• Amas et nébuleuses planétaires du Cygne observés en ville

    Le confinement continue et l'observation au balcon aussi. Voilà la seconde nouvelle Lune du confinement qui est arrivée et j'ai hâte de retrouver un ciel noir et sans pollution lumineuse. Malheureusement ce ne sera pas pour ce soir et j'essaye de me concocter un programme d'observation adapté au ciel illuminé de la cité phocéenne. Je renonce aux observations vers le sud car les lumières de la ville sont vraiment trop gênantes. Par contre mon balcon nord m'offre une vision moins éclairée vers les collines de la chaine de l’Étoile et de ce côté là le ciel reste exploitable. Après minuit, la constellation du Cygne devient accessible vers le nord-est, donc je vais essayer de partir explorer quelques amas ouverts et nébuleuses planétaires de cette zone riche située en pleine Voie Lactée.

    Ce soir je ressors la lunette de 125 mm et je l'installe sur ma monture EQ5 pour plus de confort. Elle est plus stable que la Microstar et puis il y a le suivi motorisé. Il me manque toujours un chercheur sur la lunette, du coup je me lance un peu au hasard parmi les étoiles et décide de cheminer à partir d'un point reconnaissable. Je tombe rapidement sur l'amas ouvert M39 dont la forme triangulaire est très caractéristique. Je vais cheminer à partir de lui en suivant les cartes de l'atlas interstellarum.

    Je file d'abord vers le sud de l'amas pour rechercher la petite nébuleuse planétaire IC 5117 (11,5m - 12"). Je parviens sans difficulté jusqu'à la zone indiqué par l'atlas mais je ne vois que des étoiles dans le champ de vision. C'est normal car IC 5117 est très petite, avec un diamètre apparent de seulement elle apparaît même d'aspect stellaire à 97x ou 162x. Donc pour la distinguer des autres étoiles je sors le filtre UHC et l'intercale entre l’œil et l'oculaire, et là elle se révèle facilement en devenant plus brillante. Ce qui est marrant c'est que la nébuleuse planétaire est située juste à côté d'une étoile de 9,9m et que sans filtre elle apparaît moins brillante que cette étoile, alors qu'avec le filtre elle devient plus brillante qu'elle ! Comme je bénéficie du suivi motorisé je décide de pousser le grossissement à 263x avec l'Ethos SX de 3,7 mm et là je commence à distinguer son minuscule disque nébuleux qui reste très contrasté avec l'UHC.

    IC 5117 planetary nebula

    IC 5117 - nébuleuse planétaire dans le Cygne
    Lunette TS photoline de 125 mm à 263x (Ethos SX 3,7 mm)
    Marseille (13)

    Je remonte vers le nord, repasse par M39 et je file à 2,5° nord ouest de ce dernier pour rechercher le mystérieux NGC 7058. Il a longtemps été considéré comme "non existant" après la révision du New General Catalog par Sulentic et Tifft en 1973. Pourtant il s'agit bien d'un petit amas ouvert décrit comme un "moving group" dans Simbad et sa distance a même été estimée à 1300 années-lumière. Il figure également dans la catalogue des amas ouverts de Wilton Dias édité en 2002. A l'oculaire de la lunette de 125 mm je distingue clairement à 97x un astérisme à son emplacement, il est pauvre en étoiles mais ressort parfaitement du champ stellaire alentour grace à quelques composantes brillantes. Au cœur de l'amas se trouve notamment un petit triangle d'étoiles de 8,0m, 9,2m et 9,6m.

    ngc 7058 open cluster

    NGC 7058 - amas ouvert dans le Cygne
    Lunette TS photoline de 125 mm à 97x (Ethos 10 mm)
    Marseille (13)

    Je chemine maintenant en direction de la nébuleuse planétaire NGC 7026 (10,9m - 45"). Celle-ci n'est pas une découverte pour moi, je l'ai déjà dessiné avec le Dobson de 381 mm. Mais je suis curieux de voir ce qu'elle donne dans la lunette de 125 mm. L'avantage avec ce type d'objet c'est qu'ils sont petits, contrastés et réagissent bien aux filtres UHC et OIII. C'est le genre de cible que l'on doit privilégier lors d'une observation citadine. Je la repère facilement à 97x comme un tout petit disque nébuleux collé à une étoile de 9,6m. Je ne perds pas de temps et pousse le grossissement à 263x. j'apprécie le suivi de la monture EQ5, l'objet ne bronche pas et même si l'image est très sombre je suis assuré de ne pas perdre la petite nébuleuse. Cela me permet d'avoir le temps de rajouter le filtre UHC à l'arrière de l'oculaire sans qu'elle quitte le champ de vision. Le filtre assombrit encore plus la vision mais fait très ressortir NGC 7026. Je perçois une région centrale circulaire comportant deux petites condensations brillantes se faisant face. Autour du disque nébuleux central je devine également des extensions latérales plus faibles donnant à l'objet une forme ovalisée.

    ngc 7026 planetary nebula

    NGC 7026 - nébuleuse planétaire dans le Cygne
    Lunette TS photoline de 125 mm à 263x (Ethos SX 3,7 mm + UHC)
    Marseille (13)

    Enchanté par cette observation réussie, je migre loin vers le sud de la constellation du Cygne pour dénicher un autre objet du même genre, à savoir NGC 7027 (8,5m - 55"). Cette petite nébuleuse planétaire est très brillante, elle déjà visible sans aucun filtre à faible grossissement. A 263x sans filtre je découvre un petit rectangle nébuleux très contrasté. Ce dernier montre des détails, un coin du rectangle montre clairement une petite condensation lumineuse et le reste de la nébuleuse est irrégulièrement brillant. Un objet lui aussi très intéressant à observer malgré le petit diamètre de la lunette et la pollution lumineuse.

    ngc7027 planetary nebula

    NGC 7027 - nébuleuse planétaire dans le Cygne
    Lunette TS photoline de 125 mm à 263x (Ethos SX 3,7 mm)
    Marseille (13)

    Je décide maintenant de changer de région et part vers le cœur du Cygne où trône l'étoile Sadr (Gamma du Cygne de 2,23m). Il commence à se faire très tard mais les observations réussies de la soirée me donne l'envie de continuer les explorations célestes. Cette zone du Cygne est située en pleine Voie Lactée, ici foisonnent les étoiles et les amas ouverts.

    Avec la lumière de la ville les champs stellaires qui défilent à l'oculaire sont moins fourmillants qu'à l’ordinaire mais je débusque quand même quelques amas ouverts intéressants. Je trouve Berkeley 87 (12') plutôt intéressant ce qui me décide a en faire un dessin. A 97x il apparaît assez fourni lorsqu'on l'étudie avec attention, je perçois une vingtaine de composantes dans une structure présentant grossièrement une forme losange. Une étoile de 10,5m se distingue dans le lot car c'est une binaire serrée.

    Berkeley 87 open cluster

    Berkeley 87 - amas ouvert dans le Cygne
    Lunette TS photoline de 125 mm à 97x (Ethos 10 mm)
    Marseille (13)

    Pour finir je prends le temps de cheminer jusqu'à l'étoile variable V1016 Cyg qui est aussi cataloguée sous la dénomination PK75+5.1. Cette étoile est en fait une nova symbiotique, un système binaire constitué d'une géante rouge de type M6/8e et une naine blanche qui échangent de la matière. V1016 Cyg a expulsé une bulle gazeuse ionisée autour d'elle, ce gaz fortement excité émet des raies spectrales d'émission similaires à celles des nébuleuses planétaires comme l'OIII ce qui explique qu'on la retrouve dans le catalogue de Perek et Kohoutek. Comme pour ces dernières, l'étoile symbiotique émet des vents stellaires qui poussent des éjections de matière sauf que V1016 n'est pas encore tout à fait morte, pour le moment elle connaît juste des sursauts à la façon des novae, des regains d’activité importants ont d’ailleurs été enregistrés en 1949 et 1964 et deux autres plus mineurs en 1980 et 1994. PK75+5.1 peut donc être considérée comme une proto nébuleuse planétaire.

    Visuellement V1016 Cyg est très accessible car elle brille actuellement à 11,2m. Je la repère donc assez facilement. Par contre la nébuleuse qui l'entoure est malheureusement invisible, l'objet présente un aspect complètement stellaire à 97x. On peut la discriminer très aisément parmi les étoiles du champ de vision en intercalant un filtre UHC ou OIII entre l’œil et l'oculaire. PK75+5.1 réagit très bien au filtre. Bien sûr ce n'est pas l'objet le plus esthétique de la soirée mais c'est une belle curiosité astrophysique et qui a le bon goût d'être visible dans un instrument modeste en ville.

    V1016 Cyg (PK75+5.1)

    PK75+5.1 (V1016 Cyg) - étoile symbiotique dans le Cygne
    Lunette TS photoline de 125 mm à 97x (Ethos 10 mm)
    Marseille (13)

    Il est maintenant plus de 3h du matin, j'arrête là les observations. Je suis content d'avoir pu profiter de cette soirée de ciel dégagé et sans Lune. Normalement c'est la saison où nous partons observer sous le beau ciel du Verdon avec le groupe des RAGBR mais avec cette situation de confinement en ville qui se prolonge les projets tombent à l'eau. Mais avec cet article j'ai voulu montrer qu'en étant méthodique et en préparant correctement sa soirée en choisissant des cibles adaptées on peut tout à fait essayer de faire du ciel profond au balcon sans forcément se contenter d'observer les sempiternels objets Messier les plus brillants. En tout cas j'ai pris beaucoup de plaisir à débusquer ces petits objets dans le Cygne. A votre tour d'essayer !

     

    « L'astéroïde 52768 (1998 OR2) passe près de la TerreLes reliefs du premier quartier de Lune »

  • Commentaires

    1
    Lundi 27 Avril à 12:18

    Voilà un lien intéressant qui montre un spectre de PK75+5.1 (V1016 Cyg) où l'on peut observer la trés bonne réponse de l'objet dans l'OIII :

    http://www.astronomie-amateur.fr/feuilles/Spectroscopie/SyS/V1016Cyg.html

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :