• Elongations de Mercure et Vénus

    Les planètes font partie des objets les plus spectaculaires que l'on puisse observer dans un télescope à condition que de nombreux facteurs soient réunis pour qu'elles puissent révéler leur détails : peu ou pas de turbulences atmosphériques, un instrument bien colimaté, mis en température, et que la planète soit placée à une bonne hauteur dans le ciel.

     

    Mercure

    La planète la plus proche du Soleil est assez difficile à observer car elle est souvent noyée dans la clarté de l'astre du jour. Les meilleurs moments pour la rechercher correspondent aux périodes d'élongation où pour un observateur terrestre la distance angulaire entre la planète et le Soleil est maximale.

     

    Le 8 juin 2013

    A notre arrivée sur le site le ciel est partiellement dégagé et nous en profitons pour observer le beau rapprochement de Vénus et Mercure vers le nord ouest. Pas le temps de faire de mise en température nous pointons vite fait Mercure avant qu'elle se couche et nous découvrons une planète turbulente empreinte de chromatisme atmosphérique. Tant bien que mal nous percevons par moment la phase en quartier de la première planète du Système Solaire, c'est déjà bien.

     

    Mercury

    La planète Mercure
    Télescope Sumerian Optics de 254 mm à 127x (Ethos 10 mm)
    Pichauris (13)

     


     

    Vénus

    Vénus est la plus brillante des planètes, elle est aussi connue sous le nom "d'étoile du berger". Lorsqu'elle est présente dans les lueurs du crépuscule ou celles de l'aube elle assure le spectacle car elle est réellement éclatante, par contre au télescope elle ne révèle que peu de détails. Comme elle est située entre le Soleil et la Terre nous pouvons facilement suivre l'évolution de ces phases mais c'est à peu près tout ce qu'il y a à voir. En effet, sa face éclairée reste uniforme car Vénus est entourée d'une épaisse couche nuageuse qui masque complètement la surface de la planète. Lorsque la turbulence se calme, un observateur attentif et utilisant des filtres bleu ou violet pourra tenter de percevoir quelques nuances dans son atmosphère, mais il s'agit d'une observation peu évidente.

     

     Le 27 mars 2020

    Après une semaine de nuits nuageuses j'ai profité de quelques trouées pour observer l'un des astres phares du moment qui brille puissamment vers l'ouest dans les lueurs du crépuscule (magnitude de -4,4), il s'agit de la planète Vénus. J'ai pris soin de sortir la lunette TS Photoline de 125 mm  près d'une heure avant l'observation pour laisser à l'optique le temps de se mettre en température. Ainsi lors de l'observation entre 19h et 19h30 l'image restait peu turbulente, même à 162x. Vénus présente une phase correspondant à un quartier décroissant légèrement dépassé, son diamètre apparent de 14,3" d'arc fait que cette phase est facilement perceptible même à faible grossissement. Par contre l'atmosphère nuageuse de la seconde planète du système solaire réfléchit particulièrement bien la lumière du Soleil et se révèle très brillante et peu détaillée au premier abord. Des filtres colorés comme le violet (W47) atténuent son éclat trop puissant et permettent de saisir quelques subtiles nuances de clair obscur dans sa dense couche nuageuse.

    Vénus le 27-03-2020

    Vénus le 27 mars 2020 à 19h30
    Lunette TS photoline de 125 mm à 162x (Ethos 6 mm + filtre W47)
    Marseille (13)

     

     Le 28 décembre 2016

    Je bascule un peu le télescope vers le haut pour viser la brillante planète Vénus. A 212x elle apparaît très lumineuse, pour ne pas dire trop, on perçoit bien la phase en quartier mais elle ne montre aucun détails tellement la vision est éblouissante. Je visse à l'arrière de l'oculaire un filtre violet n°47 et là l'observation devient plus intéressante car la surface de la planète révèle alors quelques nuances subtiles dans son atmosphère nuageuse. Je note que les pôles sont plus brillants, le terminateur est globalement plus sombre. De larges zones plus foncées dessinent une sorte de grand "V" délimitant les zones polaires de la zone équatoriale.

    Vénus

    La planète Vénus
    Télescope Sumerian Optics de 254 mm à 212x (Ethos 6 mm + filtre violet W°47)

    Pichauris (13) - SQM 20,07

     

    Le 5 janvier 2014

      

    A travers la lunette de 80 mm la vision de Vénus était très intéressante car le croissant était effilé et ses "cornes" paraissaient clairement arrondies comme si elles commençaient à essayer de se rejoindre pour former un anneau.

    Le croissant de Vénus
    Lunette Skywatcher Equinox de 80 mm à 138x (Ethos SX 3,7 mm)
    Marseille (13)