• Petite balade dans le Système Solaire à Pichauris

    Ce samedi 17 mai 2014 le ciel est bien dégagé et même si la Lune gibbeuse gênante doit se lever vers 23h45 nous décidons d'organiser une petite soirée d'observation sur le pouce. Nous choisissons de nous retrouver sur le site de Pichauris vers 21h et malgré les cohortes imprévues de nuages qui se sont entre temps invitées à la star party (comme d'habitude !) nous sommes une poignée à répondre à l'appel des étoiles.

    Vers 21h30 je rejoins mes amis. Les premiers astres sont déjà présents dans le ciel qui s'assombrit progressivement. Vers l'ouest Jupiter brille de tout son éclat et au dessous de la géante gazeuse, près de l'horizon, luit la discrète planète Mercure.

    Mercure est le petit point brillant à gauche du pylone électrique

    Vincent et David son déjà en pleine observation de cette planète, la plus proche du Soleil. Mais compte tenu de sa faible hauteur sur l'horizon son image apparaît très turbulente et nous percevons tout juste sa phase en quartier.

    Jupiter turbule aussi à l'oculaire, elle est pourtant plus haute que Mercure dans le ciel. Cela ne nous empêche pas de suivre la disparition de son satellite Io derrière le disque de la géante gazeuse. Voilà une petite observation bien sympa.

    En attendant que le crépuscule astronomique arrive et que le ciel soit définitivement sombre nous décidons de faire une pause apéro. Noix de cajou, quiche aux lardons et cake aux olives accompagnent la mauresque et nous trinquons à cette soirée de retrouvailles.

    David nous fait goûter à de succulents desserts ramenés d'un séjour à Barcelone, nougats à la crème catalane et cocas au sucre et aux pignons. Un délice !

    Il est temps de retourner à nos observations. Au programme ce soir, une flopée d'astéroïdes ! Vincent attaque fort avec un challenge, l'astéroïde 163-Erigone de 14m. Dans le télescope de 300 mm on ne perçoit pas grand chose d'évident, le ciel est un peu laiteux et la magnitude limite à l'instrument semble stagner vers 13,5m ...

    Du coup il passe à une cible bien plus brillante, il s'agit d'une étoile triple nommée Struve 1604 et qui se situe dans la constellation du Corbeau. Cette triple à l'originalité de comporter trois étoiles présentant par jeux de contraste trois couleurs différentes : une bleue, une blanche, et une rouge ! A l'oculaire les couleurs sont subtiles mais bien visibles. La composante la plus brillante est au centre, elle est censée être blanche mais moi je la vois plutôt jaune. L'étoile principale est SAO 157111 de 6,65m, elle est de type G0, çà colle assez bien avec la teinte jaunâtre perçue. De part et d'autre de cet astre se trouvent les deux compagnons bleu et rouge. Très joli !

    L'étoile triple Struve 1604 dans le Corbeau
    Télescope Orion Optics de 300 mm à 170x (Ethos 8 mm)
    Pichauris (13)

    Nous retournons maintenant à nos astéroïdes. Avec le travel Dobson de 254 mm je pars à la recherche de 402-Chloé dans la constellation du Serpent. Ce petit bloc de roche de 54 km de diamètre est identifié sans trop de problème, il brille à la magnitude 12,5m. Il apparaît encadré par trois étoiles de 10,6m à 11,7m qui dessinent un grand chapeau circonflexe. L'observation est intéressante car dans le champ de vision se trouve une faible galaxie, il s'agit de NGC 5854 (12,0m - 2,8'x0,8'). Celle-ci est faiblement visible, au premier abord je distingue surtout sa région centrale. En vision décalée je perçois un étirement dans le sens NE/SO.

    Notons en anecdote que le profil de 402-Chloé a été déterminé grace à une occultation d'étoile qui se déroula le 14 décembre 2004. l'astéroïde est plutôt allongé.

    402 Chloe asteroid

    La galaxie NGC 5854 et l'astéroïde 402 - Chloé dans le Serpent
    Télescope Sumerian Optics de 254 mm à 125x (Ethos 10 mm)
    Pichauris (13)

    Entre temps Vincent a pointé un autre astéroïde au 300 mm, il est passé à 221-Eos qui circule à la frontière entre le Serpent et la Balance. Ce petit corps de 103 km de diamètre est repéré assez facilement comme un petit point de 12,1m.

    Cible suivante : 772-Tanete (118 km de diamètre), en direction de la limite entre la constellation de la Balance et celle de la Vierge. Cet astéroïde de 12,3m est lui aussi bien visible. Il se trouve à moins de 7' d'arc de la galaxie NGC 5750 (11,7m - 3,0'x1,7') ce qui rajoute un intérêt indéniable à cette observation. Malheureusement avec la Lune qui se lève, difficile de voir autre chose qu'une pâle tache diffuse un peu ovalisée. 

    La galaxie NGC 5750 et l'astéroïde 772 - Tanete dans la Vierge
    Télescope Orion Optics de 300 mm à 170x (Ethos 8 mm)
    Pichauris (13)

     

    Le ciel devient de plus en plus lumineux et je décide de clôturer la soirée avec la planète Mars. Dans le 254 mm à 70x elle apparaît déjà turbulente ... pas évident de voir des détails. Loin de me décourager je saute directement à 343x avec l'Ethos de 3,7 mm et même si l'image obtenue n'est pas terrible je parviens quand même à percevoir des détails. La calotte polaire nord est bien visible, elle apparaît surmontée d'une grande formation sombre que j'identifie comme étant Mare Acidalium car c'est derniers temps à chaque fois que je pointe Mars je tombe sur elle ! Quelques zones claires sont également perçues, l'une d'elle recouvre le plateau de Tharsis et révèle l'emplacement des grands volcans martiens. En fait j'arrive au même niveau de détail qu'avec ma lunette de 80 mm, pas plus, car la turbulence me bride complètement.

    La planète Mars
    Télescope Sumerian Optics de 254 mm à 343x (Ethos SX 3,7 mm)
    Pichauris (13)

    Voilà une cession d'observation qui s'achève, celle-ci aura été marquée par la découverte de quelques astéroïdes, de petites cibles originales et qui passent bien quand le ciel n'est pas au top. Avant de nous quitter Olivier nous propose de découvrir sur son ordinateur des images des observatoires ALMA et Cerro Paranal, ce dernier abrite les télescopes de 8 mètres du réseau VLT. Olivier a eu la chance de partir les visiter il y a quelques temps et c'est sur ces images de rêve que nous nous quittons. Vous pouvez retrouver quelques extraits de la conférence d'Oliver Sanguy sur son expédition dans l'Atacama sur le lien suivant.

    « Conjonction entre 1-Cérès et 4-Vesta2014, sous le ciel de Bali, Indonésie »

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :