la nuit viendra !

    La nuit finit par tomber mais contrairement à ce qu'annonçaient les prévisions météorologiques le ciel reste très nuageux. Nous patientons en attendant une éclaircie qui au bout de deux heures finit enfin par arriver. Le temps de rejoindre les télescopes et de sortir les accessoires, des masses de nuages refont déjà leur apparition. Ce soir les observations semblent assez mal engagées ...

    Au final seule la planète Mars qui brille de toute son intensité arrive à persister malgré les épais voiles de cirrus. Nous tenterons de la détailler au travers de ces masses vaporeuses mais les conditions ne sont pas vraiment idéales. Comme le ciel reste bouché nous finissons par remballer les accessoires et bâcher les Dobsons. Pour ce soir c'est bel et bien foutu, nous verrons bien la nuit prochaine !

     

    Le samedi

    Le lendemain matin nous nous réveillons avec un beau ciel bleu, nous croisons les doigts pour que çà dure !

    Mon Taurus 508 mm est de la partie. Vous noterez sur la photo ci-dessous l'ajout d'un contrepoids de 2kg sur le haut de la cage du miroir primaire. Les petites barres qui bordent la cage sont pratiques pour y fixer du lestage en cas de mauvais équilibrage du télescope avec l'utilisation d'oculaires et d'un chercheur lourd. Dans mon cas j'utilise un poids de plongée plastifié enfilé sur une bandelette à scratchs destinée à attacher les skis entre eux.

    La dernière amélioration apportée au télescope est l'ajout d'un support de téléphone pour vélo fixé à une des barres de la cage du miroir secondaire qui est située à proximité du porte oculaire. Le téléphone me permet de pouvoir consulter les cartes très précises de Sky Safari pro 6 pour le pointage dans le ciel. Bien sûr il est nécessaire de baisser la luminosité de l'écran au maximum et de passer l'affichage en lumière rouge grace au logiciel lui même pour préserver l'adaptation nocturne des yeux. Ou encore mieux en mettant une feuille de rubilith devant l'écran ce qui permet de réduire très efficacement l'éblouissement tout en conservant la fonction tactile.

     Le Dobson Factory de 560 mm de Laurent T., c'est le plus gros diamètre de notre groupe.

    Le début de nuit est assez clair et la Voie lactée est bien dessinée même si on l'a déjà connu plus contrastée. Ce manque de transparence est vraisemblablement dû à l'humidité de l'air car les atlas et les télescopes commencent déjà à suinter alors que la soirée d'observation commence à peine. Le Sky Quality Meter affiche une valeur correcte de 21,58, mais on a déjà vu mieux sur ce site ...

    Je commence les observations en rendant visite à la galaxie NGC 514 (11,6m - 3,7'x3,0') de la constellation des Poissons. Cette spirale fait partie de l'actualité astronomique du moment puisqu'elle abrite une supernova de 14m découverte par le japonais Koishi Itagaki le 5 octobre 2020. Avec la transparence moyenne du ciel je remarque que la supernova est bien plus visible que la galaxie qui l'abrite. Il me faudra une observation particulièrement attentive en vision décalée pour déceler quelques bribes de la structure spirale de NGC 514. Je remarque également la présence d'une très faible étoile de 16,2m juste à côté de la supernova.

    NGC 514 et SN2020uxz - Galaxie et supernova dans les Poissons
    Télescope Taurus de 508 mm à 215x (Ethos 10 mm)
    Le Montdenier (04) - SQM 21,58

    Même si la turbulence est sensible ce soir je ne résiste pas à aller je jeter un coup d’œil à la planète Mars. L'opposition est passée de quelques jours mais la planète rouge présente toujours un diamètre apparent généreux de 22" d'arc.

    Mars domine le ciel d'automne de son puissant éclat orangé à la magnitude de -2,5. Notez également la discrète présence du pont zodiacal visible comme une pâle bande diffuse horizontale autour de la planète rouge. 

    Dans le Taurus 508 mm le globe martien apparaît extrêmement brillant, même un peu trop pour apprécier des détails à sa surface. Je grossis à 215x mais la turbulence assez présente ne me permet malheureusement pas trop d'aller au delà. Du coup j'améliore la vision à l'aide du filtre orange n°21 qui permet de rehausser le contraste des régions sombres tout en atténuant un peu l'aspect éblouissant de la planète. Avec de la patience, je finis par reconnaitre dans les rares moments de stabilité l’albédo de Solis Lacus qui ressemble à un grand œil. Ce qui est le plus remarquable dans cette observation c'est que le fin liseré sombre qui marque la délimitation nord de l’œil correspond tout simplement à une partie du grand canyon Valles Marineris nommée Coprates ! Ce gigantesque canyon s'étend sur près de 3770 km de long. Sur le limbe du globe martien une zone claire marque l’emplacement du volcan Olympus Mons qui doit certainement accrocher une masse de brume ou de nuages.

    Mars

    La planète Mars
    Télescope Taurus de 508 mm à 215x (Ethos 10 mm + filtre orange n°21)
    Le Montdenier (04) - SQM 21,58

    Direction la constellation de Pégase à présent, où m'attend un tout petit objet nommé Markarian 335 (13,6m - 18"x18"). Il s'agit d'une galaxie elliptique lointaine située à près de 500 millions d'années-lumière et qui présente un noyau particulièrement actif car il abrite un trou noir hypermassif. Le noyau de cette galaxie est connu pour varier en luminosité au fil des caprices de son trou noir central, il peut également connaître de spectaculaires sursauts éruptifs en rayonnement X. Visuellement l'observation de ce mini-quasar n'est pas très spectaculaire mais reste intéressante dans le T508 mm. A 215x je perçois son noyau lumineux sans problème, il ressemble à une étoile de 14m entouré d'un petit halo diffus. C'est quand même sympa de pouvoir avoir accès à des cibles exotiques comme cette Markarian 335. A noter : Si vous la cherchez dans la base de donnée de Sky Safari Pro sachez qu'elle y est répertoriée sous le nom de PGC 473.

    markarian 335 galaxy

    Markarian 335 - Galaxie de Seyfert dans Pégase
    Télescope Taurus de 508 mm à 215x (Ethos 10 mm)
    Le Montdenier (04) - SQM 21,58

    Je poursuis les explorations avec un challenge bien plus difficile que le précédent, à savoir le très fin fuseau galactique de UGC 711 (14,0m - 3,9'x0,7') dans la constellation de la Baleine. A 215x cette spirale vue par la tranche ne saute vraiment pas aux yeux ... Il me faut une observation attentive en vision décalée pour la deviner comme un long trait de lumière particulièrement pâle et d'aspect homogène.

    ugc 711

    UGC 711 - Galaxie dans la Baleine
    Télescope Taurus de 508 mm à 215x (Ethos 10 mm)
    Le Montdenier (04) - SQM 21,58

    La constellation de Persée commence à être bien haute dans le ciel. A seulement 8' d'arc de l'étoile brillante Omicron Persei (3,8m) se trouve le bel amas ouvert IC 348 (7,3m - 10'). Dans le T508 mm il est bien résolu en une quinzaine d'étoiles et englobe une binaire brillante nommée BU 880. L'observation est intéressante car je perçois sans trop de difficultés une nébulosité entourant les étoiles de l'amas. Ce voile diffus catalogué sous le nom de Van Den Bergh 19 est principalement constitué de nuages de poussières, il est bien visible sans l'aide de filtres interférentiels.

    IC 348 cluster and nebula

    IC 348 et VdB 19 - Amas ouvert et nébuleuse dans Persée
    Télescope Taurus de 508 mm à 107x (TS XWA 20 mm)
    Le Montdenier (04) - SQM 21,60

    Je me décale un peu plus au sud pour viser la belle nébuleuse planétaire NGC 1514 (10,9m - 2,2') localisée à la limite nord de la constellation du Taureau. Elle est facilement repérée sous la forme d'une belle bulle gazeuse déjà bien visible sans filtres. A 215x et à 358x avec filtre UHC elle devient plutôt brillante et détaillée. Son enveloppe gazeuse n'apparaît pas tout à fait circulaire, elle présente une structure globalement annulaire mais l'anneau se révèle particulièrement irrégulier, il comporte plusieurs excroissances brillantes et divers niveaux de luminosité et d'épaisseur. Au cœur de la nébuleuse se trouve une étoile centrale très brillante de 9,4m qui est facilement visible.

    ngc 1514 planetary nebula

    NGC 1514 - nébuleuse planétaire dans le Taureau
    Télescope Taurus de 508 mm à 215x (Ethos 10 mm + UHC)
    Le Montdenier (04) - SQM 21,60

    Il est maintenant près de 3h du matin et la fatigue commence sérieusement à se faire sentir, d'autant plus que cette nuit est particulièrement fraiche et humide. Avec Gilles nous avons l'idée de tenter l'observation de la comète C/2020 M3 ATLAS qui actuellement est très basse sur l'horizon au niveau de la partie sud de la constellation du Lièvre. Et on a bien fait d'essayer car cette dernière est bien visible malgré sa faible hauteur dans le ciel. A 165x je découvre à l'oculaire une belle boule diffuse plus brillante vers le centre. Dans le T406 mm de Gilles avec l'ajout d'un filtre Lumicon Swan Band elle devient même très lumineuse, c'est le signe que sa coma doit être bien verte. Sur le site de Seichi Yoshida elle est annoncée à 8m. C'est ma 92ème comète observée visuellement, la barre des 100 s'approche !

    C/2020 M3 ATLAS

    C/2020 M3 ATLAS - comète dans le Lièvre
    Télescope Taurus de 508 mm à 165x (APM XWA 13 mm)
    Le Montdenier (04) - SQM 21,60

    Il est temps pour nous de ranger les accessoires et bâcher les télescopes. Mais surtout d'aller se mettre au sec et au chaud dans les sacs de couchage après cette belle randonnée céleste dans le ciel d'automne.

    « Balade autour de l'Océan des TempêtesSpectaculaire nuage lenticulaire au dessus de Marseille »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Anger
    Vendredi 23 Octobre à 16:26

    Toujours du plaisir de vous lire. Vous me faites baver avec le T500, le télescope d'une vie pour beaucoup.

    Le support pour le téléphone doit être bien utile. N'ayant plus trop l'habitude du repérage, ça doit être largement mieux avec.

     

    Cela fait 9 ans que je suis sur un 200mm, bien que j'ai repris depuis seulement 1 an tout doucement, et ça y est je vais passer le cap pour le 500mm de Taurus d'ici 2ans.

    2
    Vendredi 23 Octobre à 20:57

    Bonjour,

    Oui Le T500 est certainement le télescope d'une vie car au delà on commence à avoir des instruments dont la logistique devient difficile. Je vois nettement la différences entre la transportabilité de mon Taurus 508 et celle du Dobson factory de 560 mm de mon ami, un vrai char d’assaut ! 

    Sinon l'utilisation du téléphone et de Sky Safari Pro s'impose avec un télescope de ce diamètre car on atteint facilement des magnitudes de 16 en stellaire et galactique, une grosse base de données cartographique devient utile pour s'y retrouver à l'oculaire. Par contre il faut vraiment faire en sorte qu'il ne soit pas éblouissant comme je l'ai indiqué dans mon article.

    Et passer à un T508 est un beau projet, surtout après avoir observé longtemps avec un T200 vous allez constater une sacrée différence !

    Le Taurus 508 est un télescope bien pensé, je ne regrette pas ce choix. C'est un bon compromis entre la rigidité et la transportabilité. Le seul reproche que je fais au constructeur c'est que le bois de mon télescope en finition noire n'est pas assez protégé, une couche générale de vernis aurait bien été utile en plus de la peinture noire que je trouve un peu légère. Il faut donc être précautionneux dans la manipulation de la base et de la caisse du primaire sous peine de voir apparaître quelques marques.

    Sinon il tient bien la colim, j'ai essayé avec un laser plus barlow 2,5x en l'inclinant de bas en haut et çà ne bouge presque pas. Le système de colim du primaire par le haut de la cage est bien pratique aussi. Le niveau de friction du mouvement horizontal est réglable, c'est vraiment appréciable. On sent bien que le constructeur est aussi un observateur utilisateur !

     

    3
    Stéphane
    Mardi 3 Novembre à 12:33

    Salut Laurent !

    Merci pour ce très beau voyage smile

    J'espère à bientôt ;)  (même s'il est dommage qu'on ne puisse pas faire d'interfero he

    4
    Mardi 3 Novembre à 18:28

    Salut Stéphane !

    Oui, j'espère aussi qu'on se verra bientôt, n ne s'est pas beaucoup croisé cette année ! Et c'est pas gagné pour refaire des sorties astro avec ce confinement qui a mon avis risque de durer pas mal de temps ... Les dobsons vont prendre la poussière :/ heureusement il reste Mars pour faire de l'astro au balcon :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :