• RAGBR 59 : Merci Vega !

    Cela faisait longtemps que nous n'étions pas retournés observer sur le terrain de Rians à l'occasion d'une RAGBR. Pour cette 59ème cession nous ne dérogeons pas à la règle, la météo est maussade, mais les prévisions nous laisser espérer un petit mieux pour la soirée.

    Je suis le premier arrivé sur le site et comme le ciel est encore pourvu de large trouées bleues je décide de monter le télescope.

    En installant la base du Dobson je tombe sur une cigale qui étrangement se déplace parterre. En m'approchant elle me lance trois "criii, criiii, criii !" alors j'ai compris, je vais m'installer un peu plus loin ...

    Puis les amis arrivent les uns après les autres et l'apéro commence. En cette saison la nuit tarde à tomber, nous avons tout le loisir de discuter en attendant les étoiles. Ces moments d'échange sont toujours des instants pleins de convivialité, cela contribue grandement au succès de nos sorties (le vin de nèfles aussi ! ;-).

    Malheureusement les heures passent et le plafond nuageux se densifie ...  quelques rares trouées nous permettent de distinguer les plus brillantes étoiles, mais guère plus. Comme Vega de la Lyre est bien visible je propose à mes compagnons une observation originale : faire de la spectroscopie sur cette brillante étoile de 0,03m et de type A0V.

    Je fixe le réseau Baader sur le Nagler 13 mm et fait circuler le verre diffuseur linéaire que l'on intercale entre l'oeil et l'oculaire. En effectuant une rotation de ce verre on parvient à étaler le spectre et de ce fait à distinguer des raies d'absorption. Comme Vega est une étoile plutôt jeune nous observons principalement deux raies de l'hydrogène dans le vert-bleu et dans le bleu profond, il s'agit du Hb et du Hg.

    Spectre de Vega - Etoile de la Lyre
    Telescope Sumerian Canopus de 381 mm à 131x (Nagler 13 mm)

    Rians la Verdière (83)

    Le ciel ne se dégage toujours pas, mais nous distinguons toujours clairement Vega. Je propose donc à Benjamin et Florian de tester leur filtre OIII Lumicon fraichement acheté grace au réseau. Pour cela il suffit de regarder le spectre de Vega et de placer le filtre entre l'oeil et l'oculaire. Le filtre coupe le spectre et ne laisse passer que les longueurs d'onde correspondant aux principales raies d'émissions des nébuleuses afin d'en augmenter le contraste. D'une marque à l'autre les filtres sont plus ou moins sélectifs, donc plus ou moins efficaces. Comme je dispose d'un OIII Astronomik, d'un Hb Thousand Oaks, et Benjamin d'un DGM OIII, nous nous lançons dans un comparatif de "bandes passantes". 

    On remarque qu'Astronomik sont les seuls à avoir fait un OIII "pur et dur" puisque le filtre ne transmet rien d'autre que du vert. Mais la version Lumicon apparaît plus étroite sur le OIII, ce filtre est donc plus sélectif sur cette longueur d'onde que l'Astronomik. Par contre il laisse passer un peu de Ha et de Hg. Le DGM OIII est très étrange, il est très largement passant sur le Ha, le OIII, et le Hg. A tel point que finalement il ressemble plus à un filtre UHC ! Quant au Hb Thousand Oaks il est bien centré et étroit sur le vert-bleu, la longueur d'onde du Hb située à côté du OIII. Il laisse également passer un peu de Ha.

    Un test comparatif de filtres interférientiels ne serait vraiment complet qu'avec une étude complémentaire du taux de transmission du flux lumineux dans les bandes passantes. Visuellement ce test est difficile à réaliser car les différences entre les filtres sont assez réduites (tout au plus quelques %), et comme le ciel était en permanence balayé par des bandes nuageuses plus ou moins épaisses qui faisait varier en intensité le spectre de Vega, percevoir de faibles variations de flux lumineux était impossible.

    Nous comptions poursuivre notre test avec une comparaison entre les filtres UHC Lumicon et UHC Explore Scientific, mais la météo en a décidé autrement et les nuages ont fini par recouvrir l'intégralité de la voûte étoilée. Se sera donc pour une prochaîne fois ! L'air de rien nous avons passé plus d'une heure d'observation sur l'étoile Vega, nous sommes restés accrochés à sa lumière comme des marins le sont à un phare, quelque peu désemparés sous ces flots de vapeur d'eau innondant inlassablement le ciel. Donc merci Vega !

    « C/2013UQ4 Catalina : une belle comète surprise pour l'été ?Chili 2009 : plongée dans les profondeurs australes »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 30 Juin 2014 à 23:37

    Coucou !

    Tu es un génie du dessin et de la retranscription sur ordinateur, c'est certain ! J'admire la fidélité avec laquelle tu représentes ce que nous avons vu à l'oculaire. Tellement précis.

    Amitiés,

    Benjamin

    2
    Mardi 1er Juillet 2014 à 13:00

    Salut Benjamin !

    Merci beaucoup pour le compliment, je suis assez content du rendu :-) Je crois que le réseau Baader et Vega ont sauvé notre soirée d'observation !

    A bientôt

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :