• Balade autour de l'Océan des Tempêtes

    Ce soir nous sommes deux jours avant la pleine Lune et comme le ciel est dégagé je me lance dans une nouvelle séance d'images lunaires. Le terminateur de cette grosse Lune gibbeuse longe la grande plaine grisâtre de l'Océan des Tempêtes mais contrairement à ce qu'il semble paraître cette zone n'est pas dénuée d'intérêt. En effet de belles formations géologiques témoignant de l'activité volcanique passée de notre satellite s'y cachent. Pour les observer je vais utiliser comme à mon habitude la lunette TS Photoline de 125 mm, une barlow Televue Powermate 2,5x et une caméra Altaïr gpcam2 IMX224.

    Cette nuit la formation marquante de l'océan des Tempêtes est probablement le plateau d'Aristarque qui est dominé par un cratère extrêmement brillant portant le même nom. Ce cratère (40 kms de diamètre) doit son sol très clair à sa jeunesse, il s'agit d'ailleurs de l'une des formations lunaires les plus récentes, elle est datée de 450 millions d'années. Mais ce qui attire surtout l'oeil de l'astronome sur ce plateau c'est la superbe vallée sinueuse Vallis Schröteri longue de 200 kms et large de 10 kms par endroits. Son origine est volcanique, elle correspondrait à l'ancien tracé d'un flot de lave. Cette région comporte d'autre rainures mineures comme Rima Prinz que l'on devine sur mon image.

    A la jonction entre Mare Imbrium et Oceanus Procellarum se trouvent deux petites montagnes bien bombées. Voilà les monts Gruithuisen Gamma et Delta. Gruithuisen Gamma est un dôme volcanique lunaire qui s'étend sur 20 kms à la base et mesure 900 mètres de hauteur. A son sommet figure un petit cratère très difficile à voir sur mon image. Parmi les formations volcaniques majeures de ce secteur citons Rümker Mons. Cette montagne perdue dans la plaine sombre de l'Océan des Tempêtes est en fait formée d'un complexe d'une trentaine de dômes lunaires enchevêtrés. Ce massif s'élève à près de 1100 m d'altitude.

    Je note également dans la zone la présence de deux fines et très discrètes rainures, il s'agit de rima Mairan et rima Sharp.

    Je fais une petite incartade du côté de la Mare Frigoris (la Mer du Froid) pour imager le photogénique cratère Pythagoras (130 kms de diamètre) dont la cuvette est en grande partie plongée dans l'ombre. Seul le sommet de son piton central sort des ténèbres. Très joli !

    Juste au sud du plateau d'Aristarque se trouve le cratère Marius (41 kms de diamètre). Ce dernier est bordé de dizaines de petits dômes volcaniques que j'avais déjà eu l'occasion de photographier sous un éclairage rasant. Ces dômes s'élèvent à des hauteurs allant de 200 à 500 mètres d'altitude, ils seraient les vestiges de concrétions de magma plus visqueux et épais que les flots de lave qui inondaient autrefois l'océan des Tempêtes (Oceanus procellarum). Cette fois-ci les dômes sont éclairés par la lumière du matin lunaire, leur relief est moins accentué par les ombres portées mais on distingue mieux l'étendue de ce champ bosselé. Le champs de dôme est voisin d'une fine rainure sinueuse nommée Rima Marius.

    D'autres curiosités sont également visibles à proximité, comme l'étrange et mystérieuse marque claire de Rainer Gamma. Son albédo lumineux et son motif assez géométrique attire l'oeil mais son origine reste une énigme. Les astronomes ont remarqué que cette tache est associée à une très forte anomalie magnétique capable de générer une mini magnétosphère de 360 km autour d'elle ! Comme les particules solaires sont connues pour assombrir le sol lunaire et qu'elles sont déviées par ce mini bouclier il se pourrait bien que le champ magnétique du lieu ait permis de conserver intacte la clarté du sol.

    Encore un peu plus au sud je parviens au petit cratère Flamsteed ( 21 kms de diamètre). Il est bien reconnaissable car il se situe sur la bordure sud d'un plus grand cratère "fantôme" nommé Flamsteed P dont il ne subsiste qu’un vaste anneau de collines.

    Du côté du terminateur je reconnais le cratère double Sirsalis (42 kms de diamètre qui est bordé d'un complexe de fissures appelé Rimae Sirsalis. Seule une partie de la rainure est visible sur mon image, le reste est plongé dans l'ombre. Parmi les attractions du coin je note aussi le cratère Damoiseau (37 kms de diamètre) qui présente une originale double enceinte.

    La limite sud de l'océan des Tempêtes est marqué par le beau cratère Gassendi et mare Humorum (la mer des Humeurs). Cette mer sombre a une forme circulaire qui rappelle qu'à l'origine il s'agissait d'un bassin d'impact qui fut rempli par la lave il y à 3,9 milliards d'années.

    Mare Humorum

    La bordure nord-ouest de mare Humorum comporte quelques rainures dont Rimae Mersenius et une belle falaise nommée Rupes Liebig. Sur le bord sud se trouve le cratère Doppelmayer (64 kms de diamètre) qui est en grande partie enfoui sous d'importantes couches de basalte ainsi que l'intriguant cratère Vitello (42 kms de diamètre) dont le piton central est situé sur un plateau interne bordé de falaises.

    « Une courte observation entre les orages

  • Commentaires

    1
    Samedi 3 Octobre à 09:35
    Belle visite de la Lune !
    J'apprécie beaucoup les deux versions des images car ça me permet de bien comprendre tes descriptions.
    Merci pour ce beau voyage juste à côté de chez nous !
    2
    Samedi 3 Octobre à 16:30

    Salut Benjamin !

    Oui j'ai adopté l'image en double avec les noms, sinon comme tu l'as remarqué on a du mal à situer les détails que je présente. J'attends une barlow Powermate 5x pour essayer de faire des plans un peu plus gros, en espérant que çà passe avec la turbu ...

    3
    Bonin chantal
    Samedi 10 Octobre à 18:20

    Quel voyage ,cher Laurent.....sans quitter ma chaise ,et vous,votre balcon??

    Parcourir la surface de la lune, suivant ses différentes phases m'a toujours laissée sans voix!

    Merci pour tout ce travail(image en double)qui permet de mieux situer les noms et détails indiqués.

    Je vais reprendre mon livre(K.et J.m Lecleire) et consulter l'Atlas photographique  de la Lune Jérôme Grenier.

    Je retrouverai Mariusyes...quand à l'océan des tempêtes....qu'il reste bien sur la Lune.

    Sur terre,on a eu Alex(tempête,violente et destructrice)dont on mettra longtemps à panser les plaies et réparer les dégats!!

    Amitiés astronomiques pour vous Laurent.

    Chantal.

     

     

    4
    Lundi 12 Octobre à 11:25

    Bonjour Chantal !

    On a tendance à oublier avec le temps à quel point visiter les reliefs lunaires est passionnant, il y a beaucoup de petites curiosité à aller visiter. C'est vrai que quand on est fan de ciel profond on a plutôt tendance à voir la Lune comme une nuisance alors que c'est un sujet d'observation spectaculaire.

    Amitiés

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :