• Week-end à Stellarzac

    Vendredi après-midi, notre petite équipe d'astrams prend la route en direction du plateau du Larzac. Nous partons pour un nouveau séjour au gîte de Stellarzac avec l'espoir que la météo nous laissera un peu de répit pour profiter de son fameux télescope de 1 mètre qui, par ailleurs, nous avait déjà offert de merveilleuses visions des objets du ciel profond lors d'un précédent voyage effectué en ces lieux au printemps 2013.

     Image : David Depix

    Enregistrer

    La météo parlons en ... j'ai l'impression d'écrire la même chose à chacun de mes comptes rendus, comme un refrain lancinant et démoralisant qui revient tout le temps : les prévisions nous laissent le choix entre un voile de nuages bas, des passages de nuages, ou une couverture totale de nuages. Bref, vivement le Chili ...

    Malgré la forte incertitude qui règne sur nos possibilités d'observer, l'ambiance de covoiturage est joyeuse et les discussions diverses vont bon train, à commencer par les élections, sujet terre à terre vite évacué au profit de considérations plus légères et célestes, mais qui nous aura permis de découvrir que nous sommes tous du même bord (il doit y avoir un gène compatible entre astronomie et politique), tant mieux comme çà personne n'aura à être exclu de la voiture ;-). A sept dans la même voiture les sujets abordés ne manquent pas, aussi les quatre heures de route vont passer comme une lettre à la poste.

    Arrivés au petit hameau des Mares nous retrouvons le gîte et notre ami Frédéric Géa, le maître des lieux. La chaleur des retrouvailles contraste avec la température extérieure, "houlà çà pique", il fait 5°C. Le ciel est couvert mais le voile n'est pas trop épais, le léger vent qui nous congèle aura au moins le mérite de nous laisser l'espoir qu'il fasse évoluer la situation dans les prochaines heures.  


    Nous prenons possession de nos quartiers, et même s'il pèse une grosse incertitude sur les observations, une chose est sûre : ce week-end nous allons bien manger ! Benjamin commence à dévoiler quelques détails sur les menus qui nous attendent, ce dernier va être élaborer à partir de produits du terroir soigneusement sélectionnés et collectés à l'avance par Frédéric. Nos deux cachottiers vont nous régaler et affoler nos papilles repas après repas ! Un séjour gastronomique de haute volée qui restera dans les anales.


    Le séjour est inauguré par un somptueux Pisco sour, notre apéro fétiche (merci Florian d'avoir déniché cette bouteille !). Il s'en suit un splendide plat de pâtes au roquefort et noix accompagnant de délicieuses truites farios. Concentrés sur les saveurs des mets qui défilent nos assiettes nous en oublierions presque le ciel ! Un coup d’œil dehors et le miracle fut : on voit des étoiles ! Une grande partie de la voûte céleste est dégagée, il n'en faut pas plus pour nous faire basculer du gastronomique à l'astronomique. Les combinaisons et autres parkas polaires sont enfilées, et nous rejoignons le terrain d'observation.

    Le télescope de 1m entre en scène, certains découvrent le monstre pour la première fois. Frédéric sélectionnent quelques classiques pour la mise en bouche, la galaxie M51, puis l'amas globulaire M13. M51 est toujours aussi belle même si l'image est moins fine et contrastée qu'en 2013. La transparence ne semble pas idéale ce soir.

    Pendant que les amis se délectent de la vision des bras spiraux de M51, je monte ma lunette Skywatcher Equinox de 80 mm et l'installe à côté du télescope géant. Drôle d'idée me direz-vous mais quand on est ciel extrémiste, on n'a peur de rien, et puis c'est toujours surprenant de voir ce que l'on peut arriver à percevoir avec un petit instrument et de l'expérience. Je vise la galaxie M101 dans la Grande Ourse. Cette belle spirale est vue de face et n'est pas très contrastée mais à 50x elle n'est pas difficile à déceler. Je la perçois au premier abord comme un disque nébuleux possédant un petit noyau plutôt discret. Mais en la regardant attentivement en vision décalée je finis par devenir des irrégularités sur le bord de la galaxie. En fait je perçois en limite de la vision quelques délicates bribes de bras spiraux ! Je m'aperçois avec cette observation que la transparence s'est momentanément améliorée vers le zenith où trône actuellement la galaxie mais cela ne va pas durer. Pour paraphraser une vieille publicité française, cette lunette "elle a tout d'une grande" !

    M101 galaxy

    M101 - Galaxie dans la Grande Ourse
    Lunette Skywatcher Equinox de 80 mm à 50x (Ethos 10 mm)
    Stellarzac (12)

    Mais le "très grand" lui a été pointé sur une cible qui m'intéresse : NGC 4565 (9,5m - 15,8'x2,1'). Donc je file le rejoindre. Cette splendide spirale de la Chevelure de Bérénice est vue de côté, son disque galactique dessine un long fuseau nébuleux qui traverse tout le champ de vision. Elle est parcourue d'une bande de poussières sombres sur sa longueur, celle-ci est évidente en vision directe.

    Benjamin aimerait maintenant voir un objet coloré, Frédéric pointe alors la belle nébuleuse planétaire de Lyre M57. La turbulence nous empêche de beaucoup grossir (nous ne sommes pas vernis ce soir ...) mais même à grossissement modeste son anneau nébuleux est somptueux. son contour apparaît clairement irrégulier mais surtout il dévoile une subtile teinte orangée bien perceptible en vision décalée. La surprise pour moi vient du reste de la structure de l'objet. L'anneau très lumineux m'apparaît très légèrement jaune et à l'intérieur de l'anneau je devine une nuance bleutée. Je ne m'attendais pas à çà mais une fois devinée, ces teintes s'imposent, je les perçois en continu. C'est magnifique ! J'ai l'impression de voir une photo en direct, même si les couleurs ne sautent pas aux yeux c'est la première fois que je vois M57 de cette façon. J'aurais bien proposé à mes amis de me laisser le temps de la dessiner mais vers le sud un voile nuageux monte progressivement et grignote lentement mais sûrement le ciel ... je ne veux pas monopoliser l'instrument alors qu'il ne nous reste pas beaucoup de temps pour profiter de la trouée de ciel clair, tant pis.

    Nous filons donc en direction de la galaxie M82 de la Grande Ourse. Elle se révèle riche en détails, on perçoit un enchevêtrement de nodules brillants et de nuages sombes. A noter que la supernova est toujours perceptible, mais elle a beaucoup faibli en éclat.

    Un voile diffus a déjà envahi le firmament. Seuls des objets petits et très contrastés sont désormais observables. Je propose à Frédéric de pointer IC 3568 (10,8m - 18"x18"), une petite nébuleuse planétaire brillante de la Girafe. A 263x l'objet est bien visible et montre une structure présentant une double enveloppe avec une région centrale brillante entourée d'un halo plus faible. Son étoile centrale est visible par moment, elle n'est pas évidente à voir car le coeur de la nébuleuse est vraiment très lumineux et elle se "noit" un peu dans son éclat. La turbulence ne nous permettra pas de grossir plus, dommage. Elle aussi présente une teinte subtile, elle semble légèrement verte, mais un vert qui tire vers le jaune. D'ailleurs son surnom c'est la "tranche de citron", mais pour moi c'est un citron vert !

    IC3568 planetary nebula

    IC 3568 - nébuleuse planétaire dans la Girafe
    Télescope de 1000 mm à 263x (Ethos 13 mm)
    Stellarzac (12)

    Compte tenu de l'avancée du rideau nuageux il ne nous reste que peu de temps pour viser un dernier objet. Nous jetons un coup d’œil à la "blink nebula", c'est à dire NGC 6826 du Cygne (8,8m -27"x24"). Celle-ci est bien détaillée malgré le voile diffus qui circule entre elle et nous. Son disque nettement ovalisé révèle une région centrale plus brillante et étirée. Les petites condensations latérales se laissent également deviner. C'est un objet brillant toujours intéressant à visiter.

    Malheureusement la soirée s'arrête là, nuages obligent.

    Le samedi le temps est complètement maussade. La journée passe en discussions passionnées et dégustations diverses, l'ambiance est au top, nous ne voyons pas le temps défiler. L'après-midi nous retournons voir les télescopes de jour. Le télescope de 1 mètre est toujours aussi impressionnant.

    telescope 1m stellarzac

    Il est désormais accompagné d'un nouveau Dobson de 300 mm qui s'ajoute à celui de 800 mm déjà mis à disposition des observateurs.

    La nuit commence à tomber et sur nos têtes il n'y a pas une once de ciel bleu ... Il semble que cette fois-ci nous n'observerons pas du tout. Pour nous consoler Benjamin nous propose un délicieux cocktail rhum citron et sucre de canne vanillé rebaptisé "rhum Jupiter" pour son aspect évocateur par la tablée d'astronomes enthousiastes.

    L'apéro est suivi d'un copieux aligot , nous nous régalons une fois de plus. Dehors la nuit est d'un noir d'encre, pas une étoile vient nous offrir une lueur d'espoir dans cette obscurité fatale, synonyme d'une soirée d'observation foutue ... Tant pis. Nous poursuivrons nos discussions jusqu'au bout de la nuit, trop heureux de partager fou rires et anecdotes offrant des instants de convivialité mémorables.

     

    Enregistrer

    « La Nova Cygni 2014Retour sur Mars à la lunette de 80 mm »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Benjamin
    Mardi 1er Avril 2014 à 22:49
    Coucou Laurent,

    Vivement la suite, c'était top !

    Benjamin
    2
    BONIN Chantal.
    Jeudi 3 Avril 2014 à 08:06

    merci Laurent,

    même si le temps"capricieux"nous fait rater des observations programmées,comme "la nuit de l'équinoxe 2014" au théâtre antique de Lyon,organisée par le Cala....

    Vous et votre équipe d'astro-gastronomes!!

    vous persévérez,et vous nous faîtes partager des moments forts,découverte ou révision,dans des lieux "réserves à ce travail de précision.Continuez à me faire "saliver"et croire que nous aussi,avec mon club Einstein,à Chaponnay,nous aurons des nuits favorables.

    Ps: dans astro magazine d'Avril,2 des membres actifs de mon club ont vu leurs photos(nébuleuse d'Orion R.S)et soleil O.H)choisies .

    Amitiés astronomiques,à vous Laurent.

    Chantal B.

    3
    Jeudi 3 Avril 2014 à 19:15

    Bonsoir Chantal !

    Merci pour ton message sympathique. Question météo nous aussi on déguste ... nous nous battons à chaque sortie pour observer dans des trouées, pas moyen d'avoir une vrai nuit dégagée ! heureusement qu'il y a la gastronomie pour nous consoler derrière ;-)

    Sinon félicitation pour les publications dans astro magazine, çà fait toujours plaisir de voir apparaître ses images dans une revue nationale.

    Amitiés,

    laurent

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :