• Ciel profond au balcon depuis Marseille en mode confiné

    Initialement pour cette nouvelle Lune du mois de mars je devais me rendre dans le Verdon avec mon dobson de 508 mm pour son baptême de ciel noir. Malheureusement l'épidémie de coronavirus en a décidé autrement et comme un bon nombre d'astronomes amateurs en France je me suis retrouvé confiné dans mon appartement dans une grande ville où la pollution lumineuse règne en maître. Une situation d'autant plus frustrante que la météo est actuellement au beau fixe, aucun nuage en vue, le ciel est parfaitement dégagé ! Qu'à cela ne tienne, je ne vais pas me résigner comme çà ... Ma soirée d'observation aura quand même lieu, mais avec ma lunette TS photoline de 125 mm depuis la terrasse !

    Par chance ma petite terrasse orientée nord n'est pas couverte et je peux pointer en direction du zénith pour chercher la comète C/2019 Y4 ATLAS dans la Grande Ourse. Le ciel à la verticale est toujours plus sombre qu'en pointant vers l'horizon, c'est un secteur du ciel exploitable pour le ciel profond ou les comètes diffuses lorsqu'on observe en ville. Je repère d'abord M81 et M82, les deux galaxies sont bien visibles dans la lunette de 125 mm malgré la pollution lumineuse des environs. Je chemine ensuite d'étoile en étoile jusqu'à la zone où la comète ATLAS est censée se trouver mais je ne vois rien au premier abord. Je change d'oculaire, j'enlève l'Erflé 42 mm (23x) et passe au ES 18 mm (54x), et là je commence à la deviner comme une vague tache diffuse homogène et très pâle. Elle est un peu mieux perçue avec le filtre Lumicon Swan Band Comet, les filtres aident toujours quand le ciel est mauvais ! Par contre je note une grosse différence de visibilité et de détails perçus après mon observation faite au T508 mm depuis Riboux. Vue depuis Marseille ATLAS est complètement fantomatique ...

    C/2019 Y4 ATLAS - Comète dans la Grande Ourse
    Lunette TS photoline de 125 mm à 54x (Explore Scientific 18 mm)
    Marseille (13)

    Je passe au ciel profond. Comme le Cocher est bien visible vers le nord ouest je décide d'aller rendre visite à la petite nébuleuse planétaire IC 2149 (10,6m - 34"). Lorsqu'on observe en ville il faut bien choisir ses cibles si on veut avoir une chance de voir quelque chose. Les petites nébuleuses planétaires compactes et brillantes sont des sujets d'observation contrastés et qui ressortent donc très bien dans un ciel lumineux. A 54x IC 2149 est bien visible, mais elle est presque stellaire, du coup je m'aide d'un filtre UHC que j'intercale entre l'oeil et l'oculaire pour la faire clignoter et m'assurer qu'il s'agit bien d'elle. A 97x avec l'Ethos de 10 mm par contre il n'y a plus de doute, la nébuleuse planétaire révèle clairement son minuscule disque nébuleux plus brillant au centre. En vision décalée il me semble même deviner une ovalisation.

    IC 2149 planetary nebula

    IC 2149 - Nébuleuse planétaire dans le Cocher
    Lunette TS photoline de 125 mm à 54x (Explore Scientific 18 mm)
    Marseille (13)

    L'heure avance et la fraicheur s'installe. Face à moi j'observe les étoiles de la Petite Ourse et du Dragon. Je réfléchis pour trouver des cibles dans ce secteur du ciel.

    Un autre type d'objet passe bien en ville, ce sont les astérismes. A l'image des amas ouverts ils se composent d'étoiles et leur aspect non diffus fait qu'ils ressortent facilement. Je choisis d'aller rendre visite à un groupe d'étoiles situé dans le Dragon et qui est connu sous le nom de Kemble 2. Il a été découvert par le père Lucian Kemble, un moine franciscain qui était aussi astronome amateur. Cet observateur est également connu pour avoir découvert la fameuse cascade de Kemble visible dans la Girafe. Kemble 2 est un astérisme assez sympa à observer car il ressemble à une version miniature de la constellation de Cassiopée avec sa forme en "W".  Voilà donc une cible très intéressante pour les possesseurs de petits instruments citadins.

    Kemble 2 mini cassiopeia

    Kemble 2 - Astérisme dans le Dragon
    Lunette TS photoline de 125 mm à 23x (Erflé 42 mm)
    Marseille (13)

    Il est maintenant 2h30 du matin, je pointe une dernière cible mais en restant dans le thème des astérismes attrayants. J'ai l'idée d'aller rendre visite à Whiting 1 de la Petite Ourse. Ce groupe d'étoiles, dont la forme rappelle celle d'un "petit porte manteau" (mini coathanger en anglais), a été découvert par l'astronome amateur Tom Whiting. A 54x à l'oculaire je découvre un ensemble d’étoiles de 9m à 11m moins spectaculaire que le "grand porte manteau" (Collinder 399 dans le Petit Renard). Mais la forme qui lui a valu son surnom est quand même assez bien reconnaissable donc l'observation est quand même sympa.

    Whiting 1 mini coathanger asterism

    Whiting 1 "mini coathanger" - Astérisme dans la Petite Ourse
    Lunette TS photoline de 125 mm à 54x (Explore Scientific 18 mm)
    Marseille (13)

    Je m'arrête là pour cette nuit. Même si la perspective d'observer des objets du ciel profond depuis une grande ville très éclairée comme Marseille est à la base une idée peu réjouissante, j'ai quand même pu passer quelques heures plaisantes à l'oculaire de la lunette sur mon balcon en choisissant des cibles adaptées au contexte.

    Bon courage à tout les confinés !

    « Petite nuit étoilée à Riboux avant le confinementVénus croise l'amas des Pléiades »

  • Commentaires

    1
    Max
    Dimanche 22 Mars à 10:48

    Salut Laurent!

    Sympa l'astérisme de Kemble dans le Dragon! Je ne connaissais que sa fameuse cascade tongue

    De mon côté j'ai essayé de faire du ciel profond depuis mon balcon....aie le résultat faisait peine aux yeux! J'ai observé avec mon 130mm pour le coup. Après avoir observé M103 dans Cassiopée et de voir aussi peu d'étoiles dans l'oculaire m'a rendu nostalgique de l'époque ou nous pouvions nous déplacer sous un ciel plus pur...snif!!! Vivement la fin!!!

    2
    Dimanche 22 Mars à 11:23

    Salut Max !

    Sur les amas ouverts tu peux compenser les effets néfastes de la pollution lumineuse en essayant des grossissements plus élevés, tu récupèreras quelques étoiles faibles pour compléter ton dessin. De chez moi c'est le côté nord qui est un peu plus sombre car je vise vers les collines de la chaîne de l'étoile, vers le sud j'ai tout Marseille du coup c'est moins exploitable. La terrasse sud est intéressante pour les planètes mais elles sont toutes visibles à l'aube en ce moment, c'est pas top.

    3
    gillounet
    Dimanche 22 Mars à 16:07

    Courage Laurent, les belles nuits reviendront. Après un (deux) mois de confinement, nous ressortirons plus forts, plus affutés… moins bêtes ???

    Dans mon ciel ceyresten à 19.7 au SQM, je me suis fait un petit shoot, une petite ligne Dénébola / Vindemiatrix. T'en veux ? Je me suis régalé.

    Bon je sais que les jours sont moroses. Bon courage à toi.

    4
    Dimanche 22 Mars à 16:21

    Salut Gilles !

    T’inquiètes, je tiens bon ! je ne suis pas du genre à m'ennuyer, même en astro tu vois que j'arrive à me faire plaisir. Dès que la Lune sera revenue je vais essayer de refaire un peu de dessin lunaire çà fait très longtemps que j'en ai pas fait.

    Mais c'est sûr que j'aurais bien pris comme toi une petite ligne de galaxies entre Denebola et Vindemiatrix :) . Avec un SQM à 19,7 çà laisse encore des possibilités dans le ciel profond nébuleux, Pichauris c'est 20,3.

    Par contre pour ce qui est de sortir du confinement plus affuté, çà j'en suis pas sûr ! ;) . A force de bouffer et de ne pas beaucoup bouger on ressemblera bientôt à des galaxies elliptiques :)) . Je rêve quand même de retourner plonger, çà c'est ce qui me manque ! mais à mon avis vu qu'il n'y a plus de pêcheurs et de chasseurs sous-marins quand on retournera à l'eau on verra plus de poissons !

    Porte toi bien

    5
    Alexandre49
    Mardi 24 Mars à 23:43

    Bonsoir à tous et en particulier à Laurent

    Voilà des nouvelles de la comète C/2019 Y4 observée ce mardi soir à 20h15 TU depuis chez moi en pleine campagne du val de Loire. Certes j'ai de la chance de pouvoir observer sans problème de confinement mais avec un petit bémol : je me suis foulé le bras la semaine dernière donc pas de sortie (pour l'instant) de mon dobson de 250 mm (le tube se prend avec les bras).

    Observée dans mon modeste  T 120x30, la mag a été estimée à 9,1 (méthode M), un DC de 4/5 et un diamètre de 3,5' d'arc environ. La comète était assez facile à voir mais assez diffuse avec des bords semblant se diffuser plus loin. Pour une fois, un filtre swan C2 améliore bien sa visibilité, d'ailleurs son diamètre gonfle avec le filtre, atteignant presque 5' d'arc environ). A défaut en grossissant plus (x45), son centre plus dense est plus contrasté. Je pense qu'un observateur en campagne sous un bon ciel pourrait la tenter avec succès avec des jumelles de 80 mm.

    Pour C/2017 T2, je la laisse tomber après un suivi de qq mois (malgré la météo exécrable), car elle se rapproche de ma zone du ciel beaucoup moins favorable, assez basse vers le nord-ouest, dans le halo de la grosse ville du coin, Angers.

    Et pour mon gros 560 mm, j'attends que le ciel soit plus limpide (c'est à peine tout juste bon comme ces dernières nuits, certes sans nuage, mais pas top pour le CP), ménageant mon bras en +. (ce télescope est certes plus lourd mais monté sur roulettes pour parcourir les 10 mètres sur du dur, c'est faisable avec mon seul bras valide...). Donc on verra plus tard pour les comètes plus faibles.

    Laurent, continue bien à mon alimenter en observations urbaines, c'est toujours sympa (et encourageant pour certains d'entre nous) de constater que l'on voit des choses, comme les astérismes faciles tel Kemble 2 (j'en dis 2 mots dans le prochain n° d'Astrosurf mag de mai-juin). Vers l'ouest le soir, il y a aussi Kemble 1 dans la Girafe au niveau du petit amas ouvert facile NGC 1502.
    Bravo pour Whiting 1, bien plus difficile et bien peu connu !

    6
    Mercredi 25 Mars à 18:41

    Salut Alexandre !

    Pas de chance pour ton bras, j'espère que tu te rétabliras vite. Par contre c'est vraiment super d'avoir un bon ciel au pied de sa porte, çà aide à supporter le confinement !

    Ici à Marseille le mauvais temps s'est installé (jusqu'à samedi d'après les prévisions) donc çà va devenir compliqué pour faire du ciel profond maintenant, en plus de la pollution lumineuse il va falloir ajouter l'éclat de la Lune. Mais c'est pas grave, je vais essayer de me remettre au dessin lunaire :)

    Mais comme tu as pu le constater j'ai voulu montrer qu'on pouvait quand même faire un peu de ciel profond en milieu urbain à condition de pointer des cibles adaptées : astérismes, amas ouverts ou NP compacte.

    Cela dit, plus les jours d'enfermement vont passer plus on va rêver d'être à la canelilla au milieu des grands espaces !

    Amitiés

    7
    yapo
    Jeudi 26 Mars à 19:53

    Bien joué Laurent !

    A propos, Kemble 2 devrait être rebaptisé Bode 102, car ce "Messier" allemand l'a découvert en 1782 soit deux siècles avant Kemble !

    Bonne "confinuation" !

    Yann

    8
    Jeudi 26 Mars à 23:26

    Salut Yann !

    çà me fait plaisir de te lire :) Je suppose que tu es coincé en ville comme moi, au milieu de la pollution lumineuse ... Un confinement à Ceillac serait bien plus agréable ! J'espère en tout cas que tout le monde va bien dans ta famille.

    Et merci pour tes précisions historiques toujours précieuses, tu es vraiment le spécialiste des découvreurs anciens ! J'ignorais que Bode l'avait observé.

    Amitiés

    Laurent

    9
    Alexandre49
    Vendredi 27 Mars à 00:45

    Merci à toi aussi Yann pour cette précision : je vais l'ajouter dans mes notes.

    Sinon, C/2019 Y4 (re)mesuré ce jeudi soir à 22h30tu avec mon fidèle T 120 Mizar à 30x à mag 8,8. Donc encore un peu plus brillante que mon observation d'il y a 2 soirs, avec un diamètre à peine plus grand, surtout avec le filtre C2.
    Vue aussi aux J 43x10 mais pas évidente car bien haute dans le ciel et la proximité d'une étoile de mag 7 gênait un peu. Toutefois comme tous les autres soirs de la semaine, le ciel est loin d'être si limpide que cela... Si ce n'est pas trop gênant en imagerie, ce n'est pas avec ces soirées là que l'on fera de la NP Abell en visuel même en pleine campagne !!

    Comme dit si bien Yann : Bonne "confinuation"  à toi Laurent !

    Alexandre ... confiné aussi (mais en campagne) avec un bras et un poignet toujours affaiblis :(

    10
    yapo
    Vendredi 27 Mars à 00:51

    J'échange mon bras/poignet pour ta campagne, Alexandre !

    Oui confiné mais j'ai pas tenté d'observation. Trop peu de matériel ici… oui le confinement aurait été meilleur à Ceillac mais il aurait fallu prévoir !

    Je m'occupe en corrigeant les observations de Lord Rosse, avec quelques ajustements historiques à la clef.

    Bon ciel à vous deux !

    11
    yapo
    Vendredi 27 Mars à 00:52

    Eh Laurent, c'est toujours un bol de plaisir ton blog !

    12
    Alexandre49
    Vendredi 27 Mars à 01:15

    Rire Yann... je garde ma campagne... mon bras et poignet finiront bien par guérir ... avant la fin du confinement...

    Pendant que je t'ai sous la main, une question que seul le grand Yann (et aussi peut-être Laurent ?) pourrait répondre : comment ces astronomes anglais, W. Herschel en prime ont découvert autant d'objets sous le ciel anglais en si peu de temps (les années 1785-90)... sachant qu'en +, les années 1783 (et peut-être + ?) avaient donné une météo EXECRABLE  suite à l'explosion du terrible volcan islandais, le Laki je crois ... avec ses conséquences poussiéreuses terribles dans l'atmosphère sur toute l'Europe ???
    Y'avait-il un nombre de nuits claires plus grand que celles maintenant dans le sud de le France ???
    ... ou (et) alors ces astronomes vivaient que la nuit...

    13
    yapo
    Vendredi 27 Mars à 01:23

    je vois deux raisons principales

    1) c'était des professionnels quand même (i.e. ils y passaient du temps à se préparer et à exploiter les nuits, mêmes imparfaites),

    2) ils avaient des assistants (serviteurs, soeur, etc.) qui aidaient, qui surveillaient si ça se dégageait

    pour le volcan, je n'en ai pas vu mention chez Herschel donc l'incidence sur les observations n'a pas du être handicapante

     

    14
    Vendredi 27 Mars à 10:16

    Salut !

    Et puis ils avaient presque tout à découvrir à cette époque (personne n'avait encore jamais remarqué un astre aussi brillant qu'Uranus, alors t'imagines la flopée de tachouilles qu'il restait à répertorier !), il suffisait à mon avis d'une nuit par-ci par-là pour faire des découvertes à la chaine. En plus il était bien équipé en matériel pour son époque par rapport à ses contemporains et surtout il observait sans pollution lumineuse !

    C'est sûr que maintenant en 2020 même dans le sud de la France le nombre de nuits claires diminue d'année en année, fini les nuits froides et limpides d'hiver de ma jeunesse, maintenant on a des vagues de nuages qui se forment sur la Méditerranée trop chaude et qui remontent sans arrêt ... Depuis l'article, je n'ai pas eu une nuit claire, et la semaine à venir la météo annonce la même chose ...

    La prochaine fois c'est dans le désert de l'Atacama que je me fais confiner ;)

     

    15
    Alexandre49
    Vendredi 27 Mars à 11:26

    Salut à tous les 2 !

    Excuse moi Laurent d'avoir fait un aparté un peu long dans ta rubrique.

    Certes, je sais bien que tout était à découvrir mais tout de même quel rendement  de folie avec des assistants ces anglish !! Etant donné le savoir de Yann, je l'imagine un jour faire un petit sujet (dans une revue qui va bien par exemple) sur ce domaine à ma connaissance jamais développé (avec qq stats ?).

    Laurent, tu ne me surprends pas par ton honnêteté quand tu parles de l'évolution météo négative dans ta région. D'habitude, un marseillais (ou un gars du sud) te dira : "il fait toujours beau chez nous, pas comme chez vous dans le nord où il fait froid et pluvieux tout le temps". Cela me rappelle une anecdote : un ancien copain marseillais me disait : "Vous vous faites avoir avec le pare soleil sur vos voitures qui ne sert à rien dans le nord ! " et je rétorquais : "et vous avec les essuie-glaces !" et j'ajouterez que maintenant j'ai peur que les essuie-glaces soient encore plus inutiles car quand il pleut, c'est vraiment le déluge j'ai bien peur... Mais bon je suis un nordiste... même si j'habite à 300 mètres au sud de la Loire... ;-)

    Le malheur dans tout cela, c'est qu'effectivement le nombre de nuits (parfaitement) claires diminue partout, sans parler de la pollution lumineuse.

    Parmi les choses biens du confinement, c'est qu'il y a moins de pollution industrielle entre autres, de consommation frénétique d'un monde surpeuplé toujours en quête de croissance et que la nature (flore et faune) reprend "du poil de la bête".
    Ouais c'est bien d'avoir moins d'oxyde d'azote, moins de plastique jeté n'importe où, d'avions dans le ciel,... mince alors ! Comment retournerons nous au Chili Laurent ?.... Plus de temps à cause du confinement, c'est aussi + de bla-bla sur le net aussi... C'est bien ça ? ^^

    16
    yapo
    Vendredi 27 Mars à 22:40

    Pour Alexandre, si tu décryptes l'anglais, tu peux lire l'intro des catalogues de William Herschel (par exemple ici https://royalsocietypublishing.org/doi/pdf/10.1098/rstl.1786.0027) où il décrit un peu techniques et méthodes. Pour des articles "historiques" dans Astrosurf, je pense que ça n'intéresse que peu de monde car nos amateurs sont plus tournés vers la technique (et avec raison), même si il y a beaucoup à apprendre de ces observateurs de la belle épqoue (y compris en technique).

    Pour Laurent, je ne suis pas un sudiste, mais de ce que je me rappelle de mes vacances de printemps systématiquement passées dans les Alpes du Sud dans ma jeunesse (1985-1995), il y avait une sacrée tendance au mauvais temps humide dans ces périodes, à la différence notable des 3 autres saisons.

    17
    etoilesdesecrins
    Dimanche 29 Mars à 20:30

    Salut à tous !

     

    oui bien joué dans ces conditions, une lunette vite installée permet de belles observations esthétiques de NP brillantes, amas brillants mais aussi amas globulaires classiques.

    En campagne, je privilégie ces objets aussi lors des interminables crépuscules d'été ou en conditions dégradées (brume, lune). C'est ainsi que j'avais fait la connaissance de Whiting 1, par contre Kemble 2 ne m'est connu que de réputation de par sa ressemblance avec Cassiopée.

    La météo mériterait plus ample développement et oui je me suis aussi étonné de cette prolifique découverte d'objets depuis des contrées peu favorables côté météo ! Aujourd'hui je ne pense pas qu'elles soient réputées plus claires que Lyon par ex, et quand je vois le peu de soirs clairs ici on peut s'interroger effectivement sur les astuces qu'ils avaient ou l'évolution du climat. A Lyon je compte en moyenne 2 à 3 sorties CP longues par mois. Notant depuis 6 ans le nb de soirs clairs je n'ai pourtant pas vraiment vu de diminution, même si l'impression ressentie semble plus négative, avec fort peu de soirées claires et de gel l'hiver, et même des voiles de chaleur dès février ! Et ne parlons pas de juillet !

    J'ai débuté l'astro en 86 avec une L60/800 et résidant dans le Vaucluse, nous allions en gros tous les 15 jours rendre visite aux grands-parents entre Sisteron et Gap. Je n'ai pas noté les stats, et ma mémoire peut me jouer des tours en idéalisant le lieu et l'époque, mais il me semble que le seul facteur limitant les observations était la fatigue et ...peut-être le mistral !! Que de ciels clairs et purs à l'époque ! Mon carnet de dessins de l'époque bien fourni, en peu de temps car je suis rapidement alors passé à d'autres activités, témoigne de cette abondance de beaux ciels !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :