• Sortie express au Montdenier dans le Verdon

    Pour cette nouvelle Lune de septembre nous retournons observer au pied du massif du Montdenier dans le Verdon. Personnellement je ne vais pouvoir passer qu'une nuit là bas et je croise les doigts pour que le beau temps soit au rendez-vous afin d'en profiter. De ce point de vu là ce n'est pas gagné car il fait très chaud et les nuages commencent à bourgeonner sévèrement sur les reliefs.

    La route du Montdenier est toujours aussi agréable, je dirai que cette année la végétation a repris des couleurs par rapport à l'année dernière à la même époque, c'est sûrement dû à l'eau apportée par les neiges de l'hiver et le printemps pluvieux auxquels nous avons eu droit.

    Après un bon barbecue de saison je me motive pour monter le Canopus de 381 mm sous le cagnard provençal. Autour de moi les télescopes des copains qui sont arrivés la veille sont bâchés, protégés du Soleil.

    Vers 18h tout le monde s'active autour des instruments afin d'être prêt pour l'arrivée nuit.

     L'heure avance et sur la colline d'en face les moutons prennent le chemin de la bergerie.

    Alors que l'obscurité commence à envahir le ciel, les nuages sont malheureusement encore bien présents et masquent de larges parties de la voute céleste.

    Nous nous installons pour le repas en attendant qu'une éclaircie survienne et notre patience ne tarda pas à être récompensée. Au bout d'une heure une large percée a fait son apparition en laissant apparaître une magnifique Voie Lactée.

    Voie Lactée

    Je savoure rapidement une dernière part de pizza et je me précipite sur mon télescope. J'incline le tube et descends le long du ruban argenté de la Voie Lactée pour pointer la nébuleuse de l'aigle alias M16 (6,0m - 8,0'). Je l'ai dessiné avec ma lunette de 125 mm lors de ma dernière sortie sur la route de Morgiou, du coup cette observation au télescope de 381 mm va me permettre de faire un comparatif de l'objet avec un diamètre plus important. A 171x avec l'aide d'un filtre OIII je retrouve distinctement les différentes extensions de la nébuleuse qui évoquent vaguement la forme d'un aigle, du moins d'un oiseau en plein vol. Le gain du diamètre est parfaitement visible sur le nombre d'étoiles perçues dans l'amas qui est inséré dans la nébuleuse. Malgré la présence du filtre OIII qui fait chuter drastiquement la vision des étoiles faibles, l'amas apparaît bien fourni. Mais le détail le plus important reste la vision des fameux piliers de la création immortalisés et rendus célèbres par le télescope spatial Hubble. Même s'ils sont mal résolus ils sont clairement perceptibles en vision décalée comme une masse sombre présentation quelques petites ramifications.

    dessin à venir !

    Je change ensuite complètement de coin pour partir dans le Dragon, en direction du nord-ouest. Je convoite un beau trio de galaxies visibles dans le même champ de vision à l'oculaire, il s'agit de NGC 5985 (11,1m - 5,5'x3,0'), NGC 5982 (11,0m - 2,6'x1,9'), et NGC 5981 (13,2m - 2,7'x0,3').

    A 171x les trois univers-îles offre une belle vision d'ensemble même si elles ne paraissent pas très lumineuse. Il faut dire qu'elles ne sont pas très hautes dans le ciel. J'apprécie néanmoins le spectacle et décide d'en faire un dessin. NGC 5985 est la plus large mais aussi la plus diffuse. Son disque galactique apparaît clairement ovalisé dans le sens NE/SO et son noyau galactique est perceptible. NGC 5982 est visiblement la plus contrastée des trois car elle présente une condensation centrale bien lumineuse caractéristique des galaxies elliptiques. En vision décalée je note également une ovalisation dans le sens ESE/ONO. La troisième, NGC 5981, est la faiblarde du trio. Mais elle se révèle tout de même intéressante car en vision décalée elle dévoile un net étirement dans le sens SE/NO, elle paraît clairement vue par la tranche et dessine un joli fuseau nébuleux.

    ngc 5985 galaxy

    NGC 5985 - NGC 5982 - NGC 5981 -  Galaxies dans le Dragon
    Télescope Sumerian Optics de 381 mm à 171x (Ethos 10 mm)
    Montdenier (04)

    En effectuant le dessin de la triplette du Dragon j'ai remarqué que je percevais de moins en moins bien les galaxies. En levant les yeux vers le ciel je m'aperçois qu'un rideau de voile nuageux est en train de grignoter le ciel par l'ouest. Assez rapidement la chape sombre envahit la voute céleste ne laissant que quelques petites fenêtres claires où transparaissent difficilement quelques étoiles. Dans ces cas là l'observation des objets du ciel profond devient impossible, par contre lorsque le ciel est voilé une stabilité de l'atmosphère s'installe et les observations planétaires peuvent devenir intéressantes. Du coup je me tourne vers Mars qui est toujours visible vers le sud.

    Bien m'en a pris car la vision de la planète rouge se révèle assez détaillée malgré le fait que son diamètre apparent a tout de même un peu réduit depuis l'opposition de juillet (19,6" d'arc ce soir). La calotte polaire sud apparaît bien blanche, elle est comme à son habitude surlignée d'un fin liseré sombre sur son pourtour. Des zones sombres sont également perceptibles, Syrtis Major est devinée sur le limbe tandis qu'au méridien centrale le long bras de Sinus Sabeus et Sinus Meridiani se distinguent parfaitement.

    Mars 08-09-2018

    Mars
    Télescope Canopus de 381 mm à 171x (Ethos de 10 mm + filtre orange n°21)
    Montdenier (04)

    Le ciel finit quand même par se couvrir complètement, la poisse ... C'est le moment d'aller boire un coup en attendant une éventuelle amélioration. Celle-ci se fait attendre mais vers 2h00 du matin les étoiles sont de retour. Je sens bien que le ciel n'est pas bien propre et qu'il reste des voiles par-ci par-là mais on va faire avec. Le pire c'est surtout l'humidité qui suinte de partout, les oculaires s'embuent, les atlas gondoles sans parler des feuilles à dessin. Je sens que la nuit d'observation va bientôt arriver à son terme ...

    Je me motive pour tenter une nouvelle cible, direction la constellation du Triangle cette fois-ci. Je vise le jolie petit amas Collinder 21 en forme de croissant, puis je me décale légèrement vers le nord pour observer les galaxies NGC 672 (10,7m - 6,0'x2,4') et IC 1727 (11,4m - 5,7'x2,4'). Les conditions d'observation ne sont pas optimales mais le duo est quand même joli, donc je me lance quand même dans un dernier dessin. Je note que NGC 672 et sa voisine présente toutes les deux une condensation centrale très étirée et n'ont pas de noyau marqué. Je remarque également que IC 1727 présente une extrémité NO plus évasée. Le champ stellaire est assez fourni même si on est loin de la Voie Lactée, l'étoile la plus faible perçue est de 15,9m, finalement c'est pas mal pour ce ciel en demi teinte !

    ngc 672 - IC 1727 galaxies

    NGC 672 et IC 1727 -  Galaxies dans le Triangle
    Télescope Sumerian Optics de 381 mm à 171x (Ethos 10 mm)
    Montdenier (04)

     

    « Un parfum de ciel austral à Morgiou

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :