• Star Party au pied du Montdenier

    Nous voilà repartis dans de nouvelles aventures astronomiques, destination le massif du Montdenier dans le Verdon. Pour ne pas déroger à la règle, une fois de plus nous prenons la route sous la pluie. Cette fois-ci nous ne nous en plaindrons pas trop car la nature en a vraiment besoin après des mois d'une sécheresse dramatique. Nous espérons juste que le temps s'améliorera durant le week-end pour nous laisser profiter d'un peu de ciel clair. Cette sortie de rentrée a en tout cas motivé pas mal de monde à sortir les télescopes, à tel point que le rendez-vous va prendre un petit air de star party !

    Sur la route qui longe le plateau de Valensole, le Soleil fait une apparition dans une trouée qui se profile à l'horizon alors qu'il commence à décliner vers l'ouest. Nous découvrons face à nous un magnifique arc en ciel double d'une intensité phénoménale. C'est une belle consolation pour nos esprits préoccupés par cette grisaille persistante qui trône au dessus de nos têtes depuis le départ.


    Lorsque nous arrivons au point de rendez-vous la nuit est déjà tombée. La pluie n'a malheureusement pas cessée et les premiers amis arrivés sur place ont commencé à installer les tentes dans l'humidité ambiante ... se sont les joies du camping !


    Mais pas de quoi entamer notre moral, nous nous retrouvons vite à l'abri sous notre barnum pour nous réchauffer et profiter de l'apéro. Le plaisir de partager de bons moments loin des tumultes de la ville et de la frénésie épuisante de la rentrée suffit largement à notre bonheur.


    Le camping en pleine nature réserve souvent de belles rencontres, un magnifique renard peu farouche a flairé que les astronomes ont apporté avec eux de bonnes victuailles à l'odeur bien alléchantes. Il tente à plusieurs reprises de nous approcher, parfois de très prêt, il est clairement partagé entre méfiance et tentations appétissantes. En tout cas avec nous il est bien tombé, notre sympathique compagnon à quatre pattes repartira avec de délicieux morceaux de jambons.

    renard
    Les heures passent et la pluie a fini par s'arrêter. Les nuages laissent apparaître quelques petits coins de ciel étoilé, mais pas de quoi nous motiver à monter les télescopes. Nous verrons bien ce que la météo donnera demain, ce soir on dormira !

    Samedi

    Le lendemain le Soleil et revenu, en sortant de la yourte dans laquelle j'ai passé la nuit je découvre les beaux paysages qui nous entourent dont le caractère évoque un mélange entre la Provence avec les champs de lavandes et les pré alpes avec les forêts de mélèzes.

    Montdenier verdonLa crête du Montdenier dont le point culminant atteint 1750 mètres d'altitude

    Après le petit déjeuner nous déchargeons les voitures et installons le matériel. C'est l'occasion de pointer le Soleil et de découvrir sa surface au travers des filtres de protection.

    Le petit groupe de tache solaire AR2680 trône près du centre de l'astre du jour, il attire le regard bien qu'il soit assez modeste par rapport à ceux - spectaculaires - qui étaient visibles la semaine dernière. Personnellement je trouve que cette tache est tout de même assez esthétique, la faible turbulence permet de saisir de fins détails dans sa structure ce qui m'incite à en réaliser un dessin. Christophe me prête son Dobson de 254 mm le temps de lui tirer le portrait.

    tache solaire AR2680

    La tache solaire AR2680
    Télescope Orion Skyquest XT de 254 mm à 120x (Ethos 10 mm)
    Montdenier (04)


    L'apéro est pris dans la bonne humeur car tout le monde est heureux de retrouver le Soleil et de profiter du grand air. L'ambiance ce midi est plutôt estivale, il fait même chaud ! Quel contraste avec la soirée froide et humide d'hier ! Nous nous activons désormais autour du barbecue pour préparer le repas, il flotte dans l'air une sorte de réminiscence bien agréable des vacances.

    Après une sieste digestive réparatrice le réveil est morose car nous remarquons que les nuages ont rappliqué ... Le ciel s'est partiellement couvert, visiblement nous allons devoir composer avec eux et nous contenter d'observer dans les zones dégagées.

    En attendant la nuit nous effectuons les derniers réglages sur nos instruments, collimations pour les uns, alignements des chercheurs pour les autres.

    Vincent, alias docteur colim', en plein réglage de miroir secondaire de l'Orion XT 254 mm

    L'auteur et son fidèle Canopus équipé d'un miroir OMI Taurus de 381 mm à F/D 4,5

    Vincent et sa lunette Vixen ED de 115 mm, un nouveau setup dédié à l'astrophoto

     

    Le Canopus de Denis équipé d'un miroir Huygens Optics de 450 mm

    Gisèle est son petit Dobson artisanal ultra transportable de 203 mm 

    Nous profitons également de la belle lumière offerte par le Soleil déclinant pour réaliser quelques photos d'ambiance de la star party. Ce coin de Provence est vraiment beau, cliquez sur l'image ci-dessous pour profiter du panoramique en bonne résolution.



    Nous ne tardons pas à organiser le dernier repas de la journée afin d'être prêts à observer avant le crépuscule astronomique.

    Le ciel commence à s'assombrir et au dessus des lueurs crépusculaires les étoiles commencent à faire leur apparition.

    La nuit est là, la Voie Lactée est bien dessinée du Sagittaire à Cassiopée. Malheureusement les nuages présents sur les horizons nous renvoient la pollution lumineuse de la vallée de la Durance et des villages alentours. Le ciel est tout de même de qualité, mais les conditions sont juste loin d'être optimales pour ce site qui peut probablement donner bien mieux. Le Sky Quality Meter (SQM) avance une valeur de 21,43.

    La Voie Lactée photographiée avec le Canon 500D et le fisheye Samyang 8 mm en 45 secondes de pose

    Avant d'attaquer les dessins du ciel profond Christophe me prête son nouvel oculaire TS Optics XWA de 20 mm à 100° de champ pour un test sur mon Canopus 381 mm ouvert à F/4,5. Je vise les Dentelles du Cygne et visse un filtre UHC au coulant 50,8 mm à l'arrière de l'oculaire. Le résultat obtenu est très impressionnant, le contraste sur la grande dentelle est très bon et les détails sont nombreux, l'image est fine et les étoiles parfaitement ponctuelles sur près de 90% du champ visible. La coma reste bien maitrisée sans Paracorr et grace aux 100° de champ l'arche nébuleuse de NGC 6992-5 reste visible en entier malgré le grossissement déjà conséquent de 85x. L'impression d'admirer le spectacle par une fenêtre est très agréable. En remplaçant le XWA de 20 mm dans le porte oculaire par le Nagler 22 mm ou l'Uwan 28 mm le ressenti n'est plus le même, j'ai l'impression de me sentir à l'étroit, comme enfermé dans le cercle oculaire plus réduit de 82° offert par ces derniers. Un test vraiment concluant qui m'a poussé a en commander un, d'autant que son coût est bien plus réduit que celui du mythique Ethos de 21 mm qui joue dans la même catégorie des oculaires à 100° !

    J'attaque mes observations par l'amas globulaire M72 (9,3m - 6,6') dans la constellation du Verseau. Ce petit amas globulaire du catalogue Messier est assez mignon dans le télescope de 381 mm, il n'est que très partiellement résolu en étoiles mais il montre de la structure ce qui lui donne du caractère. En effet sa région centrale est clairement triangulaire et elle comporte plusieurs étoiles individuellement perceptibles. Un petit groupe d'étoiles faibles se distingue également juste à l'est de la condensation centrale.

    M72 globular cluster

    M72 -  Amas globulaire dans le Verseau
    Télescope Sumerian Optics de 381 mm à 171x (Ethos 10 mm)
    Montdenier (04) - SQM 21,43

    Je reste dans le Verseau pour partir à la recherche de la comète lointaine 29P/Schwassmann Wachmann 1 de la famille des Centaures, de petits corps glacés situés au delà de Jupiter. Je chemine à partir de l'étoile Thêta Capricorni en remontant vers le nord puis je finis par localiser le champ d'étoiles dans laquelle elle est censée se trouver. Au premier abord je ne distingue rien de spécial, ce qui m'étonne vu que les dernières estimations la donnait à 11,3m. Puis en vision décalée je parviens enfin à la repérer. Une fois vue je la distingue sans trop de problèmes, mais malgré cela elle me semble plus proche de 13m que de 11m. La coma de 29P/SW1 ne me paraît pas tout à fait circulaire ce qui me paraît trahir la présence d'une courte queue. En fait la forme générale de la comète me rappelle un peu celle d'une coquille d'escargot, une forme assez atypique !

    29P/Schwassmann Wachmann 1 29P/Schwassmann Wachmann 1 -  Comète dans le Capricorne
    Télescope Sumerian Optics de 381 mm à 171x (Ethos 10 mm)
    Montdenier (04) - SQM 21,43

    Je prends maintenant de la hauteur pour viser les pattes de Pégase. Ma prochaine cible est le petit amas galactique du quintette de Stéphan dominé en apparence par la galaxie NCG 7320 (13,2m - 2,5'x1,4'). Dans le Canopus de 381 mm à 285x cette dernière apparaît plus large que les autres, elle est ovalisée dans le sens SE-NO. Située à 41 millions d'années-lumière, NGC 7320 est en fait beaucoup plus proche que ses voisines apparentes qui elles se situent entre 310 et 360 millions d'années-lumière. A seulement 1,3' d'arc vers le NO se trouve le duo serré formé par NGC 7318A (13,4m - 1,2'x1,0') et NGC 7318B (13,2m - 1,6'x1,1'). Toutes les deux semblent constituer une seule nébulosité au premier abord dans laquelle je distingue un noyau presque ponctuel décentré vers l'est, il s'agit de la condensation centrale de NGC 7318A. En y regardant de plus près je remarque la présence d'un second noyau presque stellaire juste à l'ouest, cette fois-ci je suis en train d'observer le cœur de NGC 7318B. En vision décalée la nébulosité globale formée par les deux galaxies m'apparaît finalement irrégulière, en effet je décèle une excroissance s'étirant dans le sens N/S autour du noyau de NGC 7318B. Je parviens donc à distinguer les deux disques galactiques de ces univers-îles en interaction même si je ne peux pas les séparer distinctement. Complètement à l'ouest j'observe la toute petite tache nébuleuse de NGC 7317 (14,6m - 1,1'), elle est nichée juste au sud d'une étoile de 12,4m. Tout à fait à l'est du groupe c'est NGC 7319 (14,1m - 1,7'x1,3') qui se révèle. J'observe clairement son noyau très compact qui apparaît entourée d'une zone nébuleuse assez faible étirée dans le sens SE-NO. Voilà un quintette scruté en détail dont les cinq membres se sont révélés.

    quintette de Stephan NGC 7320 (Quintette de Stephan) -  Groupe de galaxies dans Pégase
    Télescope Sumerian Optics de 381 mm à 285x (Ethos 6 mm)
    Montdenier (04) - SQM 21,43

    Je suis assez content de ce début de nuit car j'ai pu visiter mes cibles sans trop de problèmes. Mais les affaires se gâtent, les voiles nuageux couvrent désormais de larges portions du ciel. Les amis se désespèrent un peu de la situation et ils décident de faire une pause café en attendant de voir si çà se dégage.

    De mon côté j'ai pointé une faible galaxie du Verseau nommée NGC 7081 (12,8m - 1,3'x1,3'). Avec le voile nuageux je ne la distingue presque plus dans l'oculaire, par contre les étoiles transpercent encore le rideau brumeux. Je commence donc le dessin en positionnant les étoiles du champ en attendant que les voiles passent. Une fois la situation améliorée je me suis focalisé sur la galaxie mais celle-ci montre peu de détails. A 171x j'observe une petite tache diffuse à peu près circulaire et un peu plus brillante au centre, rien que du très classique.

    ngc 7081 galaxy NGC 7081 -  Galaxie dans le Verseau
    Télescope Sumerian Optics de 381 mm à 285x (Ethos 6 mm)
    Montdenier (04) - SQM 21,43

    Les éclaircies reviennent franchement et Florian qui a repris son poste me propose de venir observer NGC 520 des Poissons dans son Skyquest de 254 mm. Cette galaxie présente nettement une structure irrégulière mais à ce diamètre on manque un peu de lumière pour en saisir précisément la forme. Nous avons alors l'idée d'aller y jeter un coup d’œil dans le Canopus de 450 mm de Denis. Dans le gros entonnoir à photons les choses paraissent un peu plus claires. A x le disque galactique de NGC 520 (11,3m - 3,4'x1,7') se révèle allongé dans le sens mais il est clairement vrillé ce qui lui confère une forme de virgule. Son extrémité NO dévoile une condensation brillante, comme si le noyau était complétement décentré. Sur le bord sur de l'objet une excroissance plus faible est également visible, elle présente une forme en boomerang et apparaît collée au corps brillant de NGC 520. Il s'agit en fait d'une seconde galaxie (PGC 93080) qui est en pleine interaction avec la première. La forme chaotique de ce duo en collision lui vaut d'être également répertorié parmi les galaxies atypiques du catalogue d'Halton Arp sous le nom de Arp 157.

    ngc 520 galaxy NGC 520 -  Galaxie dans les Poissons
    Télescope Sumerian Optics de 450 mm à 145x (Ethos 13 mm)
    Montdenier (04) - SQM 21,43

    J'enchaîne avec l'un de mes challenges de la soirée : observer la supernova SN 2017gmr qui a explosé dans la galaxie NGC 988 (11,0m - 4,1'x1,6') de la Baleine. Cette spirale est peu évidente à discerner car elle est bordée à l'ouest par l'éblouissante étoile HD 16152 de 7,0m ! A 171x elle n'est visible qu'en vision décalée comme une large nébulosité fantomatique étirée dans le sens ESE-ONO. Le comble c'est que la supernova de 14,4m, elle, est facilement visible comme une petite étoile située juste au nord du centre de la galaxie ! C'est quand même fou de ce dire qu'une seule étoile est capable en mourant de devenir plus brillante que toutes les centaines de milliards d'autres étoiles de la galaxie qui l'héberge !

    ngc 988 and supernova 2017gmr NGC 988 et SN2017gmr -  Galaxie et supernova dans la Baleine
    Télescope Sumerian Optics de 381 mm à 171x (Ethos 10 mm)
    Montdenier (04) - SQM 21,43

    Il est 3h du matin et il commence maintenant à se faire tard. La fatigue commence à sérieusement se faire sentir. Comme le secteur de la Baleine reste bien dégagé je me motive pour tenter un dernier dessin et pointe NGC 681 (12,0m - 2,7'x1,8'). Cette galaxie est très intéressante car elle ressemble à une version miniature de la célèbre galaxie du Sombrero alias M104. Dans l'Ethos de 6 mm à 285x je la distingue parfaitement, elle apparaît ovalisée dans le sens ENE-OSO.

    ngc 681 galaxy NGC 681 -  Galaxie dans la Baleine
    Télescope Sumerian Optics de 381 mm à 285x (Ethos 6 mm)
    Montdenier (04) - SQM 21,43

    Il est temps bâcher le télescope et de rejoindre les bras de Morphée. C'est que le dessin astronomique est une activité qui demande beaucoup d'effort de concentration et de temps passer à l'oculaire dans des positions pas toujours très confortable. Après plusieurs heures d'exercice on en ressort toujours fourbus. Par contre on se couche satisfait de ramener une belle collection de dessins qui sont autant de souvenirs impérissables de nos explorations célestes, notre mémoire d'observateur !

    Voilà un séjour bien agréable qui s'achève, même si la météo n'a pas été optimale on a une fois de plus passé de très bon moments tous ensemble ! Vivement la prochaine sortie !

    « Quelques comètes à rechercher cet automneUne petite soirée pour tester l'oculaire TS XWA de 20 mm à 100° »

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Gisèle
    Mercredi 27 Septembre à 12:12

    Laurent tes dessins me laissent toujours sans voix. le quintette est magnifique et la galaxie dans la baleine une beauté.

    Et j'aime aussi beaucoup la photo de la constellation du petit renard!

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Mercredi 27 Septembre à 22:36

    Salut Gisèle ! Merci beaucoup pour ton message, je suis content que les dessins te plaise :)

    On a fait quand même de belles observations durant ce chouette week-end même si les conditions n'étaient pas optimales. Vivement le prochain !

    A bientôt !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :