• Quelques amas globulaires Palomar à l'oculaire du T508 mm

    La période de nouvelle Lune du mois de juillet est enfin arrivée ! C'est le moment que les astronomes amateurs férus de ciel profond attendent avec impatience car la lumière éblouissante de Lune s'absente et le ciel retrouve sa noirceur. Comme à mon habitude je décide d'avaler les kilomètres et de rejoindre les copains dans le Verdon profond, loin de la pollution lumineuse des grandes villes, même si avec mon emploi du temps chargé je ne vais malheureusement pouvoir profiter que d'une seule nuit d'observation. L'avantage de partir en week-end le samedi matin c'est que j'ai tout le temps de profiter des magnifiques paysages du plateau de Valensole, début juillet nous sommes au meilleur moment de la floraison des lavandes !

    plateau de Valensole

    valensole

    Mon arrivée au gîte s'effectue sous un beau Soleil. Mais il a suffit que je monte le télescope pour que le ciel commence à s'ennuager sévèrement. A ce moment là je dois avouer que le moral en a pris un coup car j'ai fait l'effort de prendre le Taurus 508 mm pour cette petite nuit du samedi et je comptais bien en profiter ! 

    Heureusement les copains sont là et les retrouvailles sont toujours joyeuses et conviviales même si le ciel nous jouent souvent de mauvais tours et nous prive d'étoiles.

    Alors que le Soleil se couche l'aspect du ciel vire à l'orage. Les prévisions météo n'avaient pas du tout prévu çà et je commence à me demander si je n'ai pas fait le déplacement pour rien ...

    Quelques goutes de pluie sont tombées vers 21h et les nuages ont continué à défiler au dessus de nos têtes jusqu'à près de 1h du matin. Nous tentons de nous remonter le moral en sirotant un petit rhum, puis, le miracle survint, les étoiles sont enfin apparues ! Et l’éclaircie à l'air durable, malgré la fatigue et l'heure tardive nous nous hâtons d'aller retrouver les télescopes.

    Par manque de temps je suis parti sans préparer de liste d'observation précise, mais comme je ne suis jamais à court d'idées il m'est soudainement venu l'envie d'explorer un peu le catalogue Palomar. Ce catalogue réunit 15 amas globulaires assez faibles, ils ont été catalogués par Georges Abell mais ont été découvert par plusieurs astronomes différents en étudiant les plaques photographies réalisées avec le télescope du Palomar (POSS) entre 1949 et 1959.

    http://www.deep-sky.co.uk/observing/palglobs/palglobs.htm

    Je commence les explorations par l'objet le plus bas de ma liste, il s'agit de Palomar 6 (13,6m - 7,2'), il est localisé à la limite entre Ophiucus et le Sagittaire. Cet amas globulaire extrêmement pâle et diffus doit son faible contraste visuel à sa situation basse sur l'horizon, mais aussi à son absence de condensation centrale (il est de type XI) et à sa position lointaine en direction du centre galactique. En effet, il est situé à 19 200 années-lumière dans le plan galactique, et de ce fait il apparaît fortement obscurci par la matière interstellaire située entre nous et lui. Dans le T508 mm à 165x je le devine comme une faible nébulosité circulaire perdu dans un champ d'étoiles assez riches, on peut dire qu'il rentre dans la catégorie "challenges visuels" celui-là. Comme il apparaît très pâle je ne peux malheureusement pas trop grossir sous peine de perdre en contraste. Le grossissement est tout de même suffisant pour laisser entrevoir quelques faibles composantes sur sa surface diffuse.

    Palomar 6 globular cluster

    Palomar 6 - Amas globulaire dans Ophuicus
    Télescope Taurus de 508 mm à 165x (APM HDC 13 mm)
    Le Poil (04) - SQM 21,55

    Je reste dans le Sagittaire pour la seconde cible : Palomar 8 (11,2m - 4,7'). Celui-ci n'est pas très difficile à observer car il est plutôt lumineux. D'ailleurs j'avais déjà réussi à le distinguer dans une lunette de 120 mm il y a près de quinze ans. Dans le dobson de 508 mm à 215x l'amas globulaire est facilement visible, il se présente comme une tache nébuleuse évidente entourée d'un petit halo périphérique plus faible. Le côté nord-ouest de l'amas semble plus tranché que le reste, cette impression est peut-être due à la présence d'un alignement de quelques étoiles faibles sur ce bord là. Palomar 8 est situé à 41700 années-lumière.

    palomar 8 globular cluster

    Palomar 8 - Amas globulaire dans le Sagittaire
    Télescope Taurus de 508 mm à 215x (Ethos 10 mm)
    Le Poil (04) - SQM 21,55

    Le ciel s'est bien dégagé, mais reste un peu laiteux. Cela n'empêche pas la Voie Lactée d'être très belle.

    Je file maintenant dans la constellation de l'Aigle pour rendre visite à Palomar 11 (11,9m - 3,2'). Ce dernier est de loin le plus petit des trois amas globulaires pointés ce soir. Lui aussi est très peu contrasté et il ne saute pas aux yeux même en étant certain d'avoir trouvé le bon champ de recherche. Après une observation attentive en vision décalée j'ai fini par le débusquer, il ressemble à une petite nébulosité nichée dans un champ assez fourni en étoiles. A 165x, je remarque que quelques composantes de l'amas se révèle faiblement sur sa surface, elles sont à une magnitude de 15.

    palomar 11 globular cluster

    Palomar 11 -  Amas globulaire dans l'Aigle
    Télescope Taurus de 508 mm à 165x (APM HDC 13 mm)
    Le Poil (04) - SQM 21,55

    En dehors du ciel profond cette soirée à pour moi été l'occasion de réaliser ma première observation de Jupiter pour cette opposition 2021. On la repère facilement car elle brille énormément en direction du sud-est. J'ai hâte de voir ce que çà va donner dans le Taurus 508 mm même si la géante gazeuse reste encore basse sur l'horizon.

    Par rapport à l'opposition précédente je note un grand chamboulement dans les deux bandes principales de la géante gazeuses, celles-ci sont devenues très minces ! La NEB présente une belle couleur brique qui offre un joli jeu de couleur avec la zone équatoriale qui apparaît franchement jaune-orangé. Bien que la turbulence soit assez présente je note quelques détails intéressants comme la bordure de la SEB qui est très irrégulière. Une petite tache grise m'interpelle juste au nord de la la SEB, il s'agit du disque du satellite Ganymède !

    Jupiter
    Telescope Dobson Taurus de 508 mm à 165x (APM HDC de 13 mm)
    Le Poil (04)

     Il est déjà presque 4h du matin, le ciel va commencer à s'éclaircir à cause des premiers rayons de Soleil, il est temps pour moi d'aller me coucher. Je n'aurais finalement eu que quelques heures tardives pour observer, mais cela m'aura suffit pour rendre visite à quelques objets inédits pour moi. Et c'est déjà pas mal ...

     

    « Une courte nuit d'observation avant le solstice d'étéLa nova récurrente RS ophiuchi est visible à l'oeil nu ! »

  • Commentaires

    1
    Nicolas
    Jeudi 22 Juillet à 12:55

    De la belle lecturecool. Et en voila une soirée courte mais pleins de défis ;)

    2
    Mardi 27 Juillet à 20:05

    Bonsoir Nicolas !

    Oui avec les amas globulaires Palomar la soirée d'observation devient vite une soirée de challenges ! Certains comme Palomar 8 et 9 dans le Sagittaire sont assez lumineux et pas très difficiles à voir, mais pour la majorité des autres amas du catalogue on se retrouve à rechercher des objets particulièrement pâles, très peu contrastés. Bref, des cibles à réserver pour les bonnes nuits !

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Mercredi 28 Juillet à 00:39

    Apart from the obvious, lavender pics are gorgeous. Such a beautiful scenery :)

    4
    Mardi 3 Août à 16:23

    thank you Aleksandra, the Valensole's region is magnificent between June 15 and July 15, the road crosses large fields of lavender, the landscape is almost entirely purple.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :