• Gros plans sur les reliefs lunaires avec la lunette de 125 mm

    Je me lance dans une nouvelle soirée d'imagerie lunaire alors que notre satellite naturel présente une phase gibbeuse. Pour cette occasion la turbulence atmosphérique est encore sensible mais moins catastrophique qu'avant hier. J'ai amélioré le setup avec l'ajout d'une bague allonge à l'arrière de la lunette et je commence à bien me familiariser avec les paramètres d’acquisition de la caméra CCD Inova PLB-C2 ainsi qu'avec les logiciels de traitement. Cela me permet d'exploiter au mieux le potentiel de la lunette TS photoline de 125 mm qui se soir à donner de bons résultats en terme de résolution. Je commence la promenade par l'hémisphère nord avec une belle vision du cratère Platon.

    Cette plaine murée de 101 kms de diamètre présente un fond sombre basaltique caractéristique que l'astronome Heveluis appelait "le grand lac noir". A l'est de Platon une faille est visible sur l'image, il s'agit de Rima Plato. Vers l'ouest se trouve le célèbre Golfe des iris (Sinus Iridium). Il s'agit d'un grand cratère largement ouvert sur les vastes plaines de basalte de Mare Imbrium.

    Sinus iridium

    Voilà une vue du secteur avec un champ plus large, elle a été prise sans la barlow Powermate 2,5x.

    Je retourne à l'est de Platon pour tirer le portrait la vallée des Alpes (Vallis Alpes), même si elle est maintenant loin du terminateur et que de ce fait son relief est écrasé par la lumière du Soleil.

    Vallis Alpes

    Au sud de Mare Imbrium, Copernic (93 km de diamètre) est un cratère impressionnant. il possède des remparts en gradins très élevés puisqu'ils peuvent atteindre près de 3800 mètres d’altitude. Ce cratère est considéré comme jeune, son âge est estimé à 800 millions d'année. Juste au sud-est de Copernis se trouve une zone intéressante couverte de craterlets et qui abrite un cratère fantôme nommé Stadius (69 kms de diamètre).

    Avec une vue plus large on distingue mieux le système de rayons claires d'éjectas de Copernic. Près du terminateur un petit cratère au relief prononcé sort de l'ombre, il s'agit du cratère Kepler.

    Voilà le portrait du cratère Kepler (31 kms de diamètre) avec la barlows Powermate 2,5x. Il n'est pas très grand mais ses remparts sont très haut, ils peuvent atteindre 2600 mètres d’altitude par endroits.

    Un peu plus au sud, le long du terminateur, Mare Humorum sort de l'ombre. Sur le bord nord de cette mer lunaire se trouve la remarquable cratère Gassendi.

    La plaine murée Gassendi (110 kms de diamètre) possède un relief marqué et une structure complexe. Au sud de son triple piton central on remarque un système de fissures nommées Rimae Gassendi.

    Je progresse encore vers le sud, toujours le long du terminateur pour m'arrêter sur deux cratères assez originaux. Hainzel est un cratère trilobé de 70 kms de diamètre et Schiller (qui est partiellement plongé dans l'ombre) présente une drôle de structure en forme d’empreinte de pas ! Schiller s'étend sur 179x71 kms de diamètre.

    Vers l'est, dans la zone un peu plus éclairée, je repère le remarquable cratère Clavius. Il s'agit du troisième plus grand cratère de la face visible de la Lune avec 225 kms de diamètre. Son arène est parsemée de nombreux cratères plus petits.

    Au nord de Clavius c'est le cratère Tycho qui se distingue. Ce jeune cratère présente un relief prononcé avec une profondeur de près de 4800 mètres !

    Au sud de Tycho et Clavius près du pôle sud on trouve énormément de cratères. Moretus (114 kms de diamètre) est l'un d'entre eux, il possède un relief marqué avec des remparts en gradins et un beau piton central.

    Je change de secteur pour rendre visite à la zone sombre de Mare Nubius, toujours dans l'hémisphère sud de la Lune. Sur la rive sud de Mare Nubium se trouve la plaine murée à fond sombre Pitatus (97 kms de diamètre). Un vieux cratère qui fut autrefois rempli de lave. Au nord-ouest de Pitatus une faille est visible, il s'agit de Rima Hesodius (le trait fin au centre de l'image). Elle porte le même nom qu'un petit cratère très original qui présente une double enceinte concentrique : Le cratère Hesodius A.

    Nouvelle image du secteur un peu décalée vers l'est pour faire entrer sur l'image la célèbre falaise du Mur Droit (Ruper Recta). Cette formation lunaire est bien visible sur le bord droit de la photo comme un long trait sombre. Même si cet escarpement est très long (il s'étire sur près de 120 kms) en fait le dénivelé de la pente est très faible. Une fissure discrète appelée Rima Birt est également visible, elle est presque parallèle à Rupes Recta.

    « C/2020 F8 SWAN, une nouvelle comète prometteuseReliefs du terminateur deux jours avant la pleine Lune »

  • Commentaires

    1
    gillounet
    Mardi 5 Mai à 11:51

    Cette session est une réussite ! Imagines un peu le panorama du haut des promontoires Laplace ou Héraclite sur Sinus Iridum et les monts du Jura ?

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Mardi 5 Mai à 16:52

    Salut Gilles !

    Oui cette session a été plus réussie que la précédente avec une turbulence un poil meilleure et une meilleure maitrise des traitements à force d'entrainement. La Lune fait passer agréablement les soirées de confinement, pas d'attestation à remplir pour se balader là haut, on peut visiter ce qu'on veut et imaginer ce qu'on verrait si on y était comme tu l'as fait :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :