• Sortie hivernale à Montmaur dans les Hautes-Alpes

    L'hiver est bel et bien là et en Provence comme ailleurs en France les astronomes amateurs sont en manque d'étoiles et saturent du ciel gris. La météo maussade du mois de janvier n'a pas permis d'organiser de soirées d'observation mais nous comptons bien nous rattraper en février. Voilà justement un week-end de nouvelle Lune qui s'annonce à peu près ensoleillé, c'est une bonne occasion pour retrouver le chemin des étoiles. Nous partons cette fois-ci en direction du petit village de Montmaur qui est situé entre la vallée du Buëch et le Dévoluy dans les Hautes-Alpes.

    Nous nous retrouvons dans la maison de famille de l'un de nos amis et installons nos instruments dans son jardin. De mon côté le montage est très rapide car à cause d'un terrible mal de dos je n'ai pas pu transporter le gros Canopus 381 mm, je suis parti très léger, simplement équipé de ma lunette Skywatcher equinox de 80 mm. Malheureusement cette première nuit se révèle très nuageuse, nous la passerons donc à bavarder autour de la table en évoquant nos futurs projets de sorties astronomiques.

    Le lendemain nous nous réveillon avec un beau ciel bleu azur, parfaitement dégagé par un petit vent glacial, en tout cas l'atmosphère semble très transparente et nous espérons que ces conditions optimales vont se maintenir jusqu'au soir, nous attendons la nuit avec impatience.

    Nous profitons de la journée pour découvrir un peu le coin. La matin nous faisons une halte dégustation à la miellerie "aux rayons d'or" d'Olivier Caron dont l'atelier est installé dans le village de Montmaur. Les différentes variétés de miels proposés par cet apiculteur sont toutes plus délicieuses les unes que les autres et nous repartons les bras chargés de précieuses denrées !

    L'après-midi nous prenons de l'altitude et passons par les villages de la Cluse puis des Garçins pour rejoindre le magnifique col du Festre niché à 1442 m d'altitude. Sur le trajet la vue en direction du massif du Dévoluy est splendide. Ci dessous un panorama pris en direction de la tête d'Aurouze (2593 m) et de la tête de la Cluse (2683 m) qui se chevauchent à droite sur la crête des Bergers.

    Derrière les promontoires rocheux d'Aurouze et de la Cluse se trouvent le plateau de bure et l'observatoire radio-astronomique millimétrique de l'IRAM. Ce dernier n'est malheureusement pas visible sur ces images.

    Une fois dépassé le village des Garçins nous arrivons à la maison du col du Festre. Ici le temps est très nuageux mais peu importe, les beaux paysages enneigés vont nous donner l'occasion de goûter aux joies de l'hiver en faisant une petite balade dépaysante dans la poudreuse !

    Depuis le col de Festre on perçoit encore le sommet de la Tête d'Aurouze (au fond à à droite). Juste devant lui on distingue la Tête de Pied Gros (2305 m).

    En retournant vers Montmaur nous retrouvons avec plaisir le ciel bleu, la vallée du Buëch est restée parfaitement dégagée et ce soir nous allons visiblement pouvoir observer ! Le petit vent froid s'est même arrêté, tout est pour le mieux. Nous pouvons préparer sereinement le matériel. Les lunette ED sont de sorties, au premier plan la Skywatcher de 80 mm, au milieu l'Astro-Professionnal de 102 mm et au fond la Vixen de 115 mm. Les deux dernières vont être utilisées pour de l'astrophoto.

    Mais il y a également le Dobson de 300 mm de Magali pour le visuel !

    La nuit tombe petit à petit et le ciel se remplit d'étoiles. La transparence ce soir est très bonne, par contre la turbulence atmosphérique est assez importante. Avec l'arrivée de l'obscurité les lampes du village se sont également allumées, il va falloir composer avec elles jusqu'à minuit, heure à laquelle la municipalité a décidé de procéder systématiquement à l’extinction totale de l'éclairage public ! Une initiative qu'on aimerait bien voir se répandre à d'autres villages ou villes plus importantes !

    Compte tenu de la présence de lumières, je vais choisir de dessiner une cible brillante, et vu qu'il y a une turbulence gênante il va me falloir un objet ne nécessitant pas un fort grossissement. Pourquoi pas la célèbre nébuleuse d'Orion ? J'oriente la lunette de 80 mm en direction de l'épée d'Orion et me délecte de la vision offerte par les volutes gazeuses de la belle nébuleuse M42. Avec l'oculaire TS XWA de 20 mm à 100° de champ l'épée d'Orion rentre en entier dans le champ de vision. L'observation est splendide et particulièrement riche en détails : du nord au sud je découvre le bel amas ouvert NGC 1981, puis la nébuleuse discrète du "runing man" alias NGC 1977, suivi de la brillante M42 accompagnée de la petite M43, et pour terminer au bout de l'épée se trouve l'amas ouvert NGC 1980.

    M42 - M43 - NGC 1977 - NGC 1981 - NGC 1980 - Objets de l'Epée d'Orion
    Lunette Skywatcher Equinox de 80 mm à 25x (TS SWA 20 mm + UHC)
    Montmaur (05)

    Je vais rester presque une heure sur cette magnifique région du ciel d'hiver. Mais l'heure du repas approche et les estomacs commencent à crier famine, il est temps de rentrer se mettre un peu au chaud. Au menu : crêpes salées et sucrées accompagnées de cidre et d'hydromel.

    Voilà un intermède savoureux qui va nous requinquer pour poursuivre les observations. Je suis maintenant prêt pour retourner à l'extérieur affronter le froid et rejoindre ma lunette et mes crayons. Prochaine destination : Le rémanent de Wolf Rayet NGC 2359 dans le Grand Chien. Cette nébuleuse est déjà visible à 25x avec le filtre UHC et elle commence à montrer de la structure à 50x. A ce diamètre NGC 2359 dévoile une allure générale en forme de sifflet, une bulle ovalisée surmontée d'un bras rectiligne, diffus et mince.

    ngc 2359 wolf rayet

    NGC 2359 - rémanent de Wolf Rayet dans le Grand Chien
    Lunette Skywatcher Equinox de 80 mm à 50x (Ethos 10 mm + UHC)
    Montmaur (05)

    Il est enfin minuit et l'éclairage du village s'éteint progressivement jusqu'à nous plonger dans le noir complet. A ce moment là le ciel passe de très bon à merveilleux ! Le Sky Quality Meter affiche une valeur de 21,74, une très bonne mesure effectuée dans des conditions idéales puisque la Voie Lactée d'hiver se couche et qu'il n'y a pas de planètes lumineuses au dessus de nos têtes. 

    Avec le Sony A7s équipé d'un objectif fisheye Meike 8 mm je parviens même à photographier la faible lueur du gegenschein entre les constellations du Cancer et du Lion. C'est l'ultime témoignage de la qualité du ciel ce soir.

     

     

     

    « Second acte : le massif du Canigou vu depuis AllauchLe Poil 2018 : Un peu d'astro dans cet hiver interminable »

  • Commentaires

    1
    Alexandre Renou
    Vendredi 16 Février à 11:07

    Bonjour à toute l'équipe, en particulier à Denis et Florian et bien sûr Laurent !

    Sympa le petit wk là-bas sous ce super ciel ! Quelle chance !

    De mon côté, j'ai enfin fait une bonne nuit avec mon T 560 sous un ciel sympa (de plaine) et je vous fait part d'une cible à faire sous un beau ciel dans le Grand Chien : Sh 2-308 près de omicron 1 CMa.
    J'ai découvert visuellement cette belle nébuleuse diffuse que je pensais trés faible (alors qu'en photo, elle est top).
    Vue dans mon TN 560 à 100x et OIII, vraiment top, elle a un petit air des Dentelles en plus diffus et plus faible bien sûr mais avec une taille assez conséquente, elle semblait déborder du champ, mais la partie la plus remarquable est la partie Ouest au Nord d'un petit triplet stellaire facile. C'était un grand voile avec un contour Ouest plus contrasté arqué et avec des nuances de densité ici et là mais toujours bien diffuses, un peu comme 6992 dans une petite optique. Donc à voir avec une optique plus modeste et OIII sous un très beau ciel comme tu as par là-bas en montagne.

    Cela aurait fait une belle cible au Chili...

    Et merci pour vos photos et notes d'escapade astro et pour les paysages.

    2
    Dimanche 18 Février à 19:53

    Salut Alexandre !

    Content de voir que tu as pu toi aussi observer un peu, çà devient une denrée rare en ce moment !!

    J'ai consacré une fiche dans le tome 4 "hiver" de Splendeurs du ciel profond  à Sh2-308. C'est vrai que c'est un objet méconnu dont on entend peu parler car il reste un peu bas vu depuis la France. Merci pour le partage de ton observation, çà va me donner des idées pour le T381 mm lors d'une prochaine sortie.

    Effectivement, çà reste une cible à mettre sur la liste des observations à faire lors du prochain voyage au Chili qu'on espère arriver à organiser un de ces jours. On en a un peu discuter durant le week-end à la montagne mais on est un peu coincés par le fait que les vacances scolaires tombent à chaque fois durant des périodes de Lune. Et on est quelques uns à ne pouvoir prendre des congés qu"à ce moment là ... Enfin, c'est sur, on finira par trouver une solution !

    Amitiés

    3
    Alexandre Renou
    Mardi 20 Février à 11:22

    Salut Laurent, Et oui, j'avais oubliée consulté ton célèbre ouvrage !...

    Sympa la note pour EZ CMa, je n'ai pas fait attention.
    Par contre, je n'ai pas eu du tout la même impression visuelle que ne le montre le dessin de Andréas D. Elle est bien plus large.

    Pour le Chili, il y a tant de paramètres pour enfin retrouver le ciel austral si envoûtant.

     

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    etoilesdesecrins
    Mardi 27 Février à 14:02

    Salut Laurent !

    sympa ce petit reportage en plein blackout astronomique ! D'autant que je connais très bien  la région et donc y a de l'affectif !

    Le pied-à-terre où j'observe parfois est en effet situé à env 15 km au SE de Serres, et je sais de quel ciel il s'agit quand un petit mistral l'a bien dégagé en hiver !

    Dommage pour le 380 et j'espère que tu ne souffres plus trop du dos ...Mais bon là-bas une 80ED équivaut à bien plus en plaine ha ha !

    Espérons que les occasions soient plus nombreuses maintenant, car des hivers gris comme cela, y en a assez !

    J'ai pu réobserver avant hier avec le 300 (entre -3 et -5) mais hier soir c'était trop extrême (presque -14 ce matin dans les Monts du Lyonnais), en plus la grosse commence à gêner pas mal, ne permettant de montrer certains objets pas mieux qu'à 100 mm sans lune.

    Bon ciel donc !

    etoilesdesecrins

    P.S : je ne connais pas la Sh dont parle Alexandre

    5
    Mercredi 28 Février à 19:06

    Salut étoilesdesécrins !

    Tu as raison, c'est un blackout astronomique ! on se paye un sacré hiver cette année, même dans le sud ...on a eu peu de nuits claires ces derniers mois en dehors de cette petite sortie dans les Alpes, et encore que la première nuit était nuageuse et que  la seconde était couverte à partir de 1h du matin ...

    Le sharpless dont parle Alexandre c'est Sh2-308. Il s'agir d'un probable rémanent de supernova dont l'aspect filamenteux rappelle un peu les Dentelles du Cygne. Il se trouve à 20' NO de Omicron 1 du Grand Chien.  Un bon challenge original mais un peu austral !

    Espérons qu'on retrouve vite le chemin des étoiles à la prochaine nouvelle Lune !

    amitiés

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :