• Retour sous le ciel capricieux des Rayes

    Ravis de notre séjour passé au gîte des Rayes à la Toussaint 2013 nous avons décidé de remettre ça le temps d'un long week-end de ces vacances d'hiver. La dernière fois le mauvais temps nous a empêché d'apprécier la qualité du ciel de ce site mais nous comptons bien en profiter cette fois-ci.

    gîte des Rayes

    Nous sommes une quinzaine à nous retrouver pour ce petit séjour. A notre arrivée nous découvrons que le gîte et ses environs portent encore les traces des chutes de neige de la veille.

    Une fois installés dans nos quartiers nous profitons de la vue exceptionnelle offerte par les lieux.

     

    La journée est agréable et ensoleillée, tout le monde en profite pour aller promener sur le chemin enneigé. C'est que les marseillais ont rarement l'occasion de profiter des joies de la poudreuse !

    Nous sommes heureux de voir que malgré le froid les ânes sont toujours là, mais avec l'épais manteau blanc qui recouvre le sol ils n'ont plus grand chose à paître ...

    Lors de la promenade nous découvrons que la grande butte où nous comptions installer nos instruments est vraiment trop couverte de neige, nous décidons donc de monter le matériel près de la piscine du gîte. Cela nous oblige à déblayer le chemin d'accès mais le ciel bleu qui nous surplombe nous encourage à l'effort !

    Chacun creuse son petit "crop circle" dans la neige pour placer son télescope. L'avantage du froid c'est que nous n'aurons pas d'humidité ce soir ! Du moins on l'espère ...

    Jean-Christophe règle son C11

    De gauche à droite : l'Orion de 254 mm de Florian, mon Canopus de 381 mm et Denis avec son Canopus de 450 mm.

    La vue depuis l'esplanade de la piscine n'est pas mal non plus. La lumière du Soleil couchant donne une teinte incroyable aux paysages montagneux. 

    Voilà que la nuit commence déjà à tomber, il est temps de passer à table. L'apéro au Pisco Sur préparé avec soin par Denis nous permet de trinquer à cette belle journée. Nous avons une petite pensée pour ceux qui ne sont pas avec nous ce soir. S'en suit une très bonne tartiflette concoctée par Gilles et qui tombe à pic pour réchauffer tout le monde.

    C'est l'estomac bien rempli que nous partons rejoindre nos instruments. Le ciel est particulièrement noir et nous pouvons apprécier une magnifique Voie Lactée qui est visible jusque dans la Poupe, donc très bas vers l'horizon sud. Le Sky Quality Meter confirme cette sensation de très bon ciel et me donne une valeur de 21,58 ! C'est vraiment pas mal.

    Image prise au fish eye de 8 mm par Lionel Ruiz. On y distingue la Voie Lactée au couchant et une autre bande brillante plus discrète qui correspond au pont zodiacal. Une condensation est visible au  niveau de la constellation du Lion , il s'agit du gegenschein. Cette brillance émanant de l'écliptique est dûe aux poussières présentes dans le plan de circulation des planètes, celles-ci sont éclairées par le Soleil.

    La transparence est idéale, le problème c'est que le vent s'est levé ...!  décidément nous sommes poursuivis par une malédiction ... Ce souffle glacial rend l'observation peu confortable mais surtout fait vibrer les télescopes ce qui nous empêche de vraiment profiter des objets que l'on pointe.

    C'est bien dommage car la transparence nous permet d'accèder facilement à des objets diffus haituellement très pâles et difficiles à cerner. Je suis impressionné par la vision de la nébuleuse de la Rosette dans mon 381 mm qui se dévoile parfaitement avec des condensations brillantes, des ramifications et surtout de fines nervures sombres très subtiles. Nous parvenons également à percevoir la tache sombre de la tête de cheval (Barnard 33) sans aucun problème dans le Dobson de 254 mm de Florian. Les filaments de M1 (la nébuleuse du crabe) se révèlent dans le Canopus de 450 mm de Denis.

    De mon côté, impossible de dessiner, la feuille vole dans tout les sens. Je suis obligé de la plier en deux pour diminuer sa prise au vent et de choisir un objet pas trop compliqué à détailler pour essayer de produire quelque chose ce soir.

    J'opte pour l'hypergéante VY Canis Majoris, une belle étoile rouge démesurée dont le diamètre équivaut à près de 1500 fois celui du Soleil ! A 78x l'étoile est parfaitement reconnaissable car elle montre une belle couleur orange-rouge, elle est assez esthétique même si son éclat est plutôt modéré. Malgré le vend qui rend l'image à l'oculaire particulièrement instable, je décide quand même de grossir. A 462x les étoiles ne sont pas très nettes mais bizarrement je note que la tâche de VY CMa n'est pas ronde mais légèrement ovalisée. En consultant mon "Splendeurs du Ciel profond volume hiver" je vois sur une image que cette étoile est entourée d'une petite nébulosité étirée. J'ai bien l'impression que je suis parvenu à l'observer mais il faudra que je retourne sur cet objet un autre soir sans vent et sans turbulence majeure.

    VY Canis Majoris

    VY CMa - étoile hypergéante rouge entourée d'une nébuleuse
    Télescope Canopus de 381 mm à 462x (Ethos SX 3,7 mm)
    Les Rayes (04) - SQM 21,58

    Complètement gelés, nous partons faire un long break au gîte histoire de prendre quelques boissons chaudes. A notre retour sur le terrain d'observation nous découvrons les constellations du Lion et de la Vierge bien hautes dans le ciel. Je parcours rapidement l'amas Virgo et me délecte de quelques dizaines de galaxies. Malheureusement un autre coup du sort intervient, voilà que des nuages imprévus rappliquent par l'est. Le ciel commence à se couvrir sérieusement mais bon, il est déjà bien tard de toute façon et nous décidons de plier le matériel.

    Au programme du dimanche : repos et farniente. Nous profitons du Soleil et d'un magnifique ciel bleu intense !

    Malheureusement ce temps radieux ne va pas tenir toute la journée, les consultations des prévisions météo sont catégoriques, le ciel va se couvrir totalement à la tombée de la nuit ...! La poisse complète, mais on commence à être habitués ...

    Comme pour le séjour de la Toussaint on se retranche dans ce qui fait le charme des séjours aux Rayes : la convivialité et la gastronomie ! Pour ce dernier volet nous allons être servis, avec un somptueux poulet tandoori préparé par Lionel.

    Après ce succulent repas, pour digérer rien de tel qu'une bonne lecture ;-)

    Dehors le temps est radieux, le café est pris sur la terrasse devant un panorama toujours aussi grandiose. Parmi les reliefs qui attirent l'attention citons le rocher du Dromon avec son pic abrupt bordé d'un crête dentelée.

    Avec le puissant zoom de mon Lumix FZ200 je me suis amusé à voir jusqu'au portait l'incroyable vue dégagée du gîte. En fait on perçoit très bien à l'oeil nu la ligne de crête du massif de la Sainte-Baume et le décrochage du pic de Bertagne (1042m) qui sont situés à 106 km d'ici ! Avec le zoom on perçoit sur les images l'émetteur qui surplombe le village du Plan d'Aups et la "boule" de la station radar de Bertagne.

    En avant plan figurent les Pénitents des Mées et au loin le massif longiligne de la Sainte-Baume "cassé" par le pic de Bertagne.

    Puis le Soleil se couche et les nuages arrivent, comme prévu par la météo. Nous n'aurons pas de soirée d'observation ce coup-ci alors que le ciel est resté dégagé toute la journée, un comble. Sans commentaires ...

    Nous n'aurons donc pas de scrupules à rester à table pour déguster la soupe à l'oignon de Rémi et Caroline accompagnée des boreks et koftes préparés par Gina aidée de Laurent et Florian.

    On aura beau regarder le ciel régulièrement, aucune trouée n'est venue. Le ciel est resté bouché toute la soirée. Les nuages nous ont même réservé une petite surprise pour le lendemain matin car au réveil nous avons découvert par la fenêtre un beau manteau blanc tout frais et bien épais !

    Même si toute cette neige nous tire souci pour la route du retour, il faut bien avouer que les paysages enneigés offrent un spectacle de toute beauté.

    Voilà un nouveau séjour aux Rayes qui s'achève. Le bilan astronomique est plus que mitigé même si nous avons pu constater que le ciel de ce site est très bon. Mais ce lieu a quelquechose d'envoûtant et de particulièrement dépaysant qui fait que l'on oublie, l'espace de quelques jours, la ville et ses tracas quotidiens. Et c'est bien là l'essentiel !

      

    « Petite soirée venteuse à PichaurisEnfin une belle soirée d'observation ! »

  • Commentaires

    1
    BONIN Chantal.
    Mercredi 5 Mars 2014 à 09:50

    merci de nous faire partager vos observations,passionnantes et passionnées.

    Je suis une Mamy"astro"qui vit,en région lyonnaise.je suis au club "Einstein"dans mon village de Chaponnay.

    Des observations,nous n' en avons guère eu,faute à la météo capricieuse qui ne nous laisse pas de répit.

    Mais,gardons espoir.....grâce à vous ,Laurent et à d'autres "sites" ciel du mois,et autres...Je m'informe au quotidien!

    salut à toute votre équipe,qui respire  la joie de vivre !!

    Amitiés astronomiques de Chantal B.

     

    2
    Mercredi 5 Mars 2014 à 10:05

    Bonjour Chantal !

    Merci pour ce gentil commentaire :-) J'essaye au travers de mon blog de montrer que la pratique de l'astronomie est quelquechose de vivant, en plus de la découverte des beautés célestes c'est aussi des rencontres, le partage de bons moments, et la découverte de beaux endroits en france ou ailleurs.

    Question météo c'est vrai que l'on est pas gâtés ... même ici à Marseille c'est une catastrophe ! On n'a jamais eu autant de pluie et quand la météo annonce du beau temps c'est que l'on a droit à un vent à décorner les boeufs ...

    Je croise les doigts pour que l'on ait un beau printemps !

    Mes amitiés au club Einstein et merci encore pour votre message.

    Laurent

    3
    etoilesdesecrins
    Mercredi 5 Mars 2014 à 10:55

    Salut Laurent ! dommage pour le vent et les nuages ! Quand ça souffle du nord là-bas (c'est à dire souvent !) mieux vaut bien se protéger derrière un muret !

    J'ai regardé la localisation des Rayes, c'est tout près de là où je vais parfois (pied à terre familial vers Laragne) mais vous étiez plus haut en altitude. Je confirme que le ciel est de folie par là-bas, notamment quand le mistral le nettoie bien. Rien qu'à la 80ED c'est impressionnant le gain par rapport à mon site déjà bon des Monts du Lyonnais, notamment sur les objets diffus (je me souviens par ex de NGC5907 du Dragon à l'extrême limite dans le Lyonnais et évidente vers Laragne, et le trio du Lion impressionnant, peut-être comme avec un tube bien plus gros en ville ...) J'en parle parfois dans mes CROA. Et encore, c'est en plaine ! Mais toi qui as vu les ciels du Chili ou autre, sont-ils bien meilleurs encore ?

    4
    Mercredi 5 Mars 2014 à 11:56

    Salut !

    Se serait bien qu'on se retrouve là bas un soir car nous comptons bien y retourner même si pour l'instant côté météo nous n'avons pas été très chanceux. La prochaine fois je t'enverrai un message privé sur ton compte webastro au cas où tu sois dans le coin.

    Côté noirceur le ciel était très bon mais pas encore comparable au ciel du Chili. Au Chili le ciel est noir jusqu'à l'horizon, la Voie Lactée est verte tellement elle brille et on détaille à l'oeil nu les nébuleuses obscures qu'elle contient. Le ciel en France qui s'en approche le plus c'est celui du Restefond lorsque les conditions sont très bonnes. 

    Par contre en Provence le ciel des Rayes est ce que j'ai vu de plus noir pour l'instant.

    Amitiés

    5
    Alexandre49
    Mercredi 5 Mars 2014 à 17:03

    Bonjour à tous,

    C'est vrai que les aventures astronomiques de ces marseillais sont vraiment sympas, et en connaissant quelques uns (bien que je sois bien loin d'eux; je suis près d'Angers dans le Maine et Loire), l'ambiance est bien là en plus ! Cela va faire monter le nombre de cotisants du club d'Aubagne toute cette pub ;-)

    J'apporte une nuance pour la couleur de la voie lactée au Chili (j'étais présent aussi lors de la constatation), ce vert est toute en subtilité, à tel point que cette couleur n'a frappé personne je crois, avant que l'un de nous ne le fasse remarquer aux autres.

    Par contre, la vision de la voie lactée (et surtout avec son centre proche du zénith) est époustouflante avec ces très nombreuses découpures de poussières à l'œil nu. Et quand on vise ce centre avec une lunette 90 à 20 fois, alors là, la vision est telle (avec ses nodosités claires et sombres piquetées d'étoiles) qu'il est absolument hors de question de faire un dessin !!!

    Pour avoir beaucoup observé en altitude dans les Alpes (le Queyras) dans les années 90, mise à part les halos urbains (plus ou moins confinés près de l'horizon au loin), je sais que l'on peut aussi avoir parfois (lors des nuits les plus limpides et sèches) en France des nuits de folie, comparable à un bon ciel chilien. Là est toute la nuance.

    6
    BONIN Chantal.
    Mercredi 5 Mars 2014 à 17:43

    cher Laurent,

    Je viens, tout simplement ,vous remercier d'avoir répondu à mon petit mail.

    Je dois vous dire que je suis venue dans un club pour connaître un peu mieux les constellations,et ce ,il y a 4ans!le temps nous le permettait!!!mais très vite mes "hommes"(je suis la seule femme,et en retraite!!!)m'ont permis d'observer les beautés"célestes",et la 1ère claque a été l"les dentelles du Cygne"en Isère,au télescope 1m....Juchée sur un escabeau...puis,en Ardèche,avec un ami du club qui s'aidait de vos livres...Je ne savais pas qui était Laurent!!!c'est dans "astro magazine,"que j'ai relevé votre site,sans oser,jusqu'à ce jour ,vous écrire.

    Je me sens bien "petite"dans ce panel d'observateurs,avec un matériel "in",et des connaissances"hors pair",mais je continuerai à vous suivre"sur le web"...Merci,encore.

    Le soleil est revenu ,et pour plusieurs jours!

    Réjouissons -nous!

    Chantal B.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    7
    Jeudi 6 Mars 2014 à 11:48

    Salut Alexandre !

    La Voie lactée verte, une fois qu'on la vue on remarque cette teinte facilement. Je l'ai retrouvé l'été dernier au Restefond et j'ai pu la faire constater aux autres qui n'y avait pas prêté attention. Une fois la remarque faîte, ils m'ont dit "mais oui c'est vrai, elle est verte !". Cette teinte est pour moi vraiment un signe que le ciel est très bon.

    Amitiés 

    8
    BONIN Chantal.
    Lundi 10 Mars 2014 à 15:21

    Bonjour Laurent,

    Je me décide de vous poser une question:elle concerne VY Canis Majoris,cette hypergéante ;

    je n'en ai pas trouvé trace dans l'Atlas Larousse,reçu à NoËL,pas plu que dans "mais qu'elle est donc cette étoile?"Nathan.

    Serait-ce par ce qu'elle n'a été découverte que depuis peu?ou la situez -vous,par rapport à Siruis.laplus éclatante de notre ciel.

    Merci de me répondre,mais rien ne presse......

    Continuez à nourrir ma curiosité,bien affirmée!

    Amicalement.

    Chantal BONIN.

     

     

    9
    Lundi 10 Mars 2014 à 18:38

    Bonsoir,

    Si on n'en parle peu c'est certainement parce qu'elle est visuellement très discrète ... son éclat apparent est proche de 9m, il faut donc une carte assez précise pour la localiser. Elle se situe dans la partie sud du grand chien, à 1°15' au sud est du bel amas ouvert NGC 2362.

    VY CMa est surtout devenue célèbre après que le télescope spatial Hubble lui a tiré le portrait en 2006. Auparavant on parlait surtout de VV Céphée comme étant la plus grande étoile connue.

    Amitiés,

    Laurent

    10
    BONIN Chantal.
    Lundi 10 Mars 2014 à 19:57

    merci Laurent,

    votre réponse me convient parfaitement.

    Bonne suite céleste!

    et toutes mes amitiés.

    Chantal BONIN.

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :